X

Liban

Après les élections à Tripoli, l’heure est au bilan...

Municipales
01/06/2016

Décidément, les rebondissements se succèdent à Tripoli où jusque tard dans la nuit de lundi à mardi, le décompte des voix donnait la liste soutenue par Achraf Rifi gagnante avec 22 sièges au conseil municipal de la ville, contre deux seulement pour la liste soutenue par la coalition de la quasi-totalité des forces vives de la capitale du Nord.

Finalement, ce sont seulement 16 des 24 membres de la liste Rifi qui ont été élus, contre 8 pour la liste adverse, selon les chiffres officiels publiés hier par le ministère de l'Intérieur. Le nouveau conseil municipal de Tripoli sera cependant monochrome. C'est officiel : aucun des candidats chrétiens et alaouites (deux par communauté sur chacune des deux listes) n'a pu être élu, contrairement aux pronostics de la veille qui donnaient Farah Issa, sur la liste soutenue par Achraf Rifi, gagnante.

Ces résultats ont pour ainsi dire constitué une « gifle retentissante » à l'ensemble des composantes de la large coalition qui ont perçu ces résultats comme un désaveu populaire suffisamment grave pour initier une remise en question à plus d'un niveau. Au lendemain de la démission de Robert Fadel qui avait annoncé lundi qu'il ne pouvait plus exercer sa fonction de député « aux dépens d'un peuple devenu misérable », c'était hier au tour d'Ihab Nafeh, responsable politique de la Jamaa islamiya à Tripoli – membre de la coalition qui compte également les anciens Premiers ministres Saad Hariri et Nagib Mikati, les députés Mohammad Safadi, Mohammad Kabbara et Robert Fadel, l'ancien ministre Fayçal Karamé, et des alaouites – de présenter sa démission. Dans le communiqué qu'il a publié à ce sujet, Ihab Nafeh explique que sa démarche a été motivée par les résultats du vote. « Il y a eu des accords et des alliances qui n'ont pas plu à la rue tripolitaine et que plusieurs ont contestés. (...) Les suffrages ont montré que notre choix n'était pas judicieux et conforme aux aspirations de la rue tripolitaine », a-t-il expliqué, en soulignant qu'il assume ses pleines responsabilités et que, par voie de conséquence, il rend son tablier.

Pour tous, l'heure est au bilan. La direction du courant du Futur attend le retour de son chef, Saad Hariri, pour tenir une réunion d'évaluation des résultats des municipales et du comportement des électeurs non seulement à Tripoli, mais à Beyrouth également. Deux facteurs ont joué contre la coalition à Tripoli et fait qu'elle a obtenu une victoire à l'arraché aux municipales de Beyrouth : le vote contestataire des électeurs et le taux de participation excessivement bas dans les deux villes : 20,14 % à Beyrouth et 25,82 % à Tripoli où la forte affluence des électeurs alaouites en fin d'après-midi, dimanche, a permis au taux de participation de franchir la barre dérisoire des 20 %.

 

(Lire aussi : Au Liban-Nord, un scrutin qui confirme des tendances)

 

« Victimes collatérales »
Selon le responsable du courant du Futur dans la capitale du Liban-Nord, Moustapha Allouche, le commandement de ce parti devrait assumer la responsabilité du revers qu'il a subi à Tripoli et en tirer les conclusions qu'il faut. À l'agence al-Markaziya, il a expliqué que les candidats chrétiens et alaouites ont été les victimes collatérales du panachage pratiqué à large échelle contre les sunnites de la ville, en faisant observer que les scores obtenus par les candidats chrétiens et alaouites sont plus élevés que le nombre de voix obtenues par ceux de la Jamaa islamiya et des Ahbache, « ce qui montre que les motivations du panachage n'étaient pas communautaires ».

Abondant dans le même sens, le député Samir Jisr a reconnu que le courant du Futur a « mal apprécié les orientations de la population à la faveur des municipales et ne s'est pas investi à fond dans les élections ». « Mais quoi qu'il en soit, ce qui s'est produit dimanche commande une lecture approfondie et minutieuse », a-t-il poursuivi. Le bloc parlementaire du Futur, réuni à la Maison du centre sous la présidence de Fouad Siniora, s'y est attelé hier. Le bloc a salué « la liberté de décision » des habitants de Tripoli. Il a aussi invité le nouveau conseil municipal à « se lancer au travail pour développer la ville, en tant qu'équipe homogène », sans commenter les résultats du scrutin ou le déséquilibre communautaire qu'il a induit, se contentant de relever l'aspect positif de la consultation populaire. « Elle a prouvé que le système libanais est capable de guérir par lui-même et de fonctionner normalement en dépit d'une conjoncture anormale et instable au Liban et des guerres et des discordes qui embrasent la région et qui affectent le pays », selon le bloc qui a en outre considéré que les municipales « ont donné un souffle nouveau au principe de l'alternance pacifique au pouvoir, nécessaire et fondamentale dans tous les systèmes démocratiques, dont le Liban, qui a pu maintenir cette caractéristique en dépit des tentatives hégémoniques du Hezbollah, soutenu par l'Iran et appuyé par le CPL ».

Reste la démission de Robert Fadel. Le député est déterminé à la maintenir, en dépit des appels lancés par ses collègues et par des personnalités tripolitaines pour l'en dissuader. Il faut cependant savoir qu'elle ne sera effective qu'une fois annoncée, lors d'une séance plénière de la Chambre, par le président du Parlement Nabih Berry. Dans ce cas, des partielles devraient être organisées...

Quoi qu'il en soit, le déroulement des municipales a été salué hier par le chargé d'affaires américain, Richard Jones, lors de la réception donnée à l'hôtel Le Royal à Dbayeh, à l'occasion d'une fête nationale américaine. Le diplomate a notamment rendu hommage « aux Libanais qui ont démontré encore une fois leur attachement aux principes de la démocratie, en organisant des élections réussies ». « Il s'agit d'un pas important vers le rétablissement de la démocratie (...) dont l'une des principales caractéristiques est qu'elle permet le renouvellement régulier de ses institutions grâce aux suffrages du peuple », a commenté M. Jones en estimant que « rien ne vaut des élections pour révéler l'humeur du peuple et induire une remise en question ». « En fait, un scrutin n'est pas organisé pour rassurer les hommes politiques mais pour permettre au peuple d'exprimer sa volonté. Pour cette raison (...), nous avons insisté pour l'organisation des élections dans les délais et nous estimons que les législatives ne devraient pas être reportées une nouvelle fois. Pour cette même raison, nous pensons que les Libanais devraient choisir leurs propres leaders », a insisté Richard Jones.

 

Lire aussi

Leçons préliminaires, l'édito de Michel Touma

Rifi : « Le changement ne saurait tarder »

À Tripoli, des votes arrachés à la misère...

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sabbagha Antoine

Triste de voir Tripoli devenir la capitale de l’intégrisme total .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

HEZBOLLAH VIA LES ALAOUITES ET LE PARAVENTISSIME VIA LES CHRETIENS MALHEUREUSEMENT... D,OU LA DEMISSION DE FADEL...
ILS ONT FAIT LA GUERRE CONJOINTEMENT AVEC LES MILLIAR-DAIRES TRIPOLITAINS ET AUTRES... UNE COALITION INPENSABLE... POUR COMBATTRE RIFI...
RIFI A GAGNE ! L,HOMME HONNETE ET VRAI LIBANAIS... KILNA RIFI !!!

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Äâzbéééléh ! Derechef !

Gebran Eid

LA MEILLEUR C'EST QUE LES MEMBRES "LES MOUTONS" DU FUTUR ATTENDENT QUE LEUR CHEF QUI SE TROUVE À L'ÉTRANGER DÉCIDE DE RENTRER. IL EST TOUJOURS ABSENT CE MONSIEUR. CHEF C'EST UN CHEF. C,EST QUOI LA DÉFINITION DU MOT CHEF ? UN CHEF DOIT HABITER À L'ÉTRANGER ET RECEVOIR LES ORDRES DE L'ÉTRANGER ET LES APPLIQUER AU PAYER SUR SES MOUTONS PAR TÉLÉPHONE SANS SE DÉPLACER. IL N'A PAS LE TEMPS POUR ÇA.

RE-MARK-ABLE

"""qui a pu maintenir cette caractéristique en dépit des tentatives hégémoniques du Hezbollah, soutenu par l'Iran et appuyé par le CPL »."""

HAHAHAHAHAHAHAHA !!!!!!!!!!!!! même à Tripoli ????????????

Le hezb résistant , lui n'a pas eu à accuser les tripolitains dans son scrutin au sud Liban libéré des usurpateurs , pourtant !!!!! hahahahahahaahah ......

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Surtout çuilà, le "minorisé"-là !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Moustapha Allouche, le karatéka-man de la Télé, et Samir Jisr, le petit génie méconnu, ont proclamé que "ce qui s'est produit dimanche commande une lecture approfondiiie et minutieuuuse." !
Démissionnez tout d'abord ; comme l'a fait ce Monsieur, lui, Fadel ; et vous aurez à ce moment-là touuut le temps et le loisiiir "d'approfondiiir minutieuseMent", mahééék n'est-ce pas, "ce qui s'est réeellemnt produiiit, yîîîh, dimannnche." !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Déjà cinq, direction la "poubelle"....

Jean Michael

Priere de corriger: Hier 30 Mai n'etait pas la fete nationale americaine. Hier les USA ont celebre Memorial Day qui est la fete du souvenir des veterans morts servant leur patrie.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué