Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Présidentielle française

Fillon de plus en plus fragilisé par les appels au retrait

Alors que le scénario du « plan B » est évoqué, aucun candidat de substitution n'émerge.

Le candidat à l’élection présidentielle française, François Fillon, lors d’un discours à Charleville-Mézières, jeudi. François Nascimbeni/AFP

Avec des appels croissants à se retirer venant de son propre camp, François Fillon, le candidat de la droite à la présidentielle en France, est de plus en plus fragilisé par le scandale des emplois fictifs présumés de son épouse, mais il a promis hier de tenir bon.

« Je n'ai jamais réellement été son assistante ou quoi que ce soit de ce genre. » Cette phrase, prononcée par Penelope Fillon dans un entretien filmé en 2007 pour un journal britannique et diffusé jeudi soir par la chaîne de télévision publique France 2, a un peu plus jeté le trouble sur la réalité du travail fourni par l'épouse du candidat conservateur. L'émission suivie par quelque 5,4 millions de téléspectateurs a attisé les inquiétudes de la droite sur la capacité à se maintenir du candidat, qui a chuté de sa place de favori des sondages pour la présidentielle depuis le Penelopegate.

François Fillon « a abusé du système, et, d'un point de vue moral, les Français ne pourront pas l'accepter. Il a perdu son crédit. Il doit se rendre à l'évidence », a résumé hier le député européen de droite Renaud Muselier. « On est pollué par cette affaire qui a cassé l'élan de cette campagne présidentielle », a regretté Rachida Dati, elle aussi députée européenne de droite et ancienne ministre de la Justice du président Nicolas Sarkozy (2007-2012). « J'appelle François Fillon à renoncer », a déclaré hier le député Thierry Benoît, chargé de travailler sur son programme agricole. Le député de droite Georges Fenech avait estimé plus tôt dans la semaine que le résultat de la primaire ayant désigné François Fillon était désormais « caduc ».

Certains évoquent déjà un « plan B » pour remplacer ce dernier. Parmi les noms qui circulent, celui du finaliste malheureux de la primaire de la droite, l'ancien Premier ministre Alain Juppé, ou encore François Baroin, ex-ministre, patron de l'Association des maires de France.
« En toute hypothèse, je ne serai pas le plan B », a pourtant déclaré Alain Juppé mercredi soir. Alors qu'il devait réunir les fidèles de son ancien siège de campagne pour un rendez-vous convivial jeudi, il a annulé la rencontre « au vu des événements ». « Il ne faut pas oublier non plus que le directeur de campagne de François Fillon est un proche d'Alain Juppé », confie à L'Orient-Le Jour un ancien collaborateur de l'équipe de campagne de M. Juppé.

Mais François Fillon refuse de désarmer. « Je tiendrai bon face à ceux qui dans l'ombre tentent de m'atteindre », a-t-il promis hier soir dans un message vidéo adressé à ses soutiens. « Je comprends que ces accusations troublent certains d'entre vous en raison de leur martèlement » et « des sommes avancées », admet-il toutefois.
« Il va falloir qu'il s'explique, qu'il dise clairement ce qu'il s'est passé », affirme à L'OLJ le député filloniste Jacques Myard. Selon un sondage Harris Interactive publié jeudi, 58 % des sympathisants LR souhaitent que François Fillon garde le flambeau, contre l'avis d'une majorité de Français. « Sur le terrain, les gens nous soutiennent. Un collègue ou deux ont dit qu'il fallait tourner la page, mais ils ne représentent qu'eux-mêmes », ajoute le député des Yvelines (Île-de-France).

 

(Lire aussi : Penelope Fillon, une discrète sur le grill)

 

 

Le Pen et Macron
Le parti d'extrême droite Front national, dont la candidate Marine Le Pen est en tête des intentions de vote au premier tour du scrutin du 23 avril, a aussi accentué sa pression sur le candidat de droite. « Je souhaite que François Fillon prenne ses responsabilités et se retire de cette élection présidentielle », a déclaré hier son vice-président, Florian Philippot. Marine Le Pen, elle-même visée par des accusations d'emploi fictif concernant une assistante payée sur des fonds européens pour effectuer d'autres tâches, lancera officiellement sa campagne ce week-end à Lyon, dans l'est de la France.
Dans la même ville, le centriste Emmanuel Macron organisera également un grand meeting pour préciser son programme. Il se qualifierait pour le second tour de la présidentielle avec 23 % des voix derrière Marine Le Pen (27 %), selon un sondage publié cette semaine.

 

Poursuite de l'enquête
À la suite de révélations de l'hebdomadaire satirique Le Canard Enchaîné, la justice française a ouvert une enquête sur les emplois présumés fictifs de Mme Fillon en tant qu'assistante parlementaire de son mari, puis de son suppléant, qui lui auraient rapporté au total plus de 830 000 euros. Deux enfants du couple auraient aussi perçu un total de 84 000 euros, également en qualité d'assistants parlementaires. L'enquête se poursuivait hier. Le Sénat a indiqué qu'il allait transmettre à la justice des documents concernant les emplois occupés par les enfants de François Fillon quand ils étaient ses collaborateurs à la Haute Assemblée. Son ancien assistant parlementaire et « plume », Igor Mitrofanoff, a aussi été entendu par la police, selon une source proche du dossier.

François Fillon renouera avec le terrain, mardi à Troyes (Aube) au côté de François Baroin, ex-soutien de Nicolas Sarkozy dont le nom circule comme candidat de substitution, mercredi à Juvisy-sur-Orge (Essonne), jeudi à Poitiers (Vienne) sur les terres de Jean-Pierre Raffarin, qui a soutenu Alain Juppé. Un déplacement prévu du 10 au 13 février à La Réunion est maintenu, alors que la venue au Liban qui devait avoir lieu aujourd'hui a été annulée.

 

Lire aussi

Qui sont les principaux candidats à la présidentielle française

France 2017 : la présidentielle de toutes les surprises

Fillon : Ne cédez à aucune intimidation, c’est une haute idée de la France qu’on veut abattre

L’odyssée élyséenne

Le poids du PenelopeGate sur les solides épaules de François Fillon...


Avec des appels croissants à se retirer venant de son propre camp, François Fillon, le candidat de la droite à la présidentielle en France, est de plus en plus fragilisé par le scandale des emplois fictifs présumés de son épouse, mais il a promis hier de tenir bon.
« Je n'ai jamais réellement été son assistante ou quoi que ce soit de ce genre. » Cette phrase, prononcée par...

commentaires (1)

Les médias de gauche en force..! , tentent d'abattre Fillion et/ou le fragiliser le plus vite possible .., voir de l'éliminer ! comme Sarkozy ..., en plus , 5 emplois aidés légalement , pour un élu s'est trop ...! dans un pays où il y a sous le dernier gouvernement entièrement marxo/socialiste en UE, 5 millions de chômeurs ...! , donc, F.Fillon , malgré lui , offre avec cette "affaire" , un espace énorme, pour la désinfo du gouvernement socialiste ..d'ailleurs , c'est une aubaine , d'avoir une autoroute à 16 voies aux services de la désinfo ...! pour un gouvernement aux abois...

M.V.

15 h 03, le 04 février 2017

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Les médias de gauche en force..! , tentent d'abattre Fillion et/ou le fragiliser le plus vite possible .., voir de l'éliminer ! comme Sarkozy ..., en plus , 5 emplois aidés légalement , pour un élu s'est trop ...! dans un pays où il y a sous le dernier gouvernement entièrement marxo/socialiste en UE, 5 millions de chômeurs ...! , donc, F.Fillon , malgré lui , offre avec cette "affaire" , un espace énorme, pour la désinfo du gouvernement socialiste ..d'ailleurs , c'est une aubaine , d'avoir une autoroute à 16 voies aux services de la désinfo ...! pour un gouvernement aux abois...

    M.V.

    15 h 03, le 04 février 2017

Retour en haut