Samir, l'homme aux chats du Jardin des jésuites

Cela fait bientôt 8 ans que Samir nourrit les chats du Jardin des jésuites, deux fois par jour. photo Anne ILCINKAS

A la découverte du Jardin des jésuites

Samir, 77 ans.

13/06/2017

Ce matin, Samir est arrivé un peu en retard pour son rendez-vous quotidien avec les chats du Jardin des jésuites. « J'ai trop dormi, confie-t-il. C'est mon ami Bob, qui habite juste en face, qui est venu leur donner à manger. »

Pantalon beige et chemise blanche à carreaux, Samir, 77 ans, s'installe sur un banc rose, dans un coin du jardin. Rassasiés, les quelques chats du parc gardent leurs distances. « Je ne change jamais de banc, d'ici je vois tout, et tout est vert en face de moi. » C'est aussi, et surtout, que dans son coin ombragé, il reste à l'écart des passants du parc. « Je préfère les chats aux hommes depuis mon enfance », admet-il.


De temps à autre, des habitués du parc, souvent âgés, passent à côté de lui. Certains le saluent discrètement, d'autre plus énergiquement, avant de poursuivre, tant bien que mal, leur marche matinale accrochés au bras de leur employée de maison ou à leur canne. Samir, lui, boit tranquillement son café en enchaînant les cigarettes. « Mon médecin sait que je ne m'arrêterai jamais. »

 

 

Ce matin-là, Samir n'est pas d'humeur très bavarde. « Je suis déprimé, confie-t-il. Il y a 10 jours, mon chat est mort. Ce chat, il mangeait et dormait avec moi. Et moi, je lui parlais. Il s'appelait Pussy. Cela faisait 10 ans qu'on vivait ensemble. » Samir allume une cigarette. « Il était à côté de moi, et lorsque j'ai posé ma main sur lui, raconte-t-il en mimant la scène, il était froid. Je crois qu'il a fait une crise cardiaque. J'ai appelé mon petit-fils, il l'a mis dans un sac et l'a enterré dans un jardin. Je vis seul maintenant. »


Samir, qui travaillait dans l'immobilier avant de prendre sa retraite, a 3 enfants et 7 petits-enfants. Il s'est marié à 23 ans, mais cela fait 15 ans que lui et son épouse sont séparés. « On s'habitue à vivre seul », dit-il, avant d'ajouter, en détournant son regard : « Avant la mort de Pussy, je n'étais pas seul. »


Samir habite à cent mètres du jardin depuis maintenant six ans. Avant d'habiter à Jeïtaoui, il vivait à Fassouh, un autre quartier de Beyrouth. « Cela fait plus de 20 ans que je viens dans ce jardin, assure-t-il. Je viens ici tous les jours, même en hiver, de 9h30 à 11h30 puis de 15h à 17h. Je n'ai rien d'autre à faire. Quand je regarde la télévision, je m'ennuie très vite. » « En plus maintenant, ça m'aide à oublier Pussy », ajoute-t-il.
Cela fait bientôt 8 ans que Samir nourrit les chats du Jardin des jésuites, deux fois par jour. « Je leur achète de la pâtée pour chat et des croquettes, raconte-t-il. Ce n'est pas très cher : je dépense 100 000 LL par mois pour nourrir 9 ou 10 chats. »

 
Quand on lui rappelle qu'à deux reprises, la municipalité a évoqué la possibilité de construire un parking sous le jardin, Samir blêmit. « Je ne peux pas penser à cette éventualité, je ne peux pas penser à ça », répète-t-il. « Les chats partiraient, ils vivraient dans la rue. Et moi je ne sais pas où j'irais... Aller dans un café coûte cher », dit-il en sirotant son premier café de la journée acheté près du parc à 1 500 LL.
Un chat avec une tache noire à l'œil s'approche de Samir, dont le visage s'éclaire enfin d'un sourire. « Il s'appelle Moshe Dayan, comme le ministre israélien qui avait un cache-œil », dit-il en le caressant avant de mettre fin à sa visite matinale.

 

 

À 15 heures tapantes, Samir est de retour, accompagné de Joseph cette fois, son homme à tout faire. Lorsqu'il passe la porte du jardin, les chats réapparaissent comme par magie. « Où est Negro ? » demande Samir, inquiet.

 

Joseph, malgré la chaleur, porte une chemise à carreaux rouges, un pull noir et une veste blanc et vert. L'homme aux cheveux blancs a assorti à sa tenue trois colliers en perles colorées : rouges, blanches et vertes. Il retrousse ses manches et place un sac à côté de Samir. Ce dernier en retire une cuillère en métal et une boîte de pâtée pour chats et les remet en silence à Joseph. Sous l'œil attentif de Samir, il partage la pâtée entre tous les chats.

Un des chats reste aux pieds de Samir. « Elle, elle ne mange que des croquettes », dit-il en en sortant quelques-unes de son sac. Depuis leur banc, tous les habitués du parc observent Samir et ses chats. « Donne à manger à Bella », lance-t-il à Joseph avant de murmurer : « Il y a des retardataires, ils vont bientôt arriver. » « Bella a donné naissance à huit chatons hier, raconte-t-il. Je lui ai cherché un carton pour qu'elle puisse s'abriter avec eux. Je crois qu'un de ses chatons est mort. Dans quelques mois, peut-être que j'en prendrai un chez moi. »


Samir sourit en regardant ses chats. « Il y en a trois ou quatre qui ne sont pas encore venus, ils viendront à 16 heures, affirme-t-il. Bousbous est ma préférée, elle se met à côté de moi et ne bouge pas. Elle n'est pas encore venue aujourd'hui. » Quand la chatte arrive enfin, Samir lui lance : « Bousbous, pourquoi es-tu en retard aujourd'hui ? »
Vodka, un autre retardataire, arrive dans la foulée. « Joseph, viens donner à manger à Bousbous et Vodka », lance Samir en tirant une nouvelle cigarette de son paquet. Le regard au loin, il murmure : « Negro n'est pas venu aujourd'hui. »

 

Continuez la visite du Jardin des jésuites ici

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants