Dans les coulisses de la diplomatie

Des rumeurs perturbent certaines accréditations d’ambassadeurs

Les États auprès desquels de nouveaux ambassadeurs du Liban ont été nommés ont commencé à accepter les lettres de créance des diplomates alors que des rumeurs, parfois malveillantes, retardent l'installation d'autres.

La Chine, l'Autriche, Oman et Bahreïn ont ainsi accepté les accréditations, respectivement, de Milia Jabbour, Ibrahim Assaf, Albert Samaha et Milad Nammour. Si d'autres diplomates attendent toujours leur tour, c'est notamment en raison des vacances d'été, que ce soit en Europe ou ailleurs. Le fait qu'un mois après leur nomination, des ambassadeurs n'aient toujours pas été accrédités ne signifie cependant pas qu'ils ne seront pas maintenus à leur poste, comme certains le laissent entendre avec insistance, car, conformément à la convention de Vienne, un État bénéficie d'un délai d'un à trois mois pour accepter les lettres de créance d'un ambassadeur nommé auprès de lui. Suivant la coutume en vigueur, si un pays n'a pas l'intention d'agréer la nomination du chef d'une mission diplomatique déterminée, il peut ne pas en informer directement le gouvernement concerné, et attendre que le délai de trois mois expire. Passé ce délai, le gouvernement est tenu de nommer un autre diplomate au même poste.

 

(Lire aussi : Makari à « L'OLJ » : « Bassil ne compte probablement pas les orthodoxes parmi les chrétiens... »)

 

Depuis que l'équipe Hariri a adopté un nouveau train de nominations diplomatiques, il y a un mois, des rumeurs ont commencé à circuler au sujet de certains ambassadeurs désignés à des postes-clés et se sont amplifiées au fur et à mesure que le temps passait sans que leur accréditation ne soit acceptée. C'est le cas notamment de Johnny Ibrahim, désigné au Vatican, que la rumeur présente comme un franc-maçon sur le point d'atteindre le sommet de la pyramide au sein de cette organisation contestée par l'Église, laquelle aurait fait savoir aux autorités libanaises qu'elle s'oppose à ce choix.

Sans nier avoir fait partie de la franc-maçonnerie, Johnny Ibrahim a assuré, lorsqu'il avait été interrogé sur la question, qu'il en avait démissionné. Toujours est-il que ni le palais Bustros ni aucune autre autorité libanaise n'ont été notifiés d'une éventuelle opposition du Saint-Siège à la nomination de M. Ibrahim.

Selon des sources diplomatiques, un autre diplomate qui convoitait le même poste serait à l'origine de ces rumeurs, lesquelles veulent actuellement que Johnny Ibrahim soit nommé à Washington, en remplacement de Gaby Issa, détenteur de la double nationalité libano-américaine. M. Issa serait à son tour nommé au Vatican, puisqu'il ne peut pas représenter le Liban dans un pays dont il détient la nationalité et que la procédure nécessaire pour renoncer à la nationalité américaine nécessite quatre à six mois. Washington aurait d'ailleurs demandé officieusement au Liban de nommer un autre chef de mission diplomatique, mais le président Michel Aoun aurait refusé.

 

Lire aussi

Les noms de certains des nouveaux ambassadeurs

Le train de nominations diplomatiques, un « exploit » qui soulève des contestations


Les États auprès desquels de nouveaux ambassadeurs du Liban ont été nommés ont commencé à accepter les lettres de créance des diplomates alors que des rumeurs, parfois malveillantes, retardent l'installation d'autres.


La Chine, l'Autriche, Oman et Bahreïn ont ainsi accepté les accréditations, respectivement, de Milia Jabbour, Ibrahim Assaf, Albert Samaha et Milad Nammour....

commentaires (2)

KEL MINE TABA3OU... ET LA PARTIE TRES TRES VIEILLE CONTINUE JUSQU,AUJOURD,HUI !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

19 h 51, le 27 août 2017

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • KEL MINE TABA3OU... ET LA PARTIE TRES TRES VIEILLE CONTINUE JUSQU,AUJOURD,HUI !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 51, le 27 août 2017

  • ....""Sans nier avoir fait partie de la franc-maçonnerie, Johnny Ibrahim a assuré, lorsqu'il avait été interrogé sur la question, qu'il en avait démissionné. Toujours est-il que ni le palais Bustros ni aucune autre autorité libanaise n'ont été notifiés d'une éventuelle opposition du Saint-Siège à la nomination de M. Ibrahim."" C'est le bon choix qu'un ambassadeur d'un pays au presque 20 confessions soit accrédité au Saint-Siège. Nous aurons le droit à des conversations intéressantes entre le pape et l'ambassadeur franc-maçon. Il est de quelle obédience cet ambassadeur ? En revanche, pour quoi l'impasse sur l'autre ambassadeur nommé au Koweit et qui risque d'essuyer un refus des autorités. Il appartient à quelle obédience, à quelle formation, pour motiver le refus ?

    CHARLES FAYAD

    12 h 12, le 26 août 2017