Rechercher
Rechercher

Liban - La situation

Plongée aveugle dans une troisième année de vacance présidentielle

Le pays s'est engagé aveuglément, mercredi, dans une troisième année de vacance présidentielle, sans qu'une sortie de crise ne se dessine à l'horizon. À l'ouverture du Conseil des ministres, hier, le Premier ministre a rappelé ce que cette vacance a de pervers pour le fonctionnement des institutions, tout en se référant aux avertissements que le secrétaire général de l'Onu et l'Union européenne adressent à la classe politique libanaise.

Les ministres réunis ne pouvaient s'empêcher d'entendre, dans le discours de M. Salam, l'écho de la tonitruante interview qu'il avait accordée, la veille à Télé-Liban, dans laquelle il déclarait : « Nous sommes l'État le plus failli en termes de respect de la Constitution. L'histoire retiendra également que nous sommes le gouvernement le plus raté. » Et d'ajouter : « Notre gouvernement est désormais réputé pour sa corruption et ses échecs, et cette réputation le suivra même après sa démission. » M. Salam avait rappelé aussi mercredi que lorsqu'il avait été chargé de prendre la tête de l'exécutif, le mandat du gouvernement ne devait pas s'étendre au-delà de deux mois puisqu'il était chargé d'effectuer les élections parlementaires.
« Je continue à assumer mon devoir et mes responsabilités tout simplement parce que les Libanais ne souhaitent pas que le pays s'enlise encore plus. Mais au final, on en arrive au ras-le-bol », a martelé M. Salam, précisant avoir rédigé sa lettre de démission « plus d'une fois ».

Réagissant aux informations faisant notamment état d'une velléité, chez le Hezbollah de modifier les règles du jeu, par le biais d'un éventuel amendement de la Constitution, M. Salam s'était également prononcé contre tout changement du système libanais, à l'ombre de la situation de vacance.
« La seule chose qui puisse profiter au Liban dans un proche avenir est l'élection d'un chef d'État », avait-il insisté. Et de rappeler que la vacance « porte atteinte à l'esprit du pacte national qui a prévu l'équilibre » dans le partage du pouvoir entre les différentes communautés, avant d'assurer que la Constitution libanaise est « l'une des meilleures au monde », soulignant que ce n'est pas le texte qui pose problème.

La résistance s'affaiblit
Évoquant le rôle et l'avenir du Hezbollah à l'occasion de la commémoration de la libération du Liban de l'occupation israélienne, en 2000, il a rappelé qu'à cette date, « l'ensemble des Libanais avaient ressenti cet exploit comme étant le leur », un souvenir qui doit, a-t-il dit, « rester gravé » dans leur mémoire. Aujourd'hui, a poursuivi le Premier ministre, « la résistance, comme toute autre chose, est en train de s'affaiblir à l'ombre de la décomposition et du morcellement qui prévalent sur le plan interne ». « Le rôle de la résistance suscite de nos jours plusieurs interrogations, d'autant que celle-ci a changé d'objectifs provoquant des différends » au sein de la société.
Interrogé sur les mesures adoptées par le Trésor américain visant le parti chiite, M. Salam a indiqué que le Liban ne renoncera pas à l'application des lois émises par les autorités américaines, minimisant toutefois son impact sur le système bancaire libanais ou encore sur la stabilité monétaire du pays.

(Lire aussi : Nasrallah prévoit une tension régionale d'ici à la présidentielle américaine)

 

Minimalisme politique
Pour en revenir au Conseil des ministres, notons qu'il a soigneusement évité tous les sujets qui peuvent influer directement ou indirectement sur le scrutin municipal qui se tient ce dimanche au Liban-Nord. Ainsi, les sujets du barrage de Janné et celui de la responsabilité du directeur général d'Ogero dans le réseau Internet illégalement exploité, au détriment du Trésor, ont été soigneusement tenus à l'écart des débats. Ainsi d'ailleurs que celui des déchets, où l'on se dirige vers un nouveau scandale, celui de l'enfouissement sans tri de dizaines de tonnes de déchets, au grand dam des experts et des écolos.

Toutefois, le Conseil des ministres a passé une bonne partie de ses quatre heures de débats à discuter de l'opportunité d'accorder leurs droits aux employés d'Ogero, à la lumière d'un jugement de la Cour d'État leur donnant droit à des augmentations. Toutefois, aussi bien les ministres du PSP et du CPL se sont opposés à l'exécution de cette décision de justice et au déblocage des fonds correspondants, réclamant que le dossier soit lié à celui de l'enquête sur le réseau Internet illégal. De son côté, le ministre Nabil de Freige a eu beau affirmer qu'on ne peut spolier les employés de « leurs droits acquis », M. Salam a finalement ajourné ce dossier, en attendant que tous les ministres prennent connaissance de la décision de la Cour d'État.

Par ailleurs, le Conseil des ministres a été secoué par une polémique entre le ministre des Finances Ali Hassan Khalil et celui de l'Enseignement supérieur, Élias Bou Saab, sur la nomination d'un certain nombre de contractuels et de professeurs assistants à l'Université libanaise. Alarmé par leur nombre (500), le ministre des Finances s'est laissé convaincre qu'il n'y avait pas lieu de l'être, et que les entrants devaient remplacer un nombre égal de professeurs sortants ayant atteint l'âge de la retraite.

Un dernier mot sur la loi électorale. Dans ce domaine, c'est toujours la tour de Babel, avec un débat qui tourne court en commissions conjointes, des choix antinomiques et une contestation stérile de l'antériorité de la présidentielle sur les législatives.

 

Lire aussi
Washington appuie la stabilité au Liban, mais..., le décryptage de Scarlett Haddad

« Profonde préoccupation » de Ban et du Conseil de sécurité

Mogherini : Le Liban ne peut pas attendre les solutions régionales pour élire un chef de l'État

Le pays s'est engagé aveuglément, mercredi, dans une troisième année de vacance présidentielle, sans qu'une sortie de crise ne se dessine à l'horizon. À l'ouverture du Conseil des ministres, hier, le Premier ministre a rappelé ce que cette vacance a de pervers pour le fonctionnement des institutions, tout en se référant aux avertissements que le secrétaire général de l'Onu et l'Union...
commentaires (5)

De conseil de ministres en conseil de ministres , M. le PM vous nous gargarisez de mots, de jugements, de critiques pour justifier votre acte de présence à la tête du gouvernement. Vous ne faites pas mieux que Berry ou HN Votre ministre des Affaires Etrangères a mis les pays arabes à dos, des libanais sont expulsés, perdant le gagne pain pour leur famille Qu'avez-vous fait? RIEN. Vous vous trompez lourdement sur le Hezbollah. Ce n'est pas un parti politique C'est une machine de guerre qui des contrôle des régions à votre détriment : le Liban Sud et la Bekaa. Imaginez un seul instant le retour au pays des combattants de l'Hezbollah. Contre qui vont ils combattre ? Ils ne savent que faire la guerre ! Ils vont s'attaquer à Israel? Notre pays n'est pas en mesure de faire une guerre à Israel Ils vont se retourner contre leurs frères libanais? Ils n'auront aucun scrupule si le Hezbollah est menacé Vous deviez gouverner durant 2 mois pour permettre une mise en place une élection ... Vous êtes toujours là et vous n'avez rien fait que des réunions stériles, des commentaires pour justifier votre acte de présence J'attendais plus d'un homme politique comme vous. Grande deception ! Monsieur le PM, vous êtes OUT OF LIMIT

FAKHOURI

12 h 25, le 27 mai 2016

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • De conseil de ministres en conseil de ministres , M. le PM vous nous gargarisez de mots, de jugements, de critiques pour justifier votre acte de présence à la tête du gouvernement. Vous ne faites pas mieux que Berry ou HN Votre ministre des Affaires Etrangères a mis les pays arabes à dos, des libanais sont expulsés, perdant le gagne pain pour leur famille Qu'avez-vous fait? RIEN. Vous vous trompez lourdement sur le Hezbollah. Ce n'est pas un parti politique C'est une machine de guerre qui des contrôle des régions à votre détriment : le Liban Sud et la Bekaa. Imaginez un seul instant le retour au pays des combattants de l'Hezbollah. Contre qui vont ils combattre ? Ils ne savent que faire la guerre ! Ils vont s'attaquer à Israel? Notre pays n'est pas en mesure de faire une guerre à Israel Ils vont se retourner contre leurs frères libanais? Ils n'auront aucun scrupule si le Hezbollah est menacé Vous deviez gouverner durant 2 mois pour permettre une mise en place une élection ... Vous êtes toujours là et vous n'avez rien fait que des réunions stériles, des commentaires pour justifier votre acte de présence J'attendais plus d'un homme politique comme vous. Grande deception ! Monsieur le PM, vous êtes OUT OF LIMIT

    FAKHOURI

    12 h 25, le 27 mai 2016

  • Tant que le malade a un souffle, il y a de l'espoir !?

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    12 h 05, le 27 mai 2016

  • PLONGEE HEBETIQUE PLUTOT DE CEUX QUI FLECHISSENT DEVANT LES FAITS ACCOMPLIS...

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    11 h 32, le 27 mai 2016

  • En bref donc le pays plonge dans la faillite politique totale et nos politiciens cherchent toujours le sexe des anges .

    Sabbagha Antoine

    08 h 11, le 27 mai 2016

  • Le mal est fait, le mal en adviendra !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    07 h 25, le 27 mai 2016

Retour en haut