Liban

Avec Macron et Le Drian, une nouvelle impulsion dans les rapports franco-libanais

Diplomatie
07/06/2017

Quels changements attendre au niveau de la diplomatie française, plus particulièrement à l'égard du Liban et de la région du Proche-Orient ?

Avec le tandem formé du président Emmanuel Macron et du chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian, on pourrait percevoir de nouvelles orientations au Quai d'Orsay, mais celles-ci ne devraient se clarifier qu'au lendemain des prochaines législatives, supposées donner au nouveau président de la République une majorité nécessaire pour gouverner.

Après la « tiédeur » relative de la période Hollande-Fabius puis Hollande-Ayrault, à l'égard du Liban, des observateurs avisés de la politique étrangère française estiment que le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères (appellation qui a succédé à la précédente : ministère des Affaires étrangères et du Développement international) adoptera forcément de nouvelles normes et d'autres repères pour les relations franco-libanaises.

Le nouveau patron du Quai d'Orsay, qui était précédemment à la Défense, serait forcément plus attentionné à l'égard du pays du Cèdre, d'autant qu'il y a effectué plusieurs séjours. Le premier lui avait permis d'aligner en grande pompe sur le tarmac de l'aéroport de Beyrouth les 48 batteries de missiles « Milan » prélevées sur les stocks de l'armée française, en guise de concrétisation du défunt accord franco-saoudien (Donas) de 3 milliards de dollars d'aides à l'armée libanaise.

 

(Lire aussi : Bonne à « L'OLJ » : Le Liban a un message important à porter au monde sur les moyens d'accommoder les différences)

 

M. Le Drian avait fait de son mieux pour que ce projet se réalise et avait entre-temps, à la suite d'autres escales beyrouthines, sympathisé avec les dirigeants libanais, civils et militaires, de l'époque. Des personnes de l'entourage du nouveau chef de la diplomatie française laissent entendre qu'à défaut d'avoir pu aider l'armée libanaise, pour des raisons bien entendu indépendantes de sa volonté, M. Le Drian se rattrapera par une attention particulière au niveau de l'aide humanitaire française au Liban.
Il avait pu, lors de ses voyages à Beyrouth et dans la région, mesurer la gravité de la présence en terre libanaise d'une population de réfugiés syriens représentant plus que la moitié des Libanais.

Avec un nouvel ambassadeur à la Résidence des Pins, les relations franco-libanaises devraient être marquées, sous l'impulsion de M. Le Drian et à la faveur de l'attitude de l'Élysée vis-à-vis de la guerre syrienne, par un soutien plus ferme au Liban. Cela devrait favoriser aussi une sensibilisation accrue des pays européens à l'égard des dangers causés par l'exode des réfugiés syriens. Un exode qui pourrait encore s'intensifier, dit-on dans des milieux gouvernementaux français, en l'absence de la solution politique attendue de l'autre côté de la frontière.

Tout cela sous réserve des nouvelles orientations de la politique étrangère française que stimulerait une nouvelle équipe de conseillers. Une politique étrangère basée sur une déclaration du président Emmanuel Macron portant sur la nécessité d'aller de l'avant dans la recherche d'une formule de transition politique en Syrie, sachant qu'une réouverture de l'ambassade de France à Damas n'est pas envisagée dans le contexte présent.

 

 

Lire aussi

Du jamais-vu dans l'histoire du Liban : 44 postes d'ambassadeur vacants

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

VITESSE DE CROISIÈRE

Ok pour le Liban, on a lu et on a rien compris nous sommes habitués à des verbiages dénués de tout sens pratique.

Mais dites nous les français que comptez-vous faire pour le qatar qui vous nourrit mais qui est agressé par les bensaouds que vous avez quand même décoré d'une médaille de l'infamie ?

Wasalammmmmmmm. ..

M.V.

Après 5 ans de règne lénifiant/anxiogène , d'un président anormalement normal.. , l'on peut s'attendre à tout...même au pire...!

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!