X

Liban

Rabab Sadr, ou l’osmose avec les milieux chrétiens pratiquants

Le portrait de la semaine

Portrait de Rabab Sadr, personnalité aussi fascinante que son frère, l'imam Moussa Sadr.

10/04/2017

Malgré son travail à plein-temps à la tête de la Fondation Imam Sadr, Rabab Sadr trouve le temps de s'occuper de ses onze petits-enfants et a même récemment décroché un doctorat en philosophie. Portrait d'une femme à la positivité contagieuse et à la volonté de fer.

Rabab Sadr est bien connue du grand public. Et pour cause, elle est la sœur de l'ancien chef (spirituel et politique) de la communauté chiite au Liban, l'imam Moussa Sadr, disparu en 1978 en Libye dans des circonstances mystérieuses. Elle est aussi celle qui poursuit aujourd'hui son œuvre caritative. Traumatisée par la disparition de son frère, elle mettra un moment à s'en remettre, « grâce à la prière et au travail assidu ». « Si on n'était pas croyants, je pense qu'on aurait probablement perdu la tête dans la famille après la disparition de l'imam. C'est une situation qui n'est pas facile, mais je ne m'autorise pas à aller dans mes pensées vers des endroits qui font mal », confie-t-elle.

C'est ce qui l'a sans doute poussée à travailler durant la guerre civile auprès de familles dont des membres avaient été kidnappés, que ce soit du côté chrétien ou musulman. « Je prenais contact avec les chefs des milices des deux côtés, alors que je ne les connaissais pas. J'intercédais pour qu'on libère les kidnappés dont on me parlait. J'ai réussi à sauver de cette manière plusieurs vies, sauf une fois, malheureusement, dans le cas d'une femme qui s'est avérée avoir déjà été tuée avant mon intervention », souligne-t-elle.

« L'imam était beaucoup plus âgé que moi, indique Rabab Sadr. Il était là quand je suis venue au monde et j'ai grandi avec lui à mes côtés. Il prenait soin de moi, surtout que j'étais la plus jeune de la famille, et il m'a beaucoup influencée. Nombre de personnes estiment que c'était un homme extraordinaire, moi aussi. C'est mon modèle, j'essaie de faire ce qui l'aurait rendu heureux. »

 

(Lire aussi : Report de l’audience dans l’affaire Sadr)

 

Styliste, peintre et poète
Enfant, Rabab Sadr a été « turbulente » et c'est son grand frère, le sayyed, qui a sans doute été le premier à se rendre compte qu'elle avait besoin d'une attention particulière. Une attitude qu'elle reproduit avec ceux de ses onze petits-enfants qu'elle sent différents des autres. « Je suis très proche de mes petits-enfants. Des fois, si je remarque que l'un d'eux est un peu agité, je l'entoure, on discute, on sort ensemble pour déjeuner ou dîner », raconte-t-elle.

Passionnée d'art dans sa jeunesse, Rabab Sadr a suivi une formation universitaire en stylisme et en peinture en Italie après avoir obtenu une bourse. Elle a écrit également des poèmes et a récemment obtenu son doctorat en philosophie, mention très bien, avec pour sujet « La philosophie pratique de l'imam Moussa Sadr. « J'ai mis des années à terminer mes études et je n'ai plus le temps de me consacrer à l'art, mais ce n'est pas grave. Je suis heureuse de faire le travail que je fais », confie Mme Sadr.

Ses moments libres, elle les passe à regarder des films, à faire du tricot et des travaux manuels pour oublier les journées « dures humainement ».

 

(Pour mémoire : L’affaire Sadr a besoin d’un feu vert international, estime Rabab Sadr)

 

Femmes, appliquez vos droits
« Je viens d'une famille très pratiquante mais je n'ai jamais senti qu'il y avait certaines choses qui m'étaient interdites, ni de la part de mon mari ni de la part de l'imam. Même l'État et les lois ne m'ont pas empêchée de faire ce que je voulais au niveau de mon travail pour les droits de l'homme, indique Rabab Sadr. Jamais je n'ai été mise de côté parce que je suis une femme ou parce que je suis voilée. Je fréquente même des milieux chrétiens pratiquants avec lesquels je me sens parfaitement en osmose. Je participe à des rencontres dans les églises durant lesquelles je lis des textes sacrés. »

« Je ne pense pas que les femmes ont besoin de manifester ou de revendiquer leurs droits. Elles doivent tout simplement les mettre directement en application dans la vie pratique et mettre les autres devant le fait accompli », estime Rabab Sadr.

« La vie est belle, donc pourquoi ne pas aller vers le positif ? Aimons notre pays et protégeons-le. Chaque jour qui passe est un jour qui ne reviendra pas, utilisons donc nos jours de façon positive », conclut-elle.

 

 

Pour mémoire

Rabab Sadr presse le Liban et la Libye de régler le dossier Moussa Sadr

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Samira Fakhoury

Rabab Sadr est une femme à admirer , elle possede le respect des convictions d'autrui et compatit aux souffrances des autres quels qu'ils soient !

Zaarour Beatriz

Elle préfère l' être au lieu du paraître! Sitt Rabab Sadr est une grande Dame!
Quel exemple! Une femme orientale parfaitement authentique, mais modérée, sans aucun fanatisme religieux!
Bravo Madame! Félicitations et bon courage!

MICHAEL KASSOUF

des reportages a l'eau de rose.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PARDON... MON ADMIRATION ET MES FELICITATIONS A CETTE GRANDE DAME DIGNE DE SON FRERE LE GRAND IMAM MOUSSA SADR ! QU,ELLE SERVE DE MODELE POUR TOUTE SA COMMUNAUTE ET POUR LES AUTRES AUSSI...

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Oui, bon, mais que pense de tout ça Ëémmm "feu" Hâdî ?

Bouez Chahine

Toute mon admiration et mon respect pour Rabab Sadr, une dame modèle pour un pays multiconfessionnel comme le Liban.

Chammas frederico

Il nous faudrait, à tous, musulmans et chrétiens, des "Rabab Sadr"
Notre atmosphère serait renouvelée et notre vie en commun rendue plus heureuse

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AIMONS NOTRE PAYS ET PROTEGEONS-LE DIT MADAME SADR LA SOEUR DU GRAND IMAM MOUSSA SADR... CONSEIL QUE DEVRAIT SUIVRE UNE PARTIE DE SA COMMUNAUTE AUX BREBIS EGAREES...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1 / 1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.