Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Fête du Fitr : Aoun multiplie les contacts

Le Premier ministre, Tammam Salam, s'est rendu mercredi en Arabie saoudite.

Mercredi, Michel Aoun s'est entretenu avec le mufti de la République, le cheikh Abdellatif Deriane à Dar el-Fatwa. Photo Ani

A l'occasion de la fête du Fitr, le leader chrétien libanais, Michel Aoun, a multiplié les contacts avec diverses responsables locaux, avec lesquels il a notamment évoqué l'élection présidentielle et l'accord conclu avec le président de la Chambre, Nabih Berry, sur le dossier du pétrole et du gaz.

Présidentielle "en suspens"
Mercredi, M. Aoun s'est ainsi entretenu avec le mufti de la République, le cheikh Abdellatif Deriane, à Dar el-Fatwa. Interrogé à l'issue de cet entretien, le fondateur du Courant patriotique libre (CPL) a évoqué ses relations avec le leader du Courant du Futur, Saad Hariri, affirmant que les contacts entre les deux hommes n'étaient pas interrompus.

"En dépit de certains différends politiques, notre relation est toujours saine sur le plan social", a expliqué M. Aoun.

Interrogé sur l'élection présidentielle, le candidat déclaré à la présidence a indiqué que le dossier était toujours "en suspens", exprimant l'espoir qu'une entente soit conclue sur ce sujet dans les plus brefs délais "afin d'extirper enfin le Liban des crises dont il souffre".

Deux candidats sont en lice pour l'élection présidentielle : Michel Aoun, soutenu par le Hezbollah et les Forces libanaises, et le chef du courant Marada, Sleiman Frangié, soutenu pour sa part par le Courant du Futur. Le pays est sans président depuis le 25 mai 2014. La dernière séance électorale ayant à nouveau échoué faute de quorum, un nouveau scrutin est prévu le 13 juillet prochain.

 

(Lire aussi : L’initiative de Berry à mi-chemin entre les pressions françaises et l’agenda iranien)

 

Salam en Arabie saoudite
Plus tôt dans la journée, M. Aoun s'était rendu à Aïn el-Tiné pour un entretien avec le président de la Chambre, Nabih Berry. Les accords conclus vendredi dernier entre M. Berry et le président du CPL, Gebran Bassil, notamment sur le dossier de l'exploitation du pétrole et du gaz au large des côtes libanaises, étaient au menu de ces discussions.

Mercredi soir, M. Aoun a contacté l'ambassadeur d'Arabie saoudite à Beyrouth, Ali Awad Assiri, condamnant les récents attentats terroristes dont le royaume a été la cible.

De son côté, le Premier ministre, Tammam Salam, s'est rendu mercredi en Arabie saoudite à l'occasion de la fête du Fitr. Il a participé à une prière à cette occasion à La Mecque, en compagnie du roi Salmane et de plusieurs membres de la famille royale.

"Le Liban soutient l'Arabie saoudite dans sa bataille contre le terrorisme", a affirmé M. Salam dans un communiqué. Il a souligné que le terrorisme n'avait rien à voir avec l'islam et ne respectait "ni les lieux sacrés ni les âmes innocentes", dénonçant les attaques terroristes qui avaient frappé lundi les villes de Médine, Jeddah et Qatif.

 

 

Lire aussi
L’accord Berry-Bassil : une entente locale pour des motifs régionaux ?

A l'occasion de la fête du Fitr, le leader chrétien libanais, Michel Aoun, a multiplié les contacts avec diverses responsables locaux, avec lesquels il a notamment évoqué l'élection présidentielle et l'accord conclu avec le président de la Chambre, Nabih Berry, sur le dossier du pétrole et du gaz.
Présidentielle "en suspens"Mercredi, M. Aoun s'est ainsi entretenu avec le mufti de la...

commentaires (8)

"Il multiplie les conTacts(?)".... Thé - Eau - Zed ; point barre.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

19 h 18, le 08 juillet 2016

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • "Il multiplie les conTacts(?)".... Thé - Eau - Zed ; point barre.

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    19 h 18, le 08 juillet 2016

  • Quel est le programme de Michel Aoun, né le 30/9/1933, pour l'élection présidentielle ? C'est l'application de son accord dit "document d'entente" conclu le 6 février 2006 avec Hassan Nasrallah en vue de la hezbollahisation de l'Etat libanais. C'est clair, net et précis. La Russie a son "Kaliningrad", enclave russe sur la mer Baltique et l'Iran aura son "Liban", enclave iranien sur la Méditerranée. Non Merci, Michel Aoun, retournez chez vous à votre village d'origine Haret-Hreik pour y finir vos jours.

    Un Libanais

    11 h 42, le 08 juillet 2016

  • Papi Aoun s'en va à la pêche aux voix...au lieu de rester bien tranquille chez lui et de laisser enfin la place aux jeunes: -capables et dynamiques -courageux -honnêtes et pas corrompus -indépendants, patriotes et donc pas vendus Mais oui, Papi Aoun, il y en au Liban !!! Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 30, le 08 juillet 2016

  • Pour espérer gagner le gros lot au loto , il faut risquer en achetant un billet . Donc achetons l'idée que Le Phare Aoun est le président souhaite des libanais , et voyons ensuite le résultat. Disons librement allons au parlement voter pour le phare Aoun. Dire celui ci veut et l'autre ne veut pas c'est des histoires de cour de recré.

    FRIK-A-FRAK

    17 h 46, le 07 juillet 2016

  • AOUN A LA PRESIDENCE... LE HEZB NE LE VEUT PAS... SACHEZ-LE... IL VEUT LE VIDE !

    JE SUIS PARTOUT CENSURE POUR AVOIR BLAMER GEAGEA

    15 h 50, le 07 juillet 2016

  • Il sera l'homme de la situation parce qu'il plaît à ceux qui s'opposent à la corruption et à la lâcheté. Le Phare Aoun, rien de plus rien de moins .

    FRIK-A-FRAK

    15 h 24, le 07 juillet 2016

  • ET LA BATAILLE PERSISTE ENTRE LES MERCENAIRES IRANIENS D'UN CÔTÉ ET LES MERCENAIRES SAOUDIENS DE L'AUTRE. LE FUTUR EST DEVENU "LE PASSÉ".

    Gebran Eid

    14 h 03, le 07 juillet 2016

  • Il court, il court le furet Michel Aoun. Il a oublié que c'était lui qui avait signé à genoux la hezballahisation du Liban pour un strapontin à Baabda qu'il avait fui comme un slouki en 1990 en emportant avec lui la caisse de l'Etat.

    Un Libanais

    13 h 55, le 07 juillet 2016

Retour en haut