X

À La Une

Winnie l'ourson censuré en Chine ?

Dans la presse

La ressemblance du personnage de dessin animé avec le président Xi Jinping serait à l'origine de la censure, rapporte le Financial Times. 

OLJ
16/07/2017

Winne l'ourson, ce célèbre personnage de dessin animé crée par l'auteur britannique A.A. Milne en 1926, vient s'ajouter à la liste des contenus jugés sensibles par les autorités chinoises, selon une information rapportée dimanche par le Financial Times. Selon le quotidien britannique, les autorités auraient décidé de le censurer sur les réseaux sociaux dans le pays en raison de sa ressemblance avec le président chinois, Xi Jinping...

"Malgré tous ses efforts, un ourson ne passe pas la censure chinoise", constate le quotidien économique et financier dans un tweet. Sur ce message apparaissent deux photos, à gauche, Winnie l'ourson en compagnie de son fidèle ami, Tigrou. À droite, le président chinois, Xi Jinping, en compagnie de son homologue de l'époque, Barack Obama, dans une photo datée de 2013. C'est à cette date-là que, selon le FT, les premières comparaisons on fait surface sur les réseaux sociaux en Chine.

 

"Les messages contenant le nom du personnage ont été censurés sur le réseau Sina Weibo, la version chinoise de Twitter, durant le week-end", précise le FT qui ajoute que "des messages animés en format gif ont également été bannis de l'appli mobile WeChat". Il précise qu'aucune explication officielle n'a jusque-là été fournie, mais que, selon des observateurs, c'est en effet la comparaison entre le physique de Winnie l'ourson et le président chinois qui a poussé les autorité à effectuer cette censure. 

"Historiquement, deux choses sont interdites : s'organiser politiquement et mener des actions politiques. Mais cette année, il est également interdit de parler du président", explique au FT Qiao Mu, professeur à l'université des langues étrangères de Pékin.

L'internet est très contrôlé en Chine, dont le gouvernement bloque des réseaux sociaux étrangers comme Facebook et Twitter et censure tous les contenus jugés politiquement sensibles. Dans un rapport publié en avril dernier, Reporters sans frontières a classé la Chine au 176e rang mondial sur 180 pays pour la liberté de la presse, juste devant la Syrie. Une liberté qui s'est réduite depuis l'arrivée au pouvoir de Xi Jinping fin 2012.

 

Lire l'intégralité de l'article du Financial Times ici

 

Lire aussi

La Chine bannit l'homosexualité et l'adultère des vidéos en ligne

Une étudiante critique la Chine aux Etats-Unis, le web s'enflamme

Pékin donne un tour de vis à l'information en ligne

Chine: l'appli mobile Google Translate passe la censure

Dénoncez un espion : la Chine offre 68.000 euros

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Après l’ONU, la France, où quatre dossiers seront évoqués entre Aoun et Macron

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.