Santé

Émission d’un timbre à l’occasion du 30e anniversaire du programme antipolio

Ghassan Hasbani a lancé hier l’émission d’un timbre célébrant le 30e anniversaire du programme antipolio. Photo Dalati et Nohra

Pour la quatorzième année consécutive, le Liban est exempt de poliomyélite. Un acquis dont le pays s'enorgueillit et qu'il a réussi à préserver malgré la menace que présente l'afflux massif des réfugiés syriens et la détection, en 2014, de trente-six cas de poliomyélite en Syrie et d'un cas en Irak.
Cet exploit est le fruit des efforts déployés en ce sens par le Programme national de vaccination depuis sa création en 1987, en coopération avec les secteurs public et privé et les organisations internationales. Pour l'occasion, le ministre de la Santé, Ghassan Hasbani, a lancé hier un timbre célébrant le trentième anniversaire du Programme antipolio. Une initiative « qui s'inscrit dans le cadre d'un système global du secteur de la santé au Liban qui a pour objectif de protéger le citoyen et toute personne vivant sur les territoires libanais », a expliqué M. Hasbani, au cours d'une conférence de presse.
« La vaccination au Liban se fait à travers le Programme national de vaccination », a expliqué à L'Orient-Le Jour, Randa Hamadé, chef du département de soins de santé primaires et directrice du Programme national de vaccination au ministère de la Santé. « Cela nous permet d'effectuer un suivi quotidien et périodique pour s'assurer que tous les enfants qui se trouvent sur le territoire libanais reçoivent leur vaccin, poursuit-elle. C'est un travail continu qui s'inscrit dans le cadre de la santé primaire au Liban. » Elle souligne qu'en plus du ministère de la Santé, le Programme national de vaccination est géré par un comité d'experts de l'Université libanaise, de l'Université américaine de Beyrouth, de l'Université Saint-Joseph et de la Société libanaise de pédiatrie.
Comment le Liban a-t-il réussi à rester exempt de polio ?
Randa Hamadé explique que le Programme national de vaccination distribue mensuellement des vaccins à tous les centres médico-sociaux et centres de soins de santé primaire au Liban. De plus, des équipes de terrain supervisent la vaccination de tous les enfants au Liban, « quelle que soit leur nationalité ».
« Avec la menace que présente l'afflux des réfugiés syriens au Liban, le ministère de la Santé a établi, en coordination la Sûreté générale, des points de vaccination sur les postes-frontières de Masnaa, Arida, Abboudiyé et Békaïé, précise Randa Hamadé. Les enfants sont également vaccinés dans tous les centres relevant du HCR. À l'aéroport, nous vaccinons les enfants venant des pays endémiques. De plus, nous renforçons le programme de vaccination routinière dans les écoles et les garderies en coopération avec le ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, comme nous organisons des campagnes nationales pour atteindre tous les enfants où qu'ils soient sur le territoire libanais. »
Randa Hamadé souligne en outre que c'est la première fois qu'un timbre est émis par le ministère de la Santé. « L'objectif est de rappeler aux parents la nécessité de faire vacciner leurs enfants et de les responsabiliser dans ce sens, d'autant que le ministère assure tous les vaccins gratuitement, souligne Randa Hamadé. D'autre part, il a pour objectif de rappeler aux décideurs la nécessité d'assurer continuellement les budgets nécessaires à ce programme pour pouvoir préserver nos acquis. »


Pour la quatorzième année consécutive, le Liban est exempt de poliomyélite. Un acquis dont le pays s'enorgueillit et qu'il a réussi à préserver malgré la menace que présente l'afflux massif des réfugiés syriens et la détection, en 2014, de trente-six cas de poliomyélite en Syrie et d'un cas en Irak.
Cet exploit est le fruit des efforts déployés en ce sens par le Programme...

commentaires (0)

Commentaires (0)