X

À La Une

L'actrice et militante Fadwa Suleimane, icône de la révolution syrienne, est décédée

france

L'actrice populaire de 44 ans, qui appartenait à la communauté alaouite, celle du président Assad, avait participé aux manifestations pacifiques à Damas au début du soulèvement en 2011.

OLJ/AFP
17/08/2017

L'actrice et militante syrienne Fadwa Suleimane, réfugiée en France après avoir participé au soulèvement contre le régime de Bachar el-Assad, est décédée des suites d'un cancer, ont indiqué jeudi ses proches.

"Elle est décédée dans la nuit des suites d'un cancer" dans un hôpital de la banlieue parisienne, a déclaré à l'AFP l'acteur syrien Farès al-Helou, qui vit également en France, soulignant qu'elle était restée active jusqu'au bout, participant à des manifestations culturelles.

"Fadwa nous a quittés, elle a quitté ce monde laid", a écrit sur sa page Facebook son beau-frère, Hassane Taha.

Actrice populaire, Fadwa Suleimane, 44 ans, qui appartenait à la communauté alaouite, celle du président Assad, avait participé aux manifestations pacifiques à Damas au début du soulèvement en 2011, et avait tenté de convaincre les villes alaouites de Lattaquié (nord-ouest) et Tartous (ouest) de rejoindre le mouvement.

Elle était devenue une icône de la révolution syrienne lorsqu'elle avait appelé à visage découvert à résister au régime, lors d'une manifestation retransmise par les télévisions à Homs (ouest), bastion sunnite de l'insurrection, "pour empêcher la révolution de devenir une guerre confessionnelle".

A Homs, puis à Damas où elle a vécu dans la clandestinité, Fadwa Suleimane avait mis au service du soulèvement une notoriété acquise au théâtre et dans des séries télévisées.
Menacée, elle avait traversé clandestinement à pied la frontière avec la Jordanie avant de se réfugier en France, d'où elle s'était déclarée dans un entretien avec l'AFP¨en 2012 amère de voir "une révolution pacifique virer à la guerre civile".

Déclenché en 2011 par la répression de manifestations pro-démocratie et opposant initialement armée et rebelles, le conflit en Syrie s'est complexifié au fil des ans avec l'implication d'acteurs régionaux, de puissances étrangères et de groupes jihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé. Il a fait plus de 330.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

 

Pour mémoire

Fadwa Suleimane, icône de la révolution, voit venir « la guerre confessionnelle »

L'actrice alaouite Fadwa Suleimane appelle les Syriens à rejoindre la révolution

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ELLE AVAIT SPECIFIE QUE LA MANIFESTATION PACIFIQUE FUT TRANSFORMEE PAR LE BARBARE REGIME EN GUERRE CIVILE...

AIGLEPERçANT

Elle est morte de sa belle MORT.

Paix à son âme. La Syrie du héros lui survivra.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pas de guerre israélienne contre le Liban, mais les options régionales restent ouvertes, selon Nasrallah

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.