X

Moyen Orient et Monde

Retour à la surenchère entre Moscou et Washington après les sanctions

Crise diplomatique
OLJ
01/08/2017

La confrontation était relancée hier entre la Russie et les États-Unis après un nouvel échange de sanctions qui semble porter un coup de grâce aux espoirs de réchauffement suscités par l'élection de Donald Trump. La réduction imposée de près des deux tiers du personnel des missions diplomatiques américaines en Russie – une mesure inédite – ne laisse plus de doute. Six mois après l'arrivée du milliardaire à la Maison-Blanche, non seulement la lune de miel promise n'a pas eu lieu, mais l'heure est à nouveau à la surenchère dans la nouvelle guerre froide qui s'est installée entre Moscou et Washington.
« Nous souhaitons un développement solide de nos relations, et nous constatons avec regret que pour l'instant nous sommes loin de cet idéal », a reconnu hier le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. « Sortir de cette situation demande (...) de vouloir normaliser les relations et de renoncer aux tentatives de diktat par les sanctions. Malgré tout, le président a souligné notre intérêt à continuer à coopérer là où cela répond à nos intérêts », a-t-il ajouté.
Déjà plombés par les conflits en Ukraine et en Syrie, les rapports russo-américains sont désormais empoisonnés par les accusations d'ingérences russes pendant la présidentielle américaine, au sujet desquelles une enquête est en cours à Washington. Après des votes à la quasi-unanimité la semaine dernière dans les deux chambres du Congrès américain pour imposer de nouvelles sanctions économiques à Moscou, la Russie a riposté en imposant une réduction drastique des personnes travaillant dans les missions américaines sur son sol, diplomates ou personnel technique.
À la télévision dimanche soir, Vladimir Poutine a chiffré cette mesure qui prend effet au 1er septembre : le personnel des ambassade et consulats américains devra être réduit à 755 personnes pour être ramené à 455, au niveau des effectifs des représentations russes aux États-Unis. Cette mesure, d'une ampleur inédite, concerne l'ensemble du personnel, et va donc affecter le personnel local russe. Dénonçant « un acte regrettable et injustifié », le département d'État américain a prévenu réfléchir à la réponse à apporter.

« Pas pour bientôt »
« Nous avons attendu assez longtemps, en espérant que la situation changerait peut-être pour le mieux, a expliqué M. Poutine. Mais il semble que, même si la situation change, ce n'est pas pour bientôt. » Ce constat était largement partagé hier à Moscou où la presse et les experts n'espéraient aucun rabibochage dans le contexte actuel malgré les promesses de Donald Trump de se rapprocher de la Russie et de revenir sur la dégradation de la présidence de Barack Obama.
« Les mesures prises par la Russie constituent un élargissement et un renforcement de la confrontation avec les États-Unis », explique à l'AFP Nikolaï Petrov, de la Haute École d'économie de Moscou. « La Russie ne dispose pas de tellement de ressources économiques et militaires pour répondre (à Washington, NDLR) par des sanctions, mais la Russie peut nuire aux États-Unis dans le domaine de la politique internationale », a jugé le politologue, évoquant la possibilité de
« nouvelles cyberattaques ».
Dans le journal pro-Kremlin Izvestia, le politologue Viktor Olévitch juge que les sanctions du Congrès « ont mis une croix sur les espoirs de Moscou d'une rapide normalisation ». « Les espoirs d'amélioration des relations entre la Russie et les États-Unis se sont définitivement évanouis », renchérit le quotidien libéral Vedomosti, évoquant « un nouveau niveau dans la guerre de sanctions (...) risquant de causer des pertes plus importantes à la Russie qu'aux États-Unis ».
Les investisseurs semblaient partager ce constat puisque les marchés financiers russes, qui avaient progressé après l'élection de Donald Trump, accusaient le coup hier. Le rouble s'échangeait en baisse, comme l'indice boursier moscovite RTS qui perdait plus de 1 %. « Les dernières sanctions vont renforcer le message que la Russie présente un risque élevé » pour les investisseurs et « de nombreuses entreprises vont estimer qu'elles n'ont pas besoin de prendre ce risque et attendre de voir comment la situation évolue dans les années à venir », a expliqué à l'AFP l'économiste Chris Weafer, fondateur de la société de conseil Macro Advisory.

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le commandant en chef de l’armée et l’agenda politique

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants