Économie

Mar Mikhaël et Badaro, les deux quartiers branchés de Beyrouth

Marché de l’immobilier
OLJ
02/04/2016

Pour sortir à Beyrouth, vous avez l'embarras du choix. Les opportunités ne manquent pas. Les destinations nocturnes de la capitale ne restent jamais bien longtemps en place. Il suffit de quelques mois pour qu'un quartier émerge pendant qu'un autre décline.

Actuellement, deux quartiers se distinguent et sont particulièrement à la mode : Mar Mikhaël et Badaro.
Mar Mikhaël est l'adresse du moment qu'il faut voir et être vu. Incontournable en matière de lieux nocturnes à Beyrouth, le quartier a la plus forte densité de restaurants, cafés, bars et pubs. Profitant du déclin de Gemmayzé, devenu trop cher et saturé, le boom de Mar Mikhaël a commencé en 2010. En quelques années, le quartier a attiré tous les grands acteurs de la restauration et de la nuit de la capitale. Certaines enseignes y ont gagné une belle notoriété comme Enab, Internazionale, Tavolina, Frosty Palace, DIVVY. À ce jour, une bonne cinquantaine d'établissements s'entassent dans un petit périmètre autour de l'attraction la cour St-Michel qui regroupe Bar Tartine et Sud.

Naturellement, les loyers n'ont pas tardé à partir en flèche. Les emplacements sur la rue principale se négocient aujourd'hui autour de 700 dollars le m2 par an et il faut prévoir de 250 à 400 dollars le m2 annuel le long des axes secondaires. Cependant, les loyers demandés sont tellement élevés que les locaux mis sur le marché sont de moins en moins rentables. Logiquement, cela a affecté la demande qui commence à faiblir. Il semble que Mar Mikhaël ait atteint son pic. Avec les loyers actuels, les derniers arrivés ne vont pas tenir longtemps. Les seuls gagnants sont les pionniers du quartier qui sont venus avant tout le monde à des loyers très avantageux (de 200 à 300 dollars le m2) et qui aujourd'hui se frottent les mains.

Depuis 2014, Badaro connaît une métamorphose spectaculaire. C'est devenu la curiosité de Beyrouth. L'intérêt des professionnels de la restauration est surtout encouragé par la cherté de Mar Mikhaël. Ainsi, Badaro est devenu une excellente opportunité. Le quartier offre un cadre agréable et un emplacement central à Beyrouth. Les enseignes Olio, Main Street et Onno, déjà connues dans la capitale, y sont présentes ou le seront prochainement.
Les dernières locations sur des axes perpendiculaires à la rue Badaro tournent autour de 250-300 dollars le m2 par an. Les loyers sur la rue principale vont au-delà de 500 dollars le m2 annuel. C'est toujours plus intéressant qu'à Mar Mikhaël qui commence à saturer.
À ce jour, la demande pour Badaro est exponentielle. Il est évident que le quartier n'a pas encore atteint sa capacité maximale.

En coopération avec :
Tél.: 01-349910
www.ramcolb.com

 

Lire aussi
Pourquoi les loyers des appartements restent-ils aussi chers à Beyrouth ?

Quand le bâtiment plonge, les promoteurs tentent de surnager

Le secteur immobilier tente de résister, malgré les nombreux aléas

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Pierre Moise

C'est bien de faire la pub pour Badaro qui est un quartier qui a sa specificite mais excentre et peu interessant...et n'enterrez pas trop tot Mar Mikhael

L'erreur des proprietaires de Gemmayze est d'avoir voulu augmenter les loyers de facon trop vite voire meme de les doubler ou tripler en peu de temps avec le resultat que nous connaissons.

Ce n'est pas le cas a Mar Mikhael ou il y a encore plein de potentiel surtout que plusieurs grands projets immobiliers n'ont pas encore ete livres...et les prix sont stables pour ne pas dire a la baisse.

C'est l'instabilite politique du pays qui mine le closing de deals aujourd'hui a Mar Mikhael et dans d'autres quartiers de la capitale.

Sortez de la theorie...Les investisseurs ne sont pas disposes a lancer des concepts innovants dans le climat actuel....point a la ligne.

Mar Mikhael s'est positionne sur des concepts innovants artsy ou trendy et ne recherche pas des enseignes commerciales comme Olio par exemple quant il y a un Tavolina offrant une carte plus riche et plus abordable avec un customer profile bien plus niche et haut de gamme que le client Olio.

Les succes de DIVVY et Enab de par la proximite des grands axes routiers dans le real estate cluster qu'est Mar Mikhael a permis a ces concepts de se positionner comme des "high end destination concepts".

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué