Rechercher
Rechercher

Culture - Festival de Cannes

Et le tapis rouge s’est déroulé pour la 70e fois

Claudia Cardinale trône sur le Grand Palais.

Cannes, avec la belle Claudia Cardinale virevoltant sur fond rouge sur les frontons du Grand Palais. Cannes avec un soleil plus radieux que jamais.
Cannes et son tapis rouge qui semble immense et interminable mais qui, en fait, ne l'est que par son aspect prestigieux. Cannes enfin, la belle, l'envoûtante, qui attire les stars de tous les coins du monde – cette année Clint Eastwood, Jane Campion, David Lynch et Alejandro Inãrritu seront là pour animer des événements –, ainsi que les paparazzis qui installent leurs escaliers et escabeaux et les défendent bec et ongles. Cannes a déroulé son tapis.

Festivités...
Pour son 70e anniversaire, le festival se caractérise par une sélection assez particulière mais aussi par douze jours de célébration. Les soirées sont nombreuses et différentes durant cette édition. Parmi ces dates : une soirée anniversaire, sous la présidence d'Isabelle Huppert, regroupera de nombreuses personnalités ainsi que les grands du métier qui ont marqué l'histoire du festival. Un concert exceptionnel de -M- « ÎL » Est une âme (le Baptême de Lamomali) avec la participation de Fatoumata Diawara, Toumani & Sidiki Diabaté. Une publication de Ces années-là (Stock) sera lancée ainsi qu'un prix des photographes pour découvrir chaque jour les clichés les plus marquants. Cannes Classics fera aussi la part belle aux films des réalisateurs palmés. Enfin, c'est la ville de Cannes qui se mettra entièrement au diapason de la fête.

... et sélection
Si le président du jury Pedro Almodovar, habitué du festival, porte la bannière de l'Espagne, la maîtresse de cérémonie, elle, est la plus française des Italiennes. Monica Bellucci sera pour la seconde fois une maîtresse de cérémonie aux couleurs de la séduction. Deux traits intéressants caractérisent la sélection officielle. D'abord une primauté des films français, puisque mis à part les films concourant pour la Palme d'or : 120 battements par minute, de Robin Campillo ; Rodin, de Jacques Doillon ; Le Redoutable, de Michel Hazanavicius, et L'Amant double, de François Ozon, il faut ajouter les longs métrages présentés dans la section « Un certain regard » par Mathieu Amalric (Barbara), Laurent Cantet (L'Atelier) et la nouvelle venue Léonor Serraille (Jeune Femme), et ceux montrés hors compétition ou en séance spéciale : notamment Les Fantômes d'Ismaël, le film d'ouverture d'Arnaud Desplechin, D'après une histoire vraie, de Roman Polanski, Nos années folles, d'André Téchiné, Visages Villages, d'Agnès Varda, Carré 35, d'Éric Caravaca. Enfin, à la Quinzaine des réalisateurs on pourrait voir Un beau soleil intérieur, de Claire Denis, L'Amant d'un jour, de Carine Tardieu, Ôtez-moi d'un doute, de Bruno Dumont et Jeannette, de Philippe Garrel.
Un fort concentré d'œuvres françaises mais en contrepartie un éloignement des grands studios américains car à l'exception d'Universal qui distribue, sans l'avoir produit, Les Proies de Sofia Coppola, les films d'outre-Atlantique brillent par leur absence et les seuls présents sont portés par les plateformes (Netflix et Amazon) ou des firmes indépendantes comme A24.
Ce choix de Netflix a soulevé des critiques car il faut savoir qu'en optant pour des films issus de cette plateforme, Thierry Frémeaux n'a pas respecté les délais de distribution et de diffusion en salles concernant le choix des films. Affaire à suivre. Et festival aussi.

Sources : agences et rédaction


Cannes, avec la belle Claudia Cardinale virevoltant sur fond rouge sur les frontons du Grand Palais. Cannes avec un soleil plus radieux que jamais.Cannes et son tapis rouge qui semble immense et interminable mais qui, en fait, ne l'est que par son aspect prestigieux. Cannes enfin, la belle, l'envoûtante, qui attire les stars de tous les coins du monde – cette année Clint Eastwood, Jane...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut