Liban

Daech et ses semblables, et la tentation d’utiliser le Liban...

Décryptage
22/07/2016

Qui veut déstabiliser le Liban ?

La question se pose de plus en plus sérieusement après la multiplication d'incidents sécuritaires divers, un peu partout dans le pays. Les instances internationales continuent de parler d'un « parapluie international » qui protège le Liban, mais depuis les attentats de Qaa, chaque semaine apporte son lot d'incidents. Bien que les responsables ne cessent de répéter que la situation sécuritaire au Liban est de loin préférable à celle des pays voisins ou même de nombreux pays dans le monde, la réalité est un peu moins rassurante. Non pas seulement parce que des incidents se produisent régulièrement dans la plupart des régions du pays – ce qui serait compréhensible, même sans la présence d'un si grand nombre de déplacés syriens et de réfugiés palestiniens – mais surtout parce que ces incidents sont souvent le reflet ou la concrétisation d'un climat politique malsain, où chaque dossier se transforme en sujet de polémique.

Depuis quelques jours, le dossier explosif du camp de Aïn el-Héloué a été rouvert et c'est actuellement la course entre les tentatives de contenir les conflits en les empêchant de s'étendre à Saïda et ses environs et la détermination de certaines parties dans le camp, notamment les groupes extrémistes proches de l'État islamique et d'el-Qaëda, à provoquer des affrontements pour mettre la main sur le camp et à l'utiliser ensuite comme base d'action pour tout le Liban. L'ouverture du dossier de Aïn el-Héloué n'est pas anodin, sachant que ce camp n'a pas seulement la plus forte concentration de combattants potentiels au Liban, mais de plus, il est situé à proximité de la route côtière qui relie le sud du Liban, fief du Hezbollah, à la capitale et à sa banlieue sud.

 

(Lire aussi : Raï à Qaa : L'État est responsable de la protection des Libanais)

 

On se souvient à cet égard de l'épisode du cheikh Ahmad el-Assir, qui avait réussi pendant quelques mois à placer la « portière de Saïda » sous son contrôle, menaçant ainsi les déplacements du Hezbollah, de ses partisans et de sa base populaire entre la capitale et le Sud. Le Hezbollah avait alors eu la sagesse de rester à l'écart, laissant l'armée faire face à ce fauteur de troubles qui avait essentiellement recruté ses partisans au sein du camp de Aïn el-Héloué. Ahmad el-Assir est donc tombé dans le piège en attaquant l'armée et en l'obligeant ainsi à réagir et à mettre un terme à son pseudo-mouvement de protestation.

Aujourd'hui, il est toujours en prison et son procès est en cours, et il y a peu de risques qu'un de ses partisans puisse suivre son exemple. Mais cela ne signifie pas que la tentation, pour certains groupes, de créer des troubles sur la route côtière menant vers le Sud a totalement disparu. La menace persiste donc, en dépit des accords conclus entre les services de renseignements libanais et la plupart des factions palestiniennes pour éviter tout débordement des conflits en dehors du camp.

Un autre dossier qui menace la stabilité du Sud a fait récemment son apparition à Chebaa. Les autorités locales dans ce bourg souhaitaient ouvrir un hôpital avec des financements venus des pays du Golfe. Mais le Hezbollah présent en force dans la région aurait poussé ses alliés dans la bourgade à refuser une telle ouverture, craignant que cet hôpital ne soit utilisé pour soigner les combattants de l'opposition syrienne présents de l'autre côté de la frontière, au pied du mont Hermon, et qui peuvent s'introduire facilement en territoire libanais par les nombreux passages clandestins de cette région montagneuse. Le Hezbollah ne veut pas en effet que les combattants syriens, sous couvert de se faire soigner, s'installent à Chebaa et ses environs, qui sont des localités dont la population est à majorité sunnite.

Dans le même contexte, les incidents continuent à se multiplier dans le jurd de Ersal entre l'armée libanaise et le Hezbollah d'une part et les combattants de l'opposition syrienne de l'autre, sachant que le Hezbollah n'hésite plus à revendiquer ses opérations dans ce secteur, alors que jusqu'à présent, il restait discret en raison de la proximité des positions de l'armée libanaise.

 

(Pour mémoire : Sécurité : Le Liban dans l'ensemble mieux nanti que d'autres pays)

 

Enfin, le Nord est lui aussi le théâtre d'incidents suspects. Mouïn Merehbi, député du Akkar, avait déclaré récemment qu'il y avait dans ce secteur près de 800 sympathisants de Daech. Cette déclaration pourtant stupéfiante n'avait pas suscité une vague de réactions, mais l'affaire des bateaux en provenance de Turquie arrêtés hier par l'armée libanaise au port de Tripoli ravive les inquiétudes sur l'existence d'un plan pour déstabiliser le Liban. L'armée aurait en effet reçu des informations sur des cargaisons douteuses d'armes à bord de ces bateaux et elle aurait entrepris de les soumettre à une fouille stricte non seulement pour connaître le contenu des cargaisons, mais aussi pour découvrir leur destination finale...

Du Nord au Sud, en passant par la Békaa, le Liban est ainsi dans le collimateur des groupes terroristes qui n'ont certes pas la possibilité d'agir ouvertement grâce à la vigilance de l'armée et des différents services de sécurité. Mais les polémiques politiques peuvent permettre à ces groupes de se faufiler à travers les brèches de la division et des conflits confessionnels. Tant que l'EI et ses semblables avaient un grand espace en Irak et en Syrie, le Liban n'était pas leur priorité, mais maintenant que l'étau se resserre autour de ces groupes, la menace pourrait devenir plus précise.

 

Lire aussi

Vive tension à Aïn el-Héloué, mais Nahr el-Bared est loin

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE DANGER POUR NOTRE PAYS NE VIENT PAS DU DEHORS MAIS DU DEDANS... QU,IL SE NOMME FAKIHISME OU SALAFISME... EXTREMISME CHIITE OU EXTREMISME SUNNITE... LES DEUX FACES DE LA MEME MONNAIE !!!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

HA... HA... HA... MEME QUAND VOUS ANALYSEZ DES EVENEMENTS REELS VOUS SUCCOMBEZ TOUJOURS A LA TENTATION DE LEUR DONNEZ DES EXLICATIONS IRREELLES ET PARTISANES... TRES CHERE MADAME SCARLETT HADDAD ... VOUS NE POUVEZ MALHEUREUSEMENT PAS TENIR LE TIMON SUR LA ROUTE DROITE DE LA VRAIE ANALYSE... ET C,EST TRES DOMMAGE !

Bery tus

haha mais que de comedie de la part des résistent lool

les hezb travaille pour l'iran et ce depuis ca creation demandez AUX PERSONNES QUI ONT VECU A SES MOMENTS LA, DEMANDEZ AUX PERSONNES COMMENT CELA C'EST IL PASSER !!!

PFFF que de la propagande pour rien dire en verite !!

VIRAGE CONTRÔLÉ

Et voilà chère Scarlett qu'on retombe dans ces discours fait pour gogos qui se prennent pour des intellos type bhl Cad de pacotilles.

À l'interne et à l'externe, les bonnes bactéries et les mauvaises , un wahabite dure et un wahabite mou ......

Attendre l'ennemi à la frontière comme Nasser attendait les usurpateurs à l'est et qu'ils sont passés par l'ouest en 67 .

Si j'avais été du hezb résistant j'aurai dit pour sa défense, mon Dieu protége moi à l'interne de l'interne, pour ce qui concerne l'externe je m'en occupe .

Dommage j'en suis pas , mais content d'avoir parler pour eux .

Honneur et Patrie

De quoi parlez-vous, chère Scarlett ? Nos responsables n'ont pas le temps de s'occuper de la défense de la patrie. Deux d'entre eux sont très occupés de négocier le pourcentage de royalties qui devrait leur revenir avec les autres parties : l'Etat 65% et l'entreprise de forage offshore 25%. Un journal a révélé il y a quelques jours que ce pourcentage pourrait s'élever à 10% soit un demi-milliard de dollars par an et à vie. Aucun démenti à cette révélation n'a paru jusqu'à présent.

Saleh Issal

Si l'on remonte dans l'histoire, la déstabilisation interne (je ne parle pas d'Israel car cela va de soi, mais il s'agit de ne pas masquer la déstabilisation du liban lancée en 1982 par les Perses et au seul profit des Perses, ce que les chiites libanais sympathisant des méthodes miliciennes et terroristes du Hezbollah ne peuvent voir) la déstabilisation interne, dis-je, a commencé lorsque les miliciens du Hezbollah ont éliminé, en leur tirant dans le dos, plus de mille combattants du Mouvement NationalLlibanais qui avait été le premier à lancer la Résistance patriotique contre l'invasion israélienne. Mais l'Iran avait d'autres projets. La conquête chiite du MO devait passer par la transformation de cette résistance civile laïque en résistance islamique chiite téléguidée par les ayatollahs au profit de la volonté d'hégémonisme de la Perse. Le résultat est ce que l'on voit aujourd'hui au liban et en Syrie et à Gaza et en Irak : des régimes inféodés à l'Iran n'ayant plus aucune volonté nationale indépendante .
La folie de Bush n'est pas seule responsable. Khomeyni et Ahmadinejad et Khamenei et Nasrallah sont identiques, absolument identiques : volonté d'hégémonisme sur les peuples de la région.
En fin de compte l'on verra un jour pas très lointain les ayatollahs faire de grands sourires à Israël pour se partager le gâteau de ces pauvres pays arabes.
Nasrallah n'est qu'un tout petit pion dans cet échiquier qui l'a toujours dépassé.

VIRAGE CONTRÔLÉ

Le Liban est déstabilisé depuis 48 , 56, 67,73, différentes dates d'une implantation "tumeureuse" de palestiniens dans des camps qui sont actuellement utilisés par des bactéries wahabites.

La chronologie remise en place , on pourra ajouter que la métastase qui n'a pas pu voir le jour de 82 à 2000 et 2006 ni 2008 , les usurpateurs de la Palestine utilisent d'autres voies de fixation pour acheminer leurs sbires wahabites avec encore et toujours les mêmes lâches parrains bensaouds et occidentaux des palestiniens chrétiens et sunnites .

Les chiites n'ayant pas été mis au pas au sud Liban comme ce fut le cas des sunnites des chrétiens en palestine et des druzes dans le Golan , le scénario continuera , même si on le voit avec la turquie en ce moment et demain la bensaoudie ces pays "allies" des alliés vont péricliter.

Scarlett ne vous faites pas de mauvais sang , la résistance du hezb sait tout ça et a déjà anticipé un danger venant de là. Pour une résistance qui a combattu 20 ans l'armée la plus criminelle du monde et qui empêche un complot de se réaliser dans la région, on leur doit ce minimum de confiance , fussions-nous des intellos de pacotille type bhl .

Saleh Issal

Aussi, c'est bien l'ennemi de l'intérieur qui a facilité la tâche à l'ennemi de l'extérieur.
Nasrallah et sa milice sont allés chercher Daech là où ils n'auraient jamais dû aller, en Syrie.
Tout acte de terrorisme de Daech au Liban a pour cause première la folie de l'intervention auprès du dictateur Bachar.
Tout acte de terrorisme de Daech au Liban n'est que l'imitation des actes de terrorisme qui ont fait sauter Hariri et des dizaines de patriotes du 14 mars.
Daech est l'enfant du Hezbollah.
Le Hezbollah est notre Daech national qui a pris en otage quatre millions de libanais et annihilé tous leurs espoirs.
Daech a créé son état islamique.
Le Hezbollah a créé son état chiite.
C'est quoi la différence ?

Saleh Issal

Qui veut déstabiliser le Liban ?
Mais le Liban est déstabilisé depuis 2005, un certain 14 février.
Depuis il a été déstabilisé un certain 7 mai 2008.
Puis en 2009, déstabilisé par la démission des ministres chiites qui avaient trahi l'esprit des accords de Doha.
Puis déstabilisé par les accords de Doha qui ont donné à l'Iran et au régime syrien le tiers de blocage sur le système libanais.
Puis déstabilisé par tous les assassinats du 14 mars et dont des membres du Hezbollah sont accusés.
Puis déstabilisé par la destruction des rouages de l'Etat systématiquement effectuée par Nasrallah et Berry.
Déstabilisé par le blocage des institutions .
Déstabilisé par le Hezbollah qui empêche l'élection d'un président aidé en cela par Aoun et Berry.
Alors un peu plus ou un peu moins....
Nasrallah fait payer au peuple libanais ce qu'il a patiemment semé ces dix dernières années.

Pierre Hadjigeorgiou

Tant que l'Iran et ses suppôts usent et abusent du Liban, il ne faut pas s'attendre a ce que les autres ne fassent pas pareil. Les souverainistes, comme les médias aiment a les appeler, ont fini par avoir des poils sur la langue a force de répéter l'importance de la remise des armes du Hezbollah a l’armée, du respect des institutions, de la construction d'un état fort et juste qui puisse protéger ses citoyens, etc... Mais voila ou nous en sommes arrivé en raison de l’idéologie théocratique Nazi d'un parti qui n'a plus rien de Libanais: La haine s'est répandue a un niveau jamais atteint même au plus fort de la guerre 1975 - 1990, l’état est paralysé, l'immigration a atteint son summum, l’économie est dans la merde, les réfugiés nous envahissent avec eux les sbires du regime Assad, les terroristes de Daech, etc..., tout le monde se sent menacé et décide de s'armer pour se défendre et pouvoir en découdre des abus des protégés du Hezbollah ou de Hariri ou de Dieu sait qui encore... Vous verrez que nous éviterons pas cette coupe! Le Liban va la boire jusqu'à la lie a cause de ces gens irresponsables... Je commence petit a petit a croire que la loi électorale dite Orthodoxe pourrait avoir du bon après tout!

Bery tus

rien qu'a lire le titre ... on sait ou vous voulez en arriver lol c'est pas mechant, mais bon une question pq il leur aurait pas suffit la syrie et son littoral !?! ou bien il voulait laisser une partie a assad mais dans ce cas c'est le comble non!?!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le retour des Libanais de l’étranger, entre surenchère politique et souci humanitaire

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants