Diaspora

Plus de 200 jeunes émigrés libanais à la découverte du pays de leurs ancêtres

C'est dans le cadre du projet « LEBolution », lancé pour la première fois en 2015 par la section jeunesse de l'ULCM, que 218 jeunes issus de la diaspora ont arpenté le Liban.

Les jeunes ont laissé des empreintes colorées sur un mur blanc à Tripoli, pour marquer leur passage au Liban. Photo LEBolution.

Ils se sont découverts, il y a dix jours, à l'aéroport de Beyrouth. Chaque délégation était rassemblée derrière son drapeau. Au milieu des groupes trônait celui qui les réunit tous, le drapeau libanais. Sur les visages des jeunes, un peu d'appréhension, mais aussi de l'excitation. Le climat était détendu et les langues se sont déliées.
Il y a dix jours, ces jeunes Libanais de la diaspora foulaient, pour la première fois, le sol du pays du Cèdre. 218 jeunes, venus de 22 pays différents et s'exprimant, en tout, dans huit langues. Dix jours durant, ils ont parcouru le Liban sur la piste de leurs origines. C'est dans le cadre du projet « LEBolution », créé par la section jeunesse de l'Union libanaise culturelle mondiale (ULCM), que s'est déroulé ce voyage, qui s'est achevé hier. L'ULCM est une organisation internationale non gouvernementale, composée de Libanais de la diaspora et qui a pour but la promotion et la préservation de la culture libanaise ainsi que la création de liens entre les Libanais résidant dans le pays et leurs compatriotes de la diaspora.
À leur arrivée, les jeunes ont été accueillis par le ministre du Tourisme, Avédis Guidanian, et c'est à Notre-Dame du Mont, à Adma, que les délégations ont été logées durant leur séjour. Mais c'est le Liban entier que les jeunes ont visité. Ils ont pu se rendre aux Cèdres, dans la réserve du Chouf, et ont découvert les villes de Jbeil, de Saïda, de Tyr, de Batroun et de Tripoli.
Âgés de 18 à 30 ans, ces jeunes ont été accueillis au Parlement par le député Ali Bazzi, représentant le président de la Chambre, Nabih Berry, à l'initiative du Rassemblement des dirigeants et chefs d'entreprise libanais. Pour l'occasion, les jeunes n'ont pas été avares de questions. Une jeune femme venant du Chili s'est insurgée contre le fait que ses enfants ne seront pas en droit d'obtenir la nationalité libanaise parce qu'elle est mariée à un Chilien. La foule s'embrase, tout le monde applaudit. Car ces jeunes de la diaspora sont très attachés à la culture libanaise transmise par leurs parents et souhaitent à leur tour la transmettre aux générations futures. Le droit de vote des Libanais à l'étranger a été aussi une question récurrente à laquelle les autorités compétentes n'ont cependant pas pu répondre de manière satisfaisante.
L'ULCM jeunesse a organisé ce voyage en collaboration avec l'État libanais, qui, durant toute la durée du voyage, a assuré la sécurité du groupe. Le ministère du Tourisme leur a en outre assuré plusieurs cars pour les différentes pérégrinations au Liban, alors que le ministère de la Culture a mis des guides à la disposition du groupe.
À la fin de la visite à Tripoli, un mur blanc a été mis à la disposition des jeunes pour que chacun, à l'aide d'une peinture, marque avec ses mains son passage au pays du Cèdre. Tout un symbole pour ces jeunes qui gardent ainsi leurs empreintes dans ce qui est aussi leur pays. Il faut dire que « LEBolution » n'est pas qu'un projet culturel, mais également un projet humain qui a permis aux jeunes venant des quatre coins de la Terre de nouer divers liens d'amitié.


Ils se sont découverts, il y a dix jours, à l'aéroport de Beyrouth. Chaque délégation était rassemblée derrière son drapeau. Au milieu des groupes trônait celui qui les réunit tous, le drapeau libanais. Sur les visages des jeunes, un peu d'appréhension, mais aussi de l'excitation. Le climat était détendu et les langues se sont déliées.
Il y a dix jours, ces jeunes Libanais...

commentaires (0)

Commentaires (0)