Rechercher
Rechercher

Économie - Économie numérique

WhatsApp va partager les données de ses utilisateurs avec Facebook

« En connectant votre numéro de téléphone avec le système de Facebook, Facebook va pouvoir (...) vous montrer de meilleures publicités », affirme le service de messagerie mobile.

Lors de l’achat de WhatsApp par Facebook pour un montant de 21,8 milliards de dollars en 2014, le fondateur de WhatsApp, Jan Koum, avait promis de protéger les données de ses utilisateurs. Dado Ruvic/Reuters

Le service de messagerie mobile WhatsApp a annoncé hier qu'il allait modifier sa politique de confidentialité, permettant le partage des numéros de téléphone des utilisateurs ainsi que d'autres données personnelles avec sa maison mère Facebook.
Lors de l'achat de WhatsApp par Facebook pour un montant de 21,8 milliards de dollars en 2014, le fondateur de cette première, Jan Koum, avait promis de protéger les données de ses utilisateurs et que l'accord n'affecterait pas sa politique de confidentialité.

Facebook cherche toutefois depuis deux ans des moyens de faire des profits à travers son acquisition. Et ce même si, au moment du rachat, le géant des réseaux sociaux s'était engagé à ne pas interférer avec les promesses du cofondateur de WhatsApp, service de messagerie gratuit, au sujet du respect de la vie privée des utilisateurs et de l'absence de publicité sur la plate-forme de messagerie.
« En connectant votre numéro de téléphone avec le système de Facebook, Facebook va pouvoir (...) vous montrer de meilleures publicités », affirme WhatsApp. « Vous pourrez par exemple recevoir un message d'une compagnie avec laquelle vous avez déjà des relations plutôt qu'une dont vous n'avez jamais entendu parler », ajoute le groupe.
Aujourd'hui, il n'est pas obligatoire de fournir un numéro de téléphone lors de la création d'un compte sur Facebook.

 

(Lire aussi : Instagram s'attaque à Snapchat avec des images disparaissant après 24 heures)

 

Possibilité de refus
L'application de messagerie semble, en outre, chercher à rassurer ses utilisateurs en précisant qu'elle n'allait ni vendre ni partager leurs numéros de téléphone à des entreprises autres que Facebook. Elle précise également que les messages resteront cryptés et que les bannières de publicité ne seront pas non plus acceptées.

WhatsApp ajoute dans son post que sa « croyance en le respect de la vie privée est inébranlable ».
Pourtant, un certain nombre d'utilisateurs ne semblent pas convaincus par le virage que prend sa politique de confidentialité. « Numéros de téléphones?! Non ! Cela n'est absolument pas OK. Il est possible que je supprime mon compte Facebook », a twitté Mindy McAdams.

Par le passé, les dirigeants de WhatsApp avaient déjà déclaré qu'ils cherchaient des moyens pour que des entreprises puissent communiquer avec leurs utilisateurs pour, par exemple, la fourniture de reçus, la confirmation d'une réservation ou l'actualisation d'un statut de livraison.
WhatsApp, qui revendique un milliard d'utilisateurs, a précisé hier que les utilisateurs auraient toujours la possibilité de refuser le partage de leurs informations avec Facebook pendant 30 jours.

Un autre changement, potentiellement plus polémique, concerne le partage avec Facebook d'informations concernant le smartphone de l'utilisateur de WhatsApp, comme le type de système d'exploitation ou d'autres caractéristiques techniques.
Les données partagées devraient également aider WhatsApp à récolter des informations sur la fréquence à laquelle ses utilisateurs font appel à ses services et lutter contre les spams, a déclaré le service de messagerie.

 

Pour mémoire

WhatsApp annonce un chiffrement de bout en bout sur son service

Facebook propose un cryptage total des conversations sur Messenger


Le service de messagerie mobile WhatsApp a annoncé hier qu'il allait modifier sa politique de confidentialité, permettant le partage des numéros de téléphone des utilisateurs ainsi que d'autres données personnelles avec sa maison mère Facebook.Lors de l'achat de WhatsApp par Facebook pour un montant de 21,8 milliards de dollars en 2014, le fondateur de cette première, Jan Koum, avait...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut