X

Nos Lecteurs ont la Parole

Je me souviens de ce 14 mars 2005

par Eddy TOHMÉ
OLJ
21/03/2017

Je me souviens du mois de mars et d'un sang qui coula rouge et blanc, de cette révolution manquée qui a failli changer le Liban. Je revois une foule, certes innombrable, mais avant tout et surtout inclassable politiquement car tout simplement libanaise, tout un peuple venu spontanément rendre un dernier hommage à celui qui, par son sacrifice, lui a rendu sa dignité. Ces instants magiques qu'on a non seulement vécus, mais auxquels on a aussi contribué, rien qu'en faisant notre devoir de Libanais, on les a tous en mémoire... Surtout cette magnifique promesse, faite en ce matin où tout était encore possible, à nos martyrs et à nos morts, toutes religions confondues, la même que celle faite durant les sombres heures de l'occupation, par la résistance française à tous ceux qui sont morts dans les caves de la Gestapo en emportant avec eux les terribles secrets confiés à leur honneur : pas de pleurs, mais un serment, pas d'hésitation mais un élan.
Voilà pourquoi quand je me souviens, j'ose encore rêver mais je n'espère plus car il n'en fut rien. Rome remporta Sparte et la vox populi, en perdant sa spontanéité, perdra sa magie pour ne devenir qu'un écho. La foule fut tout simplement violée et de ce matin ne subsistera qu'un vague souvenir, celui d'un peuple qui a voulu voir son pays libre et indépendant et qui était prêt à donner sa vie pour cela.

Retour à la page "Nos Lecteurs ont la Parole"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Mars 05 octroya la Liberté au Grand-Liban ; Mai 08 lui réimposa le Despotisme....
Et après ce Mai, là, Révolution voudra dire : Subversion de la société du walîyoulfakkîh, alors qu’avant Mars 05 cela avait signifié : Subversion de la forme du Système Sécuritaire Siamois Syro-libanais !
La conTrerévolution de Mai 08 avait été dirigée par le héZébbb de ce fakkîîîh, et avec elle lui revint nécessairement tout le pouvoir de cet "État?".
Cet État-là mit sans résistance Bâïyroût la Belle Cité à ses pieds, et dans le reste du Grand-Liban régna son État de Siège…. "Moral" ! En sus de l'arrogance de la victoire pleine de brutalité menaçante chez ces barbus enturbannés, et de leur fanatisme déchaîné chez ces "citadins?" Campagnards barbus ou pas !
De concert avec ces barbus-là, les boSSféééràRiens "chrétiens" avaient, en Mars 05, conspiré contre les Cédraies ; et en ce Mai, là, ils les avaient même combattus ensemble ! Ce faisant, ils détruisirent eux-mêmes l'arrière-plan sur lequel leur "Changementalisme?" aurait pu se dessiner comme une puissance, car ces Simples et Moyens "chrétiens" ; pseudo-laïcs ou pas ; ne peuvent garder Nulle indépendance face à ce fakkîh que quand les Cédraies sont derrière eux en appui....
C’est ainsi, qu’ils seront incessamment remerciés par ce fakkîh !
Car le semblant d'alliance conclue avec eux à contre cœur, sera rompue inévitablement par les enturbannés !

Carfagnini Etienne

Aujourd'hui, Personne ne meurt. Cette révolution fut à la fois réussie et pacifique. Ce jour là, le Liban ne fut ni envahi, ni bombardé, ni en proie à la guerre inter-communautaire. Il a fallu par suite qu'il y eut des martyrs, pourtant. Il me semble me souvenir d'un sang qui ne coula pas, d'une révolution qui, par l'abnégation et le courage de tous, fit changer les choses. Alors voilà, c'était plutôt une bonne nouvelle. La voilà, la magie.
Et un écho, un souvenir, n'est-ce pas que c'est quand on n'a pas oublié ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

J,Y SOUSCRIS PLEINEMENT !

Yves Prevost

"Pire qu'un crime: une faute!"
La Révolution du Cèdre a été trahie le jour où - pour de sombres calculs électoraux - "on" a accepté d'associer au pouvoir ceux-là même qui refusaient l'indépendance du Liban. Ceux qui, tout en se prétendant "La Résistance" (un comble!), avaient manifesté une semaine auparavant pour réclamer le maintien de l'occupation. Ceux qui, par leurs armes illégales représentaient - et représentent toujours un obstacle à la constitution de l'Etat libanais.
Il ne pourra y avoir de Liban libre et indépendant, que lorsque ceux-là auront déposé leurs armes et, de milice au service d'intérêts étranger, seront devenus un parti libanais, et rien que libanais.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Après le budget, la classe politique en mode électoral

Commentaire de Anthony SAMRANI

Leur califat est mort, pas encore enterré

Un peu plus de Médéa AZOURI

#metoo

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.