Rechercher
Rechercher

Liban - Opposition

Gemayel-Chamoun-Rifi : une alliance qui prend progressivement forme

Les chefs des Kataëb et du Parti national libéral ainsi que l'ancien ministre de la Justice se sont à nouveau réunis, hier, à Saïfi.

Dory Chamoun, Samy Gemayel et Achraf Rifi. Photo Marwan Assaf

Une longue rencontre tripartite a eu lieu hier au siège central des Kataëb, à Saïfi, entre le chef du parti, Samy Gemayel, le président du Parti national libéral, Dory Chamoun, et l'ancien ministre de la Justice, Achraf Rifi.

Si les participants à cette rencontre font preuve de prudence et se refusent à ce stade à parler ouvertement d'une alliance politique, voire électorale, entre eux, il n'en demeure pas moins que la réunion d'hier s'inscrit dans la continuité de plusieurs rencontres qui ont déjà eu lieu entre MM. Gemayel, Chamoun et Rifi, ce qui donne à penser qu'une forme d'association entre les trois est en train de prendre forme.

Les trois s'opposent ouvertement à l'action de l'exécutif, tant sur le plan de la défense de la souveraineté du Liban qu'en ce qui concerne les problèmes socio-économiques du pays. C'est d'ailleurs à partir de Saïfi et de Sodeco (siège du PNL) que l'ancien ministre de la Justice avait lancé précédemment ce qu'il avait appelé « une initiative nationale » visant à regrouper tous les opposants à la ligne politique actuelle.
Des proches des participants à la rencontre indiquent dans ce cadre à L'Orient-Le Jour que la réunion d'hier fait partie d'un long processus principalement axé sur l'opposition à la gestion actuelle des affaires publiques du pays. Ces sources soulignent que Samy Gemayel, Dory Chamoun et Achraf Rifi partagent plusieurs points communs et effectuent des contacts avec plusieurs personnalités et forces politiques qui craignent pour l'avenir du pays au vu de ce qu'ils considèrent comme étant une « hégémonie quasi totale du Hezbollah sur la décision politique libanaise ». Un proche de l'opposition fait valoir que le pouvoir politique actuel a « complètement bradé la souveraineté du pays et pris part à des compromis douteux et corrompus au détriment de cette souveraineté ».

 

(Pour mémoire: Rifi poursuit chez Michel Moawad ses efforts pour unifier l’opposition)

 

Concernant les composantes de cette alliance politique balbutiante, on insiste sur le caractère flexible de ce rassemblement, dans la mesure où il est ouvert à tous ceux qui désirent le rejoindre, dont notamment la société civile avec qui les contacts se poursuivent. Du côté des Kataëb plus précisément, on se veut encore plus prudent. Un proche de Samy Gemayel estime que les trois hommes ne doivent pas encore être considérés comme des alliés politiques. La réunion de Saïfi n'a constitué, selon lui, qu'« une opportunité de renouveler l'attachement des trois leaders à des valeurs communes, au vu, notamment, du grave problème dont souffre le pays et que constitue le Hezbollah. D'autant que le gouvernement dirigé par Saad Hariri n'a fait qu'exécuter un compromis arrangé par le Hezbollah, qu'il a réussi à imposer aux autorités libanaises ». Allusion à l'accord conclu le 27 août dernier entre le parti chiite, le régime syrien et le groupe État islamique, pour évacuer les terroristes de l'EI du territoire libanais.

 

(Pour mémoire : Rifi pour « un plan de salut visant à libérer la décision nationale de la mainmise du Hezbollah »)

 

« Collusion entre armes illégales et corruption »
C'est d'ailleurs sur ce dernier point qu'a été axé un communiqué dont a donné lecture Samy Gemayel, à l'issue de son entretien avec MM. Rifi et Chamoun.
« L'échec foudroyant du pouvoir politique a atteint un niveau exemplaire, dans la mesure où ce dernier a fait fi du grand exploit de l'armée libanaise, ainsi que des sacrifices de ses officiers et soldats au champ d'honneur », a-t-il souligné, avant d'ajouter : « Le pouvoir politique s'est désisté de ses responsabilités, l'enjoignant de traduire en politique l'exploit militaire de l'armée. Il s'est plié aux décisions du Hezbollah et des acteurs régionaux avec qui il collabore. » Et le chef des Kataëb de s'alarmer : « Le pouvoir politique s'est contenté d'exécuter des compromis douteux conclus en dehors des institutions, voire même en dehors des frontières nationales, et de les justifier, à l'encontre de l'intérêt du pays. »

Sur un autre plan, Samy Gemayel, Dory Chamoun et Achraf Rifi ont saisi l'occasion de leur rencontre pour critiquer violemment la politique économique du gouvernement Hariri. « L'échec alarmant du pouvoir en matière socio-économique a atteint les limites de la faillite sociale et morale, à la lumière, bien entendu, de l'appauvrissement du peuple au moyen de mesures fiscales irréfléchies et de l'incapacité chronique à résoudre les problèmes liés au quotidien de la population », pouvait-on lire dans le communiqué.
« La collusion entre les armes illégales et la corruption dicte les rapports entre les composantes du pouvoir et mène à une destruction programmée de l'État », poursuit le communiqué.

 

Pour mémoire

Liban : une force d'opposition structurée se profile à l'horizon

Le tandem Gemayel-Rifi dénonce un « désistement de souveraineté libanaise »

Une longue rencontre tripartite a eu lieu hier au siège central des Kataëb, à Saïfi, entre le chef du parti, Samy Gemayel, le président du Parti national libéral, Dory Chamoun, et l'ancien ministre de la Justice, Achraf Rifi.
Si les participants à cette rencontre font preuve de prudence et se refusent à ce stade à parler ouvertement d'une alliance politique, voire électorale, entre...
commentaires (6)

CONDUITE PAR LE PATRIOTE RIFI L,ALLIANCE GRANDIRA !

LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

20 h 47, le 09 septembre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • CONDUITE PAR LE PATRIOTE RIFI L,ALLIANCE GRANDIRA !

    LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

    20 h 47, le 09 septembre 2017

  • Bravo pour votre unification c'est de bonne guerre !! Affaire à suivre car je pense que d'autres leurs emboîterons le pas !

    Bery tus

    15 h 25, le 08 septembre 2017

  • Qu'est ce qui rassemble ces trois politiciens sous un meme toit ? eh ben tous sont unis par un besoin imperieux de se ressourcer , de se donner un peu plus de panache . A mon humble avis , c'est peine perdue .

    Hitti arlette

    11 h 23, le 08 septembre 2017

  • BRAVO, MAIS IL FAUT BIEN CONTROLER LES GESTES DE SAMI POUR QU'IL FASSE PAS DES BETISES TOUT SEUL. VIVE LE LIBAN LIBRE.

    Gebran Eid

    11 h 14, le 08 septembre 2017

  • Une lueur d'espoir, a 300 metres par un temps de sombre brouillard ... ?

    Remy Martin

    09 h 54, le 08 septembre 2017

  • Pour l'instant ils ont raison. A suivre...

    Pierre Hadjigeorgiou

    09 h 35, le 08 septembre 2017

Retour en haut