Rechercher
Rechercher

À La Une - Jeux olympiques

Dix secondes d'éternité : Bolt et Gatlin ont rendez-vous sur 100 mètres à Rio

Dans l'épreuve reine, la Jamaïcaine Elaine Thompson a détrôné samedi sa compatriote Shelly-Ann Fraser-Pryce, pourtant double tenante du titre.

Bolt contre Gatlin, le yin contre le yang, le bon contre le "bad boy": les Jeux ne seraient pas tout à fait olympiques sans la finale du 100 m, événement planétaire où sont attendus dimanche soir le Jamaïcain et l'Américain. AFP / OLIVIER MORIN

Bolt contre Gatlin, le yin contre le yang, le bon contre le "bad boy": les Jeux ne seraient pas tout à fait olympiques sans la finale du 100 m, événement planétaire où sont attendus dimanche soir le Jamaïcain et l'Américain pour un duel chargé de symboles.

Ce sont les 10 secondes les plus précieuses des Jeux qui vont s'égrener sur le tartan du stade olympique de Rio, dans le quartier de Maracana. Elles valent plus que de l'or pour la superstar Usain Bolt, qui veut signer une performance inégalée: s'imposer pour la troisième fois d'affilée sur le 100 m olympique, dont les demi-finales puis la finale auront lieu à 21h00 et 22h25 locales (00h00 et 01h25 GMT dans la nuit de dimanche à lundi).

Bolt vise même un triple-triple de folie, en remportant aussi le 200 m et le 4x100 m, comme à Pékin en 2008 et à Londres il y a quatre ans. Il a déjà frappé les esprits en série samedi et sa course a rassuré les inquiets, ou inquiété ceux qui rêvent de sa défaite: 10 sec 07, en terminant en petite foulée ou presque.

 

(Lire aussi : Aux JO, un judoka égyptien battu par un Israélien refuse de lui serrer la main)

 

Le dopage, encore
Mais le Jamaïcain ne sera pas seul. Car un bon scénario exige des personnages : un bon, une brute et un truand par exemple. Les trois devraient être là dimanche soir: Bolt, la star planétaire adorée; Yohann "The Beast" Blake, son compatriote et son tombeur aux Mondiaux-2011; et Justin Gatlin, le "bad boy" américain, l'ex-dopé suspendu dix ans et finalement revenu dans le circuit après avoir vu sa peine réduite à cinq ans.

Aucun responsable ne dira tout haut ce que le monde de l'athlétisme pense tout bas: symboliquement, une victoire de Gatlin sur Bolt, jamais contrôlé positif à ce jour, fragiliserait encore une discipline très abîmée par les scandales de dopage.

Conscient de ce contexte sombre, le Jamaïcain n'hésite pas à se poser en rayon de soleil de son sport: La besoin que je gagne à Rio et que je sois le meilleur", assure-t-il dans une interview au journal Aujourd'hui en France/Le Parisien, réalisée en juillet et publiée dimanche.

De fait, les histoires de dopage n'en finissent plus de troubler les Jeux. Samedi, la Russe Darya Klishina a été exclue de la compétition au terme d'un surprenant revirement de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF). Elle était pourtant la seule des 68 athlètes russes à avoir échappé à l'exclusion dans la foulée des révélations sur le système de dopage d'Etat dans son pays.

 

(Lire aussi : Après son exclusion des JO de Rio, Nacif Élias confie à L'OLJ : "Je regrette ma réaction")

 

Adieu, Phelps
Initialement épargnée car elle s'entraîne depuis 2013 aux Etats-Unis, Klishina a finalement été sanctionnée à son tour sur la base d'une "nouvelle information", vraisemblablement issue du fameux rapport McLaren sur le dopage d'Etat russe. Klishina a saisi le Tribunal arbitral du sport (TAS), qui doit rendre son verdict d'ici dimanche minuit. Juste avant ou juste après le sacre de l'homme le plus rapide du monde.

En attendant ce 100 m 100% testostérone, la même longueur a été courue samedi, dans sa version au féminin. Mauvais augure pour Bolt? C'est une Jamaïcaine qui s'est imposée, mais pas celle qu'on attendait: Elaine Thompson a détrôné Shelly-Ann Fraser-Pryce, pourtant double tenante du titre.

Enfin, sur 400 m, trois as seront sur la ligne de départ dimanche, l'Américain LaShawn Merritt, le Grenadin Kirani James et le Sud-Africain Wayne Van Niekerk. Au vu des demi-finales samedi, le vieux record du monde de Michael Johnson, la "locomotive de Waco", pourrait même trembler.

Autre frisson, d'émotion celui-là: les JO ont dit adieu samedi à l'un de leurs plus grands champions, sur une dernière course et une dernière victoire. Michael Phelps a tiré sa révérence à 31 ans après avoir remporté le relais 4X100 m quatre nages. Sa 28e médaille, la 23e en or et la 1.001e de l'histoire olympique des Etats-Unis.

 

 

Lire aussi
Aux JO, Israéliens et Libanais se disputent un bus

Bolt contre Gatlin, le yin contre le yang, le bon contre le "bad boy": les Jeux ne seraient pas tout à fait olympiques sans la finale du 100 m, événement planétaire où sont attendus dimanche soir le Jamaïcain et l'Américain pour un duel chargé de symboles.Ce sont les 10 secondes les plus précieuses des Jeux qui vont s'égrener sur le tartan du stade olympique de Rio, dans le quartier de...
commentaires (1)

Hussein Bolt est jamaiquain. IL N'EST PAS SAINT GARS POUR RIEN.

FRIK-A-FRAK

19 h 25, le 14 août 2016

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Hussein Bolt est jamaiquain. IL N'EST PAS SAINT GARS POUR RIEN.

    FRIK-A-FRAK

    19 h 25, le 14 août 2016

Retour en haut