X

Sport

Chez les hommes et les dames, les Kényans s’illustrent aux avant-postes

Athlétisme – Semi-marathon de Tripoli

Cette huitième édition de la course avait pour objectif de soutenir les enfants atteints du cancer.

16/05/2017 | 00h00

L'association Ensemble pour le Liban (Maan Loubnan) a organisé, le week-end dernier, le désormais traditionnel semi-marathon international de Tripoli, sous le patronage du ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohammad Fneich. Placée sous l'égide de la Fédération libanaise d'athlétisme, cette huitième édition du semi-marathon de Tripoli a été comme à l'accoutumée un franc succès dans la mesure où les organisateurs ont parfaitement géré l'événement, qui a attiré un nombre impressionnant de participants. Il faut dire que le semi-marathon de Tripoli est une combinaison de trois courses de 21,1, de 7 et de 3 kilomètres. La présente édition avait un slogan écologique : « Garde-la verte ».Ainsi, par un temps radieux et dans une ambiance festive, pas moins de 25 000 athlètes libanais, arabes, asiatiques et européens, ainsi que certaines figures politiques, militaires, de la société civile et des élèves des écoles ont participé à cette manifestation sportive. On relevait notamment la présence du ministre Achraf Rifi, originaire de la ville, ainsi que de dizaines de personnalités politiques, militaires, sportives et religieuses qui se sont retrouvées aux côtés des organisateurs, dès les premières heures de la journée. Le départ a été donné, pour la course principale, de la Foire internationale de Tripoli devant une foule impressionnante. Les Tripolitains s'étaient déplacés en masse pour cet événement. En effet, entre participants, supporteurs ou simples spectateurs, pas moins de 25 000 personnes étaient présentes tout au long du circuit de la course pour soutenir les enfants atteints du cancer. Le semi-marathon a été accompagné de plusieurs manifestations : distribution de boissons et de pâtisseries au public qui s'est réjoui de l'ambiance bon enfant qui a prévalu tout au long de la compétition.
Avant le coup d'envoi, Rabih el-Ladkani, président de l'association Ensemble pour le Liban, n'a pas manqué de remercier dans une brève allocution tous ceux qui ont contribué au succès de l'événement, sans oublier de rendre hommage aux enfants cancéreux à qui le semi-marathon était dédié cette année. Chez les hommes comme chez les dames, ce sont les Kényans qui se sont illustrés aux avant-postes avec une victoire de Muange Ephraïm Kimata et de Mekuanet Yayeh. Dans la catégorie des Libanais, l'Armée libanaise a monopolisé le podium chez les hommes avec en tête de file Hussein Awada, qui a devancé Bilal Awada. Chez les dames, Katia Rached s'est imposée devant Ghina al-Assir, alors que l'inusable Elga Trad complète le trio de tête.
Voici les résultats de la course de 21,1 km :

Hommes
1. Muange Ephraïm Kimata (Kenya) 1h 03' 54''
2. Chesang Keitany (Kenya) 1h 05' 16''
3. Tola Dereje Megersa (Kenya) 1h 09' 39''.

Hommes libanais
1. Hussein Awada (Armée libanaise) 1h 13' 41''
2. Bilal Awada (Armée libanaise) 1h 14' 08''
3. Zaher Zeineddine (Armée libanaise) 1h 14' 14''.

Dames
1. Mekuanet Yayeh (Kenya) 1h 15' 37''
2. Belay Tegegn (Éthiopie) 1h 16' 19''
3. Bekele Wolkeba (Kenya) 1h 24' 29''.

Dames libanaises
1. Katia Rached (Champions) 1h 38' 39''
2. Ghina al-Assir (Champions) 1h 42' 07''
3. Elga Trad (Élite) 1h 45' 14''.

À la une

Retour à la page "Sport"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué