X

Moyen Orient et Monde

L’avocat franco-libanais Bourgi est l’« ami » qui a offert deux costumes à Fillon

France
OLJ
18/03/2017

L'« ami » qui a offert deux cotumes à François Fillon en février pour une valeur de 13 000 euros est Robert Bourgi, pilier controversé de la « Françafrique » et ancien conseiller occulte, notamment, de Jacques Chirac, Dominique de Villepin et Nicolas Sarkozy, a-t-on confirmé hier de source judiciaire.
Selon Le Monde, qui a révélé l'information, les enquêteurs sont en possession de documents attestant que l'avocat franco-libanais avait commandé deux costumes le 7 décembre chez un tailleur de luxe parisien pour le vainqueur de la primaire de la droite et du centre. Les vêtements ont été réglés le 20 février au profit du candidat de la droite et du centre à l'élection présidentielle.
« Un ami m'a offert des costumes en février. Et alors? » avait confirmé aux Échos François Fillon, après que Le Journal du Dimanche eut dévoilé l'information, sans nommer le mécène. Le parquet national financier (PNF) a délivré aux juges d'instruction chargés de l'enquête sur la famille Fillon un réquisitoire supplétif contre X pour « trafic d'influence » afin de prendre en compte ce cadeau vestimentaire, a-t-on appris jeudi de source judiciaire. François Fillon a été mis en examen mardi pour détournement de fonds publics, notamment, dans l'enquête sur les emplois présumés fictifs dont son épouse et deux de ses enfants auraient bénéficié. Le « trafic d'influence » ne figurait pas parmi les chefs retenus.
Robert Bourgi, cité par BFM TV, a affirmé qu'il avait fait à l'ancien Premier ministre un « cadeau », « sans rien attendre en retour ». L'avocat avait précédemment dit à Reuters vouloir donner la « priorité aux juges s'ils venaient à (l)'interroger ».
Né en 1945 au Sénégal dans une famille libanaise, Robert Bourgi est considéré comme l'héritier de Jacques Foccart, figure de la « Françafrique », mélange de clientélisme, d'affairisme et de diplomatie parallèle qui a régi des décennies durant les relations entre Paris et ses ex-colonies africaines.

« Discrétion »
Également conseiller occulte et intermédiaire de plusieurs ministres de droite, il était notamment proche des anciens présidents gabonais, sénégalais et congolais Omar Bongo, Abdoulaye Wade et Denis Sassou-Nguesso. On lui prête un rôle décisif dans l'éviction, en 2008, du secrétaire d'État à la Coopération de Nicolas Sarkozy, Jean-Marie Bockel, qui avait souhaité la fin de la « Françafrique ». Il est réputé proche de Claude Guéant, ancien secrétaire général de l'Élysée et ministre de l'Intérieur à l'époque de Nicolas Sarkozy, qui l'a décoré de la Légion d'honneur le 27 septembre 2007, quelque mois après le début de son quinquennat. Le chef de l'État avait alors salué un « grand serviteur de l'État » et un « défenseur infatigable » de la France. Il avait dit pouvoir « continuer à compter sur (sa) participation à la politique étrangère de la France, avec efficacité et discrétion ».
Une discrétion dont Robert Bourgi est sorti en 2011: il a notamment raconté dans un livre et des interviews avoir remis des « mallettes » d'argent liquide venant de dirigeants africains à Jacques Chirac quand il était maire de Paris, puis à l'Élysée, en présence de son collaborateur, puis ministre, Dominique de Villepin. Ce qui a valu à l'époque à l'avocat d'être poursuivi en diffamation par l'ancien chef d'État.
Dans une interview accordée le 11 septembre 2011 à Europe 1, Robert Bourgi avait admis ne pas avoir de preuves de ses allégations, qu'il avait toutefois réitérées. « C'est ma conscience qui m'a dicté le devoir de parler, avait-il alors expliqué. Je veux une France propre à droite et à gauche. »

(Source : Reuters)

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

«Ya aayb el-choum»

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants