X

Liban

« J’ai disparu en essayant de fuir le camp de Tall ez-Zaatar »

Pour préserver l’espoir

Pour que la cause des personnes disparues au Liban ne tombe pas dans l'oubli, l'ONG Act for the Disappeared a lancé le projet « Fus'hat amal » *. Dans ce cadre, nous publions une série de témoignages fictifs qu'auraient apportés des Libanais arrachés à leur milieu familial et social.

OLJ
08/03/2017

Mon nom est Salwa.
J'étais une jeune fille gaie, toujours prête à rendre service. Après l'école et après en avoir fini avec mes devoirs d'aînée d'une fratrie de neuf enfants, je rejoignais les volontaires du Croissant-Rouge palestinien pour les aider.

À l'âge de 16 ans, ma vie et mes rêves étaient semblables à ceux des autres jeunes filles de l'époque.
Mais au printemps de l'année 1976, alors que nous nous apprêtions à entamer la saison tant attendue des grandes vacances, mon quartier est devenu le théâtre de farouches combats.

Le siège de Tall ez-Zaatar avait commencé, prenant en otage ma famille ainsi que des milliers d'autres civils. Les batailles dureront cinquante-quatre jours, faisant des centaines de victimes. Le CICR réussira à évacuer les blessés.
Le 12 août 1976, date à laquelle le camp est tombé, les milliers de civils qui y étaient restés ont tenté de fuir. Mais, tout comme moi, nombre d'entre eux n'ont jamais atteint leur destination.

Je suis l'une de ces nombreuses femmes qui ont disparu pendant la guerre et dont on ignore toujours le sort.
Zakiyé, Samira, Marie-Christine, Kariman, Henriette... autant de femmes disparues à Tall ez-Zaatar, Saïda, Beyrouth-Ouest, Damour, Aley, Tripoli et d'autres régions du pays.

Quelles que soient les raisons de notre disparition et quels qu'en soient les auteurs, ne laissez pas notre histoire tomber dans l'oubli, ne laissez pas notre histoire s'interrompre ici.

 

* « Fus'hat amal » est une plateforme numérique qui rassemble les histoires des personnes disparues au Liban. Le projet est financé par le Comité international de la Croix-Rouge, l'Union européenne, le National Endowment for Democracy et la Fondation Robert Bosch.
Des histoires d'autres personnes ayant disparu durant la guerre sont disponibles sur le site Web de Fus'hat amal à l'adresse: www.fushatamal.org
Si vous êtes un proche d'une personne disparue, vous pouvez partager son histoire sur le site du projet ou contacter Act for the Disappeared aux 01/443104, 76/933306.

 

Tous les témoignages dans notre dossier
Disparus de la guerre civile : S'ils pouvaient témoigner...

 

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1 / 1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Trois sommets pour un résultat

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.