Liban

Télécoms : le bond en avant annoncé du Liban

Transmission de données
19/05/2017

Bonne nouvelle enfin, pour les internautes du pays, après des années de promesses non tenues et d'espoirs vains. D'ici à la fin de l'année, la fibre optique sera amenée aux habitations de Beyrouth. Les abonnés bénéficieront d'une connexion rapide et performante, à des prix comparables à ceux pratiqués dans les grandes capitales internationales, pas très loin des tarifs actuels pratiqués sur DSL. Les premières connexions pilotes relieront les quartiers d'Achrafieh, de Nahr, de Hamra et de Ras-Beyrouth. Une fois ces quartiers connectés, les choses devraient aller plus vite pour les régions principales du pays. Le développement de la fibre optique à l'ensemble du pays dépendra alors du succès du service. Et des alternatives seront proposées aux régions qui n'en bénéficieront pas.
C'est ce qu'explique à L'Orient-Le Jour Habib Torbey, PDG de GDS, (GlobalCom Data Services).

L'opérateur local de transmission de données, filiale de GlobalCom Holding dont M. Torbey est également directeur général, a été « autorisé par le ministre des Télécoms Jamal Jarrah, sur base d'un décret datant de l'année 2000, à exécuter sa licence de développement du secteur de l'internet obtenue en Conseil des ministres en 1997 ». Le ministre ayant récemment déclaré que l'État n'était pas disposé à développer lui-même le réseau de fibre optique jusqu'aux particuliers, vu le coût élevé d'une telle démarche. L'accord a donc été signé par les deux parties, il y a quelques jours.

Quels sont les enjeux d'une telle décision et comment cet accord a abouti ? « Notre entreprise a aujourd'hui l'opportunité de sortir le pays des problèmes liés au manque de performance des services télécoms et internet. Un manque dramatique pour toute l'économie du pays », affirme M. Torbey. Il a d'ailleurs « été clairement démontré sur d'autres marchés que l'amélioration des services internet se traduit par la multiplication du PIB et des richesses nationales », sans oublier que cette amélioration permettra « de limiter la fuite des cerveaux ». Participant à la rencontre, Maroun Chammas, président d'IDM (Inconet Data Manager), société sœur de GDS, rappelle que selon la Banque mondiale, « chaque 10 % de pénétration d'un service efficace de bande passante représente 1 % de plus sur le PIB d'un pays ». C'est dire combien « les blocages à répétition ont entravé le bon développement du secteur des télécoms au Liban », renchérit son collègue.

 

Lorsque la politique s'en mêle
Quant à l'accord, « il résulte de la politique du gouvernement actuel d'encourager le secteur privé à investir pour répondre aux besoins du secteur des télécoms », observe Habib Torbey. GDS devra investir « plusieurs dizaines de millions de dollars », un investissement qui sera « proportionnel au succès du service proposé ». L'entreprise « installera donc l'infrastructure, qu'elle mettra à la disposition des 112 ISP licenciés » (fournisseurs de services internet), parmi lesquels le fournisseur étatique Ogero. « GDS devra aussi payer au ministère un droit de passage sur le réseau télécoms et lui reverser 20 % de ses revenus », ajoute le spécialiste. « Et ce, compte tenu du fait que 900 000 foyers libanais environ sont connectés, parmi lesquels 500 000 passent par les distributeurs agréés, public et privés, et 400 000 par les distributeurs illégaux de quartier », note M. Chammas.

Si l'annonce du développement imminent de la fibre optique ne peut qu'être applaudie, la polémique enfle concernant l'attribution du marché à une seule entreprise. « L'autorisation accordée à GDS n'a rien d'un monopole, car les droits seront aussi accordés aux entreprises qui en feront la demande », soutient Habib Torbey, notant que six opérateurs locaux de transmission de données, de même que l'opérateur étatique Ogero ont aujourd'hui la capacité de développer le réseau de fibre optique. « Nous sommes juste le premier opérateur à avoir signé. Le plus dur est fait. Nous avons pavé la voie aux autres, qui signeront rapidement », insiste-t-il, saluant « les efforts considérables » déployés par l'État « pour redresser le secteur des télécoms ».
Il ne reste plus qu'à faire taire les rumeurs malveillantes qui tentent de faire échec à la décision. Mais le dossier se politise, une fois de plus.

 

Pour mémoire

Jarrah réoriente la modernisation du réseau Internet

Une connexion rapide pour bientôt, par fibre optique, promet la commission parlementaire des Télécoms

Hariri veut multiplier « par vingt » la vitesse du débit internet au Liban

 

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ESPERONS QU,IL SOIT EN AVANT ET NON EN ARRIERE COMME ON EN EST HABITUE !

TYAN Georges

En fin d'année c'est à dire à Noel, heureux ceux qui croeint encore à ce bonhomme.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1 / 1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Aïn el-Héloué : bras de fer entre Libanais et Palestiniens au sujet d’un terroriste en cavale

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.