Liban

Khalil Hélou à « L’OLJ » : Le Hezbollah n’a plus besoin des zones dont il s’est retiré

Y. A. A. | OLJ
13/05/2017

Le Hezbollah s'est retiré hier de plusieurs positions militaires situées à la frontière avec la Syrie, au lendemain du discours du secrétaire général du parti, Hassan Nasrallah, dans lequel il affirmait que la mission de la formation chiite était « accomplie » dans cette zone.
« La résistance islamique (Hezbollah, NDLR) a remis à l'armée libanaise ses positions militaires situées à l'ouest du village de Toufayl et des hauteurs de Brital, Ham et Maaraboun, dans la chaîne montagneuse de l'Anti-Liban », peut-on lire dans un message Twitter du « média militaire », affilié au Hezbollah.
Interrogé à ce sujet par L'Orient-Le Jour, le général à la retraite Khalil Hélou, expert militaire, tient à souligner que les positions en question ne sont pas des fronts dans la guerre syrienne dans laquelle le parti chiite s'est engagé depuis 2013. « Il ne s'agit que de voies de passage empruntées par les combattants du Hezbollah pour se rendre en Syrie et participer aux combats. »
Assurant que les affrontements se déroulent sur le territoire syrien exclusivement, le général Hélou souligne qu'après le retrait des éléments armés de plusieurs villes syriennes, à l'instar de Madaya, Fou'a et Kfaria, le Hezbollah n'a plus besoin de préserver ces positions, sans compter qu'il doit « déployer ses combattants ailleurs ».
Le général à la retraite note, toutefois, qu' « en dépit de ce tableau, Hassan Nasrallah a besoin de calmer les appréhensions de sa base populaire, ce qui explique l'emploi du terme "mission accomplie" ».
Par ailleurs, Khalil Hélou ne manque pas de stigmatiser les rumeurs portant sur une éventuelle « coordination » entre l'armée libanaise et le parti chiite. « Il n'est pas bon de tenir de tels propos, d'autant que les Américains déploient de grands efforts pour aider et renforcer la troupe », dit-il, notant qu' « il revient au gouvernement libanais de prendre les décisions adéquates concernant la situation dans les zones frontalières ».

Y. A. A.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué