X

Scan TV

Merci quand même 2016...

Scan TV
31/12/2016

2016 a été une année particulièrement longue et lugubre. Damnée par certains (des charlatans invités sur les plateaux de télés et se prenant pour de vrais devins) dès son début et par d'autres durant les douze mois écoulés, elle ne s'est pourtant pas privée de se prélasser en sirotant jusqu'à la dernière goutte ses jours à la noirceur accentuée. Témoin stoïque de plusieurs départs marquants et parfois précipités dans l'au-delà de grosses pointures tous domaines confondus, elle n'a pas manqué quand même de célébrer d'autres événements heureux, bien que rares, sous d'autres cieux.

La cuvée 2016 a été un mélange de cépages récoltés parmi des âmes chères au monde de la musique et du cinéma, de grands intellectuels et, surtout, le sang innocent de ces milliers de victimes, inconnues, raflées sur les champs de bataille, enterrées dans leurs abris de fortune ou piégées dans les airs. La vendange de vies de 2016 reste exceptionnelle dans son choix, qui a privé les scènes internationale et locale de plusieurs personnalités résumant tout un siècle d'histoire artistique, politique et sportive. Seule la télévision semble avoir vaincu la malédiction qui s'est abattue sur des mortels, même les plus illustres, les essuyant en un clin d'œil comme de la vulgaire poussière. La petite lucarne emprisonne fort heureusement au fil du temps, dans ses archives, l'œuvre des candidats à cette interminable roulette russe. Des moments que le petit écran ressuscite régulièrement au grand plaisir d'un public qui peut y accéder de plus en plus facilement.

Malgré une volonté unanime de voir enfin les derniers jours de cette année de misère et de larmes s'égrener, 2016 restera une année de victoire et de gloires pour beaucoup d'autres, notamment dans les domaines médical, scientifique et technologique. Il n'empêche : impuissante devant les malheurs, cette année se contentera de ramasser ses blessures, ses morts et plier bagage en avalant sa dignité pour laisser place à la prochaine gardienne du temps qu'elle plaint déjà. Elle a souvent été accusée de rester implacable face à la tourmente des hommes, telle une veuve noire toisant ses victimes prises dans son filet tissé avec patience durant des jours et des nuits. Elle sait qu'elle n'est pas la pire année quoique disent les voyants et les survivants qui finiront dans un autre filet tôt ou tard. Ce n'est pas sa faute si le temps s'est arrêté durant sa garde pour ces femmes et ces hommes célèbres, tous membres d'un même âge d'or.

Il y a eu bien pire qu'elle et elle en est consciente. Grâce à l'homme et sans aucune intervention cosmique, ou autre, les sociétés sombrent dans la médiocrité dans un cycle périodique avant d'en ressortir; mais la mort est toujours là, quelles que soient les circonstances! C'est d'ailleurs la seule issue possible. Ce sont simplement les moyens et le timing qui nous surprennent encore et nous révoltent. Mais merci quand même 2016 ! Ne serait-ce que pour la leçon assénée sur la fragilité et la mortalité des humains, seule constante universelle et dénominateur commun entre toutes les créatures. Les célébrités bénéficieront certes de l'immortalité de leurs œuvres, contrairement à d'autres hommes et femmes engloutis par l'oubli. Heureux sont ceux qui, de leur demeure éternelle, ont le pouvoir de nous guider, nous protéger, nous divertir et nous enseigner via des émissions télévisées, des livres, des spectacles et des disques.

Quant aux diseurs de bonne aventure, ils seront les invités des plateaux de télévisions encore ce soir pour assister en direct à l'accouchement de 2017 et le départ définitif du croque-mort 2016. Ils la condamneront probablement d'avance en l'accusant de tous les maux, tout en laissant toutefois planer une mystérieuse lueur d'espoir, vague illusion, sans trop verser dans des détails qui risquent de compromettre leur crédibilité à deux sous. Le pire, c'est bien eux, avec leurs prédictions emprisonnant les téléspectateurs dans une fatalité brossée à l'avance, complètement impuissants et en attente d'une série d'événements et de chiffres récités laconiquement sur une musique de fond morbide. Fermons nos yeux en ce soir transitoire. Accueillons la nouvelle année sans aucun préjugé, avec toutes ses inconnues et ses mystères. Laissons-nous emporter par le rêve et l'espoir encore une fois. Ne soyons pas ingrats et remercions ceux que l'on doit remercier quand même pour cette année 2016 !

 

 

Lire aussi

Pitié pour les bulles, l'éditorial de Issa Goraieb

Et si on restait enfants en 2017..., un peu plus de Médéa Azouri

Retour à la page "Scan TV"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1 / 1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Aïn el-Héloué : bras de fer entre Libanais et Palestiniens au sujet d’un terroriste en cavale

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.