X

Disparus de la guerre civile : S'ils pouvaient témoigner...

« J’ai été enlevé, avec mon cousin, de ma maison à Beyrouth »

Pour préserver l’espoir

Des milliers de personnes ont disparu pendant la guerre du Liban. Leur sort reste inconnu. Dans le cadre du projet « Fus'hat Amal »*, nous publions le portrait de l'une d'elles.

OLJ
13/04/2016

Mon nom est Sobhi. J'avais quitté Tyr, ma ville natale, pour m'installer à Beyrouth avec ma jeune épouse, Hosniyeh. Nous étions heureux de commencer ensemble une nouvelle vie et d'accueillir dans quelques semaines l'enfant qu'elle portait.

Le soir de mon enlèvement, j'étais à la maison avec mon cousin, Merhi. Hosniyeh était chez sa sœur à Hamra, l'accouchement étant imminent. Elle était rassurée d'être à ses côtés.
Mon cousin avait quitté Tyr le matin. Il devait passer la nuit chez moi. Le lendemain, il prenait l'avion pour l'Allemagne où il devait consulter un spécialiste pour ses yeux. Merhi avait perdu la vue à la suite d'un incendie qui s'était déclaré chez lui et qui lui avait endommagé la rétine.
J'étais très content de le revoir. Nous avions grandi ensemble. Nous étions très proches malgré nos caractères opposés. Merhi était un grand gaillard, plutôt timide et réservé. J'étais au contraire petit et assez extraverti. J'aimais faire la fête, surtout lors des mariages où je dansais la dabké. Loin de nous séparer, nos différences étaient la source d'une grande complicité.
Ce soir-là, alors que nous étions en train de discuter, assis sur le canapé, un groupe d'hommes a fait irruption dans la maison.
J'avais 17 ans et Merhi 19 ans.

La suite de mon histoire est un point d'interrogation, comme celle de ma disparition.
L'autre histoire, celle qui a été écrite sans moi, est celle de Salam, ma petite fille, qui est née quelques semaines après mon enlèvement.
Mon nom est Sobhi Rmayed, mon cousin Merhi Rmayed. Ne laissez pas notre histoire s'interrompre ici.

 

* « Fus'hat amal » est une plateforme numérique qui rassemble les histoires des personnes disparues au Liban. Le projet est financé par le Comité international de la Croix-Rouge, l'Union européenne, le National Endowment for Democracy et la Fondation Robert Bosch.
Des histoires d'autres personnes ayant disparu durant la guerre sont disponibles sur le site Web de Fus'hat amal à l'adresse: www.fushatamal.org
Si vous êtes un proche d'une personne disparue, vous pouvez partager son histoire sur le site du projet ou contacter Act for the Disappeared aux 01/443104, 76/933306.

 

Tous les témoignages dans notre dossier

Disparus de la guerre civile : S'ils pouvaient témoigner...

À la une

Retour au dossier "Disparus de la guerre civile : S'ils pouvaient témoigner..."

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Janvier 2016-novembre 2018 : tourner les pages de la guerre...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué