Moyen Orient et Monde

Démission de Pierre de Villiers : « la première grosse erreur du quinquennat de Macron »

Interview express

Michel Goya décrypte pour « L'Orient-Le Jour » les tenants et aboutissants du conflit entre Emmanuel Macron et l'ancien chef d'état-major des armées, Pierre de Villiers.

20/07/2017

Le chef d'état-major français Pierre de Villiers, qui avait critiqué les 850 millions d'euros d'économies réclamés cette année aux armées, a présenté hier sa démission au président Emmanuel Macron. Un fait historique sous la Ve République. Ancien colonel et spécialiste des questions de défense, Michel Goya décrypte pour « L'Orient-Le Jour » les tenants et les aboutissants de ce conflit.

Q – Emmanuel Macron s'était engagé, pendant sa campagne, à augmenter le budget de la défense à 2 % du PIB d'ici à 2020. Trois mois plus tard, le chef de l'état-major démissionne. Comment en est-on arrivé à une telle situation ?
R – Cette décision a été provoquée par la trahison et l'humiliation dont a fait l'objet Pierre de Villiers. Bien qu'elle entre en contradiction avec les promesses de campagne d'Emmanuel Macron, cette nouvelle offensive du ministère de l'Économie (Bercy réclame 850 millions d'économie aux armées) n'est en soi pas surprenante. Elle a lieu chaque été. Cependant, je vois mal comment Pierre de Villiers aurait pu accepter sa reconduction à la tête de l'état-major, le 1er juillet, en étant informé d'une telle coupe budgétaire. Il ne l'aurait jamais fait.
De plus, les récentes annonces concernant 2018 sont loin du changement promis. L'augmentation du budget de la défense de 1,5 milliard d'euros avait déjà été décidée sous le quinquennat de François Hollande. Les montants alloués aux opérations extérieures seront similaires à ceux de 2017. Le président est clairement revenu sur sa promesse d'aider les armées. Et il a jugé bon de remettre de l'huile sur le feu dans son discours du 13 juillet, dans lequel il humilie le « premier des militaires » devant ses hommes, au ministère de la Défense, en lui demandant de se taire. Ce n'était pas nécessaire. C'est la première grosse erreur de son quinquennat.

Le nouveau chef de l'état-major, François Lecointre, a-t-il été choisi pour sa « Macron-compatibilité » ?
J'ignore pour quelles raisons il a été choisi, mais il est forcément « Macron-compatible ». La relation entre le chef des armées (le président de la République) et le chef de l'état-major repose sur une très grande confiance. On aurait pu penser qu'Emmanuel Macron allait nommer quelqu'un de docile, or François Lecointre est quelqu'un de très courageux intellectuellement. Ce n'est pas quelqu'un qui va se taire et appliquer sagement les consignes. On peut donc s'attendre à une poursuite du combat de sa part. Les armées traversent une crise profonde. Il a accepté de monter au front, il doit améliorer leur situation.

Quelles peuvent-être les conséquences de la coupe budgétaire de 850 millions d'euros réclamée aux armées ?
Trois secteurs peuvent être affectés par une telle annonce. On pense tout d'abord au recrutement. Cela dit, un budget a déjà été validé pour cette année, donc il ne devrait pas être concerné à court terme. Ces économies vont d'abord impacter l'entraînement des militaires : les pilotes de l'armée de l'air vont disposer de moins d'heures de vol, tandis que le temps passé sur le terrain par leurs collègues de l'armée de terre sera réduit. Mais ce n'est rien par rapport aux conséquences matérielles de cette annonce. Les commandes de nouveaux équipements vont devoir être reportées. On va ainsi obliger les militaires à travailler avec du matériel ancien, ce qui réduit grandement leur efficacité. Cela vient s'ajouter à la fatigue des soldats, éprouvés par l'opération Sentinelle (protection du territoire national). En période de menace terroriste, ce n'est clairement pas souhaitable et pose des questions concernant la sécurité du territoire.

 

 

Pour mémoire
Macron à Nice, un an après l'attentat : Le 14 juillet "ne sera plus jamais le même"

La coopération en matière de sécurité, en tête des priorités de Paris, annonce le nouvel ambassadeur de France au Liban

Une équipe et un message : le nouveau départ de la politique internationale de la France

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Alexandre Hage

C'est vraiment incompréhensible ! De nos jours seule la voix du fort est entendue. L'Allemagne est entendu pour sa force économique la Russie pour sa puissance militaire tout comme les États Unis et la chine. Si nous n'avons ni force économique ni puissance militaire, on serait entendu pour nos beaux yeux ou nos fromages. C'est vraiment la vache qui rit là!

Ma Fi Metlo

Si ces coupes budgétaires vont réduire les activités militaires françaises en les rendant moins efficaces , comment donc pourra t il faire pour aider ses "partenaires" africains ou moyens orientaux ??

Ah il est mal là , très mal le gamin ..

Bouez Chahine

Lorsque l'amateurisme gouverne le France, 5ème puissance mondiale, membre permanent du Conseil de Sécurité avec droit de veto grâce au général de Gaulle... Ce spectacle donquichottesque vu de là où repose le Général, est lamentable pour ne pas dire affligeant.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUAND LA MATURITE MANQUE !

Tabet Ibrahim

Emmanuel Macron a eu tort d'humilier le général de Villiers et au delà de sa personne l’armée française. Sa posture autoritaire : " je suis le chef" reflète son immaturité.

Assad Fakhouri

“La philosophie ne consiste-t-elle pas, après tout, à faire semblant d'ignorer ce que l'on sait et de savoir ce que l'on ignore ?”
de Paul Valéry
Extrait de L'Homme et la coquille

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Après le budget, la classe politique en mode électoral

Commentaire de Anthony SAMRANI

Leur califat est mort, pas encore enterré

Un peu plus de Médéa AZOURI

#metoo

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.