Rechercher
Rechercher

Liban

Les évêques maronites mettent en garde contre « le grand vide institutionnel »

L'Assemblée des évêques maronites, réunie hier à Bkerké sous la présidence du patriarche Béchara Raï, s'est montrée sensible à la tension confessionnelle qui s'est manifestée ces derniers jours au Liban, et, mesurant sa gravité, a appelé à s'en défendre vigoureusement et garder les forces armées et de sécurité à l'écart des tensions politiques. Une partie de la séance s'est tenue en présence du cardinal Tagle (prononcer Taglé), président de Caritas Internationale, en visite au Liban, et du nonce apostolique, Mgr Gabriele Caccia.
À l'issue de leur réunion, les évêques ont publié un communiqué, dont voici les points essentiels :
– Les évêques ont salué « le pas œcuménique prophétique » franchi par le pape François et le patriarche de Moscou, Cyrille, lors de leur rencontre à La Havane (13 février), et la déclaration commune qu'ils ont signée « poussés par un sentiment de responsabilité commune ».
Ils ont remercié François de l'effort qu'il déploie pour la défense « de la présence chrétienne en Orient » et « de la civilisation commune, bâtie par les chrétiens et les musulmans attachés au pluralisme et au vivre ensemble, au respect de la dignité de l'homme et de ses droits, à l'effort pour l'instauration de la justice, l'extension de l'amour et l'édification de la paix ».
– L'Assemblée des évêques s'est par ailleurs inquiétée « de la grave escalade » qui s'est produite « au niveau du discours, des prises de position, et, dans certains cas, de la pratique », sous l'influence du conflit régional entre sunnites et chiites. Elle s'est également dit inquiète « des divisions qui marquent le gouvernement et l'empêchent de remédier aux crises les plus simples ». Pour elle, c'est là « le signe de la cassure de l'État libanais dont la politique est l'otage des déchirements politiques, en l'absence d'une instance régulatrice unifiée ».
– De ce fait, les évêques ont mis en garde contre « l'effondrement du Liban dans le grand vide institutionnel », et, pour l'éviter, ont demandé « aux blocs politiques et parlementaires d'assumer leurs responsabilités nationales, de dissocier le destin du Liban des intérêts étrangers et de se plier à l'arbitrage de la Constitution ».

S'asseoir ensemble
« Il n'y a pas d'autre issue à la crise que de s'asseoir ensemble et de s'entendre sur l'élection d'un président », estiment les évêques, qui soulignent que « les faits ont démontré qu'un président est irremplaçable comme symbole de l'unité du pays et garant du respect de la Constitution ».
– Il faut « garder l'armée à l'écart des polarisations politiques, recommandent les évêques, qui rappellent que (...) beaucoup d'efforts et de sacrifices ont été nécessaires pour qu'elle atteigne le degré d'efficacité et de mobilisation actuel ».
– Les évêques ont salué la présence à leurs côtés du cardinal Luis Antonio Tagle, archevêque de Manille et président de Caritas Internationale, en visite au Liban pour évaluer les besoins des réfugiés syriens et les services que leur assure Caritas-Liban.
Déplorant la campagne diffamatoire qui vise Caritas-Liban en raison de certaines « ambiguïtés administratives » qui ont marqué sa gestion précédente, les prélats ont estimé que son « service d'amour est plus fort que toutes les tentatives de la diffamer aux yeux de l'opinion ».
Enfin, l'assemblée a pressé les fidèles à participer en grand nombre à la « Journée d'adoration » de 24 heures organisée dans le monde à l'appel de François. Un office de prière central se tiendra en la basilique Notre-Dame du Liban (Harissa), du vendredi 11 mars à 18h au samedi 12, en union avec l'Église universelle.


L'Assemblée des évêques maronites, réunie hier à Bkerké sous la présidence du patriarche Béchara Raï, s'est montrée sensible à la tension confessionnelle qui s'est manifestée ces derniers jours au Liban, et, mesurant sa gravité, a appelé à s'en défendre vigoureusement et garder les forces armées et de sécurité à l'écart des tensions politiques. Une partie de la séance s'est...

commentaires (3)

SI AU MOINS ILS SE TAISAIENT AU LIEU DE REPETER LE MEME DIAPASON VIDE...

OLJ, FOSSOYEUR DE LA LIBRE EXPRESSION !

09 h 49, le 03 mars 2016

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • SI AU MOINS ILS SE TAISAIENT AU LIEU DE REPETER LE MEME DIAPASON VIDE...

    OLJ, FOSSOYEUR DE LA LIBRE EXPRESSION !

    09 h 49, le 03 mars 2016

  • "L'Assemblée des évêques maronites, réunie à Bkerké sous la présidence du Râââëéh, s'est tenue ; en partie ; en présence du nonce apostolique Caccia." ! Et ils critiquent les chïïtes avec leur Walïyoûlfakkîh ! Le nonce apostolique ? Pourquoi ?

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    06 h 03, le 03 mars 2016

  • Ah oui ? Tiens !

    Halim Abou Chacra

    04 h 48, le 03 mars 2016

Retour en haut