Rechercher
Rechercher

Économie - Liban - Finance

L’accord Aoun-Hariri a fait décoller Solidere en Bourse cette semaine

Les transactions sur les titres Solidere A et B ont représenté 45 % de la valeur totale des actions échangées en Bourse cette semaine. Archives Reuters

Après avoir été portée toute la semaine par l'ascension fulgurante des actions Solidere, dans le sillage des signaux d'un déblocage prochain de la vacance présidentielle qui dure depuis mai 2014, la Bourse de Beyrouth a interrompu hier sa série de six séances consécutives de hausse. L'indice Blom Stock Index (BSI) a ainsi clôturé à 1 205,48 points, soit une légère baisse (-0,76 %) par rapport aux 1 214,69 points enregistrés jeudi. Ils représentaient un plus haut depuis un an et demi. En glissement hebdomadaire, la hausse de l'indice BSI a atteint 3,56 %.
« Dès la fin de la semaine dernière, on observait déjà des signes avant-coureurs du soutien public de Saad Hariri à la candidature à la présidence de la République de Michel Aoun », rappelle Marwan Mikhail, directeur du département de recherche de la Blom Invest. Le pic enregistré jeudi correspondant à l'officialisation de ce soutien par M. Hariri.
Sans surprise, cette hausse globale résulte surtout de l'évolution des titres Solidere. Ainsi, l'action Solidere A a augmenté de 19,4 % sur la semaine, à 11,47 dollars hier ; tandis que l'action Solidere B s'est appréciée de 20,6 % à 11,58 dollars. Les transactions sur ces deux titres ont représenté 45 % de la valeur totale des actions échangées cette semaine.
« Même après l'annonce des bons résultats de l'entreprise pour le premier semestre, nous n'avions pas observé un tel engouement », constate M. Mikhail. Pour rappel, Solidere a annoncé des bénéfices consolidés et non audités de 72,1 millions de dollars au premier semestre 2016, contre 28,7 millions de dollars de pertes nettes consolidées par rapport au premier semestre 2015.

Scénarios similaires
« Le cours des actions Solidere a toujours été plus influencé par la situation politique que le développement même de l'entreprise. En 2008, nous avions assisté à un scénario similaire lorsque la classe politique était parvenue à l'accord de Doha. A contrario, la démission du gouvernement de Saad Hariri en janvier 2011 avait fait chuter leur cours », commente le directeur du département de recherche du groupe Byblos Bank, Nassib Ghobril. Là encore, la journée d'hier a marqué une inversion de tendance par rapport au pic enregistré jeudi, après cinq séances de hausse consécutives de ces actions, les titres Solidere A et Solidere B chutant respectivement de 3,12 % et de 2,85 % par rapport à la clôture de la veille. « Les investisseurs qui détiennent depuis 6 ou 7 ans des actions Solidere – restées longtemps coincés à environ 9 dollars – ont profité de l'occasion pour les vendre », explique M. Mikhail. « C'est une baisse qui reste minime, quand on voit que le cours des actions Solidere a grimpé chaque jour d'environ 10 % », relativise de son côté M. Ghobril.
« Si nous parvenons à l'élection de M. Aoun comme président de la République à la fin du mois, et à la nomination de Saad Hariri en tant que Premier ministre, le cours des actions de Solidere va encore plus augmenter », prévoit enfin M. Mikhail.

Après avoir été portée toute la semaine par l'ascension fulgurante des actions Solidere, dans le sillage des signaux d'un déblocage prochain de la vacance présidentielle qui dure depuis mai 2014, la Bourse de Beyrouth a interrompu hier sa série de six séances consécutives de hausse. L'indice Blom Stock Index (BSI) a ainsi clôturé à 1 205,48 points, soit une légère baisse (-0,76 %)...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut