X

Culture

À Baalbeck, Kidjo mobilise les icônes de la musique noire

Festival
17/07/2017

Sur la scène du Festival international de Baalbeck, la chanteuse béninoise Angelique Kidjo, l'une des grandes divas de la musique africaine, a fait voyager son public qui s'est surpris à s'émouvoir, à dodeliner et même à danser sur les rythmes endiablés venus d'Afrique, des États-Unis et des Caraïbes.

Pour son tour de chant, l'artiste a convoqué trois icônes de la musique noire. Pour l'Afrique, « Mama Afrika » Myriam Makeba, la papesse de la musique africaine, dont elle est la digne héritière, et ses tubes Pata Pata, Malaïkaet Saduva. Pour les États-Unis, Nina Simone, la prêtresse du jazz, avec Sealion, My Baby Just Cares for meet Feeling Good. Pour les Caraïbes, la reine de la salsa et de la rumba cubaines, Celia Cruz, avec les titres Quimbara, Cucalaet Toro Mata.

Un voyage admirablement porté par une Angelique Kidjo, femme de cœur éclatante de vitalité, jouant de complicité avec les spectateurs, notamment lorsqu'elle a interprété son tube Afirikaet la chanson de Feyrouz, Kanou Ya Habibi.

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.