X

Économie

La Régie va produire les cigarettes de trois marques pour le marché local

Tabac
P. H. B. | OLJ
16/11/2016

La Régie libanaise des tabacs et tombacs (RLTT), l'établissement public qui détient le monopole de la production et de la distribution du tabac au Liban, a conclu hier un partenariat avec le cigarettier britannique Imperial Tobacco. Cet accord confie à l'établissement public la confection des cigarettes de trois marques internationales détenues par Imperial Tobacco (Gauloises, Gitanes et West), pour le marché local notamment. Le contrat a été paraphé dans les locaux de la Régie à Hadeth par le directeur général de la RLTT, Nassif Saklawi, et le directeur général d'Imperial Tobacco pour la région Mena, Karim Dimitri.
« La conclusion de ce partenariat (pour une durée indéterminée) est le résultat de longs mois de négociations », s'est réjoui M. Saklawi, saluant un accord « sans précédent » pour la Régie, sans toutefois donner plus de précisions sur les montants en jeu.
« C'est un partenariat à long terme », a de son côté déclaré à L'Orient-Le Jour le directeur des affaires commerciales d'Imperial Tobacco pour le Moyen-Orient, Nasser Bakkar, présent pendant la signature, soulignant que la Régie était un des partenaires « les plus compétitifs » au Moyen-Orient. « Nous serons en mesure d'assurer la production de la totalité des marques concernées par le partenariat d'ici à février, dès que les différents équipements nécessaires pour adapter les lignes de montage seront installés », expose pour sa part le secrétaire général de la Régie, Georges Hobeika. « Ce partenariat va également permettre à la Régie de diminuer ses coûts en produisant sur place des cigarettes de marques importées et de devenir une plateforme de production régionale pour les marques internationales », ajoute-t-il.
Il concède toutefois que « cette opération ne devrait pas avoir d'effet notable dans l'immédiat sur le montant des taxes reversées à l'État », qui s'est élevé à 229 millions de dollars en 2015, le paquet de cigarettes étant taxé à hauteur de près de 35 % – dont 25,8 % pour les droits de douane et 9,1 % de TVA. « Les revenus de l'État augmenteront au fur et à mesure que la Régie augmentera ses capacités de production, qui atteignent 45 000 caisses par mois – chaque caisse contient 50 cartouches de 200 cigarettes – tandis que la consommation du pays est de 80 000 caisses par mois », conclut M. Hobeika. En 2015, l'établissement public avait déjà augmenté ses capacités de production en inaugurant trois nouvelles lignes de production pour un investissement de 17 millions de dollars et avait annoncé un chiffre d'affaires de 650 millions de dollars.

P.H.B.

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La réconciliation Frangié-Geagea : une dimension morale et une convergence d’intérêts

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

N’oubliez pas les femmes

Commentaire de Anthony SAMRANI

Il y a le feu dans la maison Saoud

Un peu plus de Médéa AZOURI

Dans ma bulle

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué