Dernières Infos

Turquie: arrestation de deux professeurs en grève de la faim

AFP
22/05/2017

Les autorités turques ont arrêté lundi deux professeurs turcs qui observent une grève de la faim depuis plus de deux mois pour protester contre leur limogeage par le gouvernement, selon les médias.

Nuriye Gülmen, une universitaire, et Semih Özakça, un enseignant dans le primaire, ont été limogés dans le cadre des vastes purges qui ont suivi le coup d'Etat avorté de juillet, imputé par Ankara au prédicateur Fethullah Gülen qui vit aux Etats-Unis.Celui ci dément tout rôle dans le coup manqué.
Ils ont entamé il y a 75 jours une grève de la faim, après plus de 100 jours passés à manifester quotidiennement pour retrouver leur travail.
Ils ont été interpellés par la police tôt lundi en application de mandats d'arrêts qui ont été émis ce weekend, selon la chaîne de télévision NTV. Les charges qui pèsent contre eux n'étaient pas connues dans l'immédiat.

La femme de M. Özakça et les avocats de deux professeurs, qui ont tenté de s'opposer à leur arrestation, ont également été détenus, selon NTV.
"A bas le fascisme. Vive notre résistance par la grève de la faim. Nous voulons retrouver nos emplois. Nous n'avons pas renoncé et ne renoncerons pas", a écrit Mme Gülmen sur son compte Twitter après avoir annoncé que la police tentait d'investir la maison.

Un député du parti d'opposition CHP, Necati Yilmaz, a estimé sur Twitter que les autorités avaient arrêté les deux professeurs pour éviter qu'ils succombent à leur grève de la faim et que cela ne déclenche "de nouvelles manifestations similaires à Gezi".
Il faisait allusion à l'évacuation manu militari le 31 mai 2013 de plusieurs centaines de personnes campant dans le parc Gezi près de la place Taksim d'Istanbul dans le cadre d'un projet d'aménagement urbain, déclenchant un mouvement de contestation de trois semaines contre le président Recep Tayyip Erdogan.

Depuis le putsch manqué, plus de 46.000 personnes, notamment des policiers, des magistrats et des enseignants, ont été incarcérées et plus de 100.000 limogées ou suspendues.
Ces mesures ont suscité l'inquiétude d'ONG et de pays européens qui dénoncent une répression tous azimuts qui vise notamment les milieux prokurdes et des médias critiques.

Le chef du groupe Socialistes et Démocrates du Parlement européen, l'Italien Gianni Pitella, avait rendu visite le 12 mai aux deux grévistes de la faim.
"La Turquie mérite une démocratie pleine et entière et je suis ici pour partager leur combat", avait-il alors déclaré.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants