À La Une

L'hôtel Banksy accueille ses premiers clients à Bethléem

Proche-Orient

De nombreux Palestiniens, notamment à Bethléem, haut lieu de pèlerinage chrétien où le tourisme est en berne actuellement, dénoncent la concurrence de l'hôtel de Banksy face aux acteurs locaux.

OLJ/Joe DYKE/AFP
20/03/2017

C'est complètement "par hasard" que Toan Nguyen a entendu parler du "Walled Off Hotel" à Bethléem, un établissement offrant "la pire vue d'hôtel au monde" selon le mystérieux artiste de rue britannique Banksy qui l'a décoré.

Ce touriste australien est un des premiers clients de l'hôtel, qui a ouvert ses portes lundi à l'ombre du mur de séparation israélien enserrant la Cisjordanie occupée.
En visite en Israël "depuis trois semaines", il a décidé de passer de l'autre côté de ces centaines de kilomètres de béton érigées à 85% à l'intérieur du territoire palestinien occupé depuis un demi-siècle par l'armée israélienne.

Paul Smith, lui, est venu de la ville britannique de Bristol, qui serait aussi celle du très secret Banksy, pour découvrir le "Walled Off".
"C'est bizarre, j'ai l'impression d'être tombé dans une peinture", dit celui qui voulait voir de ses propres yeux le dernier projet de l'artiste.
"Pour moi, ça veut dire quelque chose de venir ici et de faire l'effort d'injecter un petit quelque chose dans l'économie" locale, ajoute-t-il, alors que les Palestiniens n'ont de cesse de dénoncer une occupation qui, entre autres, étouffe leur économie.

Au "Walled Off", situé à quatre mètres du mur, cette occupation est omniprésente: les neuf chambres -facturées de 30 dollars la nuit, pour une place dans un lit superposé, à 965 dollars, pour la suite présidentielle- donnent sur le mur. Les clients doivent déposer une caution de 1.000 dollars pour éviter les vols des dizaines d’œuvres de Banksy disséminées dans l'établissement. Elles ont été données au profit de la communauté locale, indique le site de l'hôtel.

Mais de nombreux Palestiniens, notamment à Bethléem, haut lieu de pèlerinage chrétien où le tourisme est en berne actuellement, dénoncent la concurrence de l'hôtel de Banksy face aux acteurs locaux.
Wissam Salsaa, qui dirige l'hôtel, assure pourtant que son établissement affiche déjà pratiquement complet pour les trois prochains mois. "Des clients de six pays différents" devaient arriver lundi pour l'ouverture, dit-il.

 

(Pour mémoire : En Cisjordanie, Banksy ouvre un « hôtel » à l'ombre du mur)

 

Symbole honni
Le "Walled Off Hotel" est à l'image de l’œuvre de Banksy, transfigurant la réalité avec poésie et une fausse naïveté. Sa dénomination joue sur le nom d'une chaîne d'hôtel de luxe (Waldorf) et les mots "walled off" en anglais ("muré", "cloisonné").

Dans un ancien immeuble résidentiel vidé de ses occupants, Banksy a reconstitué avec son équipe un hôtel à l'intérieur un peu suranné, s'amusant à détourner des motifs célèbres pour la décoration.
Au-dessus d'un des lits, un soldat israélien et un manifestant palestinien se livrent à une bataille d'oreillers.
Dans la suite présidentielle, un jacuzzi est alimenté par un ballon d'eau ressemblant à ceux installés sur les maisons de nombreux Palestiniens.

Les conflits, le mur et les Territoires palestiniens sont une source d'inspiration pour Banksy, rendu célèbre par ses peintures anonymes au pochoir dans l'espace public.
Le mur est pour les Palestiniens l'un des symboles les plus honnis de l'occupation israélienne. Il est aussi un lieu de manifestation et un terrain d'expression politico-artistique. Les fresques qui le recouvrent par endroits en font une attraction.

Sa construction a commencé en 2002, au cours de la deuxième Intifada. Selon les autorités israéliennes, il doit protéger le territoire israélien d'attaques venues de Cisjordanie occupée. La Cour internationale de justice l'a déclaré illégale en 2004.
Achevé aux deux tiers, ce mur alterne tronçons en béton et clôture et doit atteindre à terme environ 712 km, selon l'Onu.

 

Lire aussi

Gaza, une artiste fait de la destruction une oeuvre d'art

Elena Ferrante, Banksy, Daft Punk : quand les artistes avancent masqués

A Calais, Banksy consacre trois œuvres aux migrants

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le timing de la bataille du jurd tributaire de la possibilité de négociations

Un peu plus de Médéa AZOURI

L’ère du mercato

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.