X

La Dernière

Problèmes de bricolage à la maison ? Un jeune Libanais vous dit : « Kholsït »

La bonne nouvelle du lundi

Crise des déchets, attentats, coupures d'électricité, malaise social, clivages politiques accrus, tensions communautaires... Face à l'ambiance générale quelque peu délétère, « L'Orient-Le Jour » se lance un défi : trouver une bonne nouvelle chaque lundi.

25/04/2016

Tout le monde n'a pas nécessairement la fibre du bricolage, et effectuer des travaux à la maison peut rapidement tourner au cauchemar. C'est pourquoi l'on fait appel aux professionnels. Mais souvent, les délais peuvent être longs, la facture salée et les travaux peu satisfaisants. Tarek Moubarak, un jeune Libanais de 22 ans, veut résoudre ce problème. Avec son projet de plateforme numérique Kholsit, il ambitionne d'optimiser les relations entre spécialistes et particuliers afin que les deux parties en sortent gagnantes.

« Kholsït est une application mobile et un site web en cours de développement. Il vise à venir en aide aux Libanais lorsqu'ils font face à des problèmes tels que trouver un bon plombier, un menuisier ou un électricien. Kholsït aide en même temps les techniciens fiables à facilement trouver leurs clients », explique ce jeune diplômé en sciences informatiques, qui travaille actuellement en tant que développeur web pour son propre compte.
Conscient des difficultés que les jeunes techniciens ont à trouver des débouchés professionnels, Tarek Moubarak souhaite leur venir en aide. Il s'adresse ainsi aux techniciens de moins de 35 ans. Pour cela, il prévoit de faire le tour des instituts techniques pour recruter les jeunes intéressés par son initiative.

Concrètement, comment ça marche ? « Kholsït est un annuaire (numérique) que les utilisateurs peuvent consulter afin de trouver le bon technicien, et vice versa », indique le jeune entrepreneur. « Souvent, les gens ne parviennent pas facilement à trouver un plombier fiable. Mais avec Kholsït, il est possible de trouver le bon plombier à proximité grâce à une option de géolocalisation », explique-t-il. Les techniciens, eux, peuvent s'enregistrer sur l'application en précisant leur spécialité et leur zone géographique d'opération. Leur travail est évalué par les utilisateurs de la plateforme qui peuvent leur octroyer une note allant de un à cinq, en fonction de leur satisfaction.

« Problème réglé »
« L'expression Kholsït, en libanais, est souvent utilisée pour dire qu'un problème est réglé », explique Tarek Moubarak. C'est en quelque sorte ce que propose ce projet. L'idée lui trottait dans la tête depuis 2010, après avoir rencontré des jeunes poursuivant des études techniques. « Mais je n'avais jamais abordé le concept sous l'angle technologique », admet-il.

Bien que l'application mobile n'ait pas encore été lancée, Tarek Moubarak se dit confiant. « Je suis actuellement à mi-chemin au niveau du développement de la plateforme. Elle devrait être lancée avant la fin de cet été au plus tard », assure-t-il. La raison principale du retard est d'ordre financier. « J'ai besoin, entre autres, de fonds, d'investisseurs qui contribueraient au développement de mon projet. Actuellement, je ne bénéficie d'aucun soutien, mais cela ne m'empêche pas de poursuivre mon travail en comptant sur moi-même. Évidemment, les investisseurs intéressés par mon travail sont les bienvenus », lance-t-il.

« Kholsït devrait être disponible gratuitement sur les systèmes d'exploitation mobiles iOS et Android. L'application, destinée dans un premier temps au marché libanais, est vouée à l'exportation et devrait, à terme, être disponible dans plusieurs pays », se réjouit le jeune Libanais qui se dit convaincu d'être repéré un jour par les géants de la Silicon Valley. « Deux autres applications découlant de cette plateforme devront voir le jour dans un futur proche », confie-t-il sans donner plus de détails.

 

Dans la même rubrique
Ariella Masboungi, lauréate en France du Grand Prix 2016 de l'urbanisme
Pierre Abi Haila porte son Egstrate sur la première marche du podium

La Libanaise Fadia Ghossayn, femme de l'année en Australie

En Tanzanie, un architecte libanais conçoit le « village de l’enfance heureuse »

Stephen Karam, le dramaturge qui cartonne à Broadway

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

bravo a cet entrepreneur !!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Conférence de Bruxelles : des divergences de fond sur un dossier sensible

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!