X

Disparus de la guerre civile : S'ils pouvaient témoigner...

« J’étais conscient du danger que je courais, mais je sentais que rien ne pouvait m’arriver »

Pour préserver l’espoir

Pour que la cause des personnes disparues au Liban ne tombe pas dans l'oubli, l'ONG Act for the Disappeared a lancé le projet « Fus'hat amal »*. Dans ce cadre, nous publions une série de témoignages fictifs qu'auraient apportés des Libanais arrachés à leur milieu familial et social.

OLJ
13/04/2016

Mon nom est Ramzi.
J'avais 21 ans et je poursuivais mes études universitaires à l'AUB. Je passais mon temps entre les cours et les amis. Ma vie n'était pas très différente de celle que mènent les étudiants d'aujourd'hui... à une différence près : pour me rendre à l'université, je devais traverser tous les jours des quartiers contrôlés par des milices. Et tous les jours, je prenais le risque d'être arrêté à un poste de contrôle.
J'étais conscient du danger que je courais, mais j'avais le pressentiment que rien ne pouvait m'arriver.
Étaient-ce l'énergie et l'optimisme de ma jeunesse qui me poussaient à croire que j'échapperais au sort réservé à des milliers d'autres personnes ? Ou encore le fait d'avoir été éduqué suivant des principes laïcs qui m'empêchaient d'imaginer que la mention de ma confession sur ma carte d'identité serait la raison de tant de souffrances ?
Le 29 juillet 1982, lorsque mes amis sont venus me retrouver en fin de journée à la maison, je n'étais toujours pas rentré. Quelques jours plus tard, ils ont retrouvé ma voiture, reconnaissable à la vignette de l'AUB collée sur la vitre arrière du véhicule.
Vingt-cinq ans plus tard, ma disparition constitue toujours une grande peine pour mes proches. Ma sœur Dima se demande souvent si les personnes qui m'ont enlevé ce jour-là avaient conscience que leur action causerait tant de souffrances.
Mon nom est Ramzi Abdel Khalek. Ne laissez pas mon histoire s'interrompre ici.

 

*« Fus'hat amal » est une plateforme numérique qui rassemble les histoires des personnes disparues au Liban. Le projet est financé par le Comité international de la Croix-Rouge, l'Union européenne, le National Endowment for Democracy et la Fondation Robert Bosch.
Des histoires d'autres personnes ayant disparu durant la guerre sont disponibles sur le site Web de Fus'hat amal à l'adresse : www.fushatamal.org
Si vous êtes un proche d'une personne disparue, vous pouvez partager son histoire sur le site du projet ou contacter Act for the Disappeared aux 01/443104, 76/933306.

À la une

Retour au dossier "Disparus de la guerre civile : S'ils pouvaient témoigner..."

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

En toute liberté de Fady NOUN

Le mufti et le pape

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le gouvernement entre les interférences externes et l’épineux dossier des relations avec la Syrie

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué