X

Moyen Orient et Monde

Les Nations unies au chevet des océans en péril

Conférence
05/06/2017

Très attendue par la communauté internationale, la conférence inédite des Nations unies sur les océans se tiendra au Palais de verre à New York, du 5 au 9 juin, en présence d'un grand nombre de chefs d'État et de gouvernement, mais aussi d'agences et d'organisations internationales.

Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines en vue du développement durable est l'objectif de ce sommet axé sur les solutions et l'engagement de toutes les parties prenantes à les appliquer. Cette conférence est placée sous l'égide des gouvernements de Fidji et de la Suède.
Le 8 juin, à l'occasion de la Journée mondiale de l'océan, l'Unesco présentera son rapport mondial sur les sciences océaniques. Ce premier rapport dresse un inventaire de l'état de cette discipline dans le monde et des moyens qui lui sont consacrés : budget, effectifs, équipement, publications. Il plaide aussi en faveur d'investissements accrus dans ce secteur, compte tenu de son importance économique et du rôle-clé que joue l'océan en matière de régulation du climat. Par ailleurs, le Bureau des affaires maritimes et du droit de la mer des Nations unies célébrera la Journée mondiale des océans et récompensera les lauréats du concours annuel de photo océanique lors d'une cérémonie qui se tiendra au siège de l'ONU. D'autres événements sur le patrimoine subaquatique et les sites marins du patrimoine mondial sont également prévus lors de la conférence.

« Appel à l'action »
La conférence devra adopter par consensus une déclaration concise, sous la forme d'un « appel à l'action » pour soutenir la mise en œuvre de l'objectif de développement durable 14 (ODD). Elle permettra en outre de mieux réfléchir sur un changement significatif de la manière de faire les choses pour améliorer le déclin des océans, qui affectent la santé, la planète et la prospérité.
« Que vous regardiez la diminution des stocks de poissons qui atteignent des seuils critiques ou le degré d'acidification des océans, ou encore la quantité des déchets plastiques qui les polluent, je pense que toute personne sensée ne peut que conclure à la nécessité d'agir de façon urgente », résume le président de l'Assemblée générale de l'ONU, Peter Thomson.
Par ailleurs, le réchauffement climatique accélère la fonte des glaces polaires, provoquant une montée du niveau des océans et un accroissement de la fréquence des phénomènes météorologiques extrêmes comme les ouragans, qui menacent directement les populations côtières, surtout dans les petites îles et dans les pays en développement.
Outre le changement climatique, la seule pollution par les déchets plastiques, estimée à plus de huit millions de tonnes annuellement, tue chaque année jusqu'à un million d'oiseaux qui les ingèrent, ainsi que 100 000 mammifères marins et d'innombrables poissons et autres créatures des mers.
La paix et la sécurité à travers le monde sont aussi des facteurs indispensables pour le développement durable afin d'assurer que tous puissent accéder aux bienfaits et aux bénéfices des océans, car comme l'indique le secrétaire général António Guterres : « Il ne saurait y avoir de sécurité sans développement ou de développement sans sécurité. »

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Je te/nous hais !

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué