X

Liban

Saydet el-Jabal propose une vision chrétienne alternative fondée sur la modération

Rencontre annuelle
S.N. | OLJ
29/02/2016

La rencontre de Saydet al-Jabal, qui a tenu hier sa douzième réunion annuelle au couvent de Fatqa, s'est orientée sur « les défis cruciaux » auxquels font face les pays de la région, et dont le Liban est loin d'être isolé, à l'heure de la montée des extrêmes. Cinq allocutions complémentaires ont démontré la nécessité d'une action réformiste en phase avec la réalité du terrain.

Le diagnostic de la situation étant un préalable nécessaire, l'ancien député Farès Souhaid, fondateur de la Rencontre, a commencé par cerner sous un angle critique les rapports de force en jeu actuellement. Revenant d'entrée sur le choix courageux du patriarche Hoyek d'opter pour le Grand Liban islamo-chrétien, au sortir de la Première Guerre mondiale, l'ancien député de Jbeil a estimé que le Liban se trouve aujourd'hui confronté à une gamme d'événements historiques, comme au début du siècle dernier, d'où l'importance d'élaborer une vision stratégique, aussi bien en tant que chrétiens que Libanais, pour savoir ce que nous voulons, comme le patriarche Hoyek en son temps.

Parmi les points évoqués par M. Souhaid, il y a notamment la question de l'intervention de la Russie dans le conflit régional, placée sous le signe de la protection des chrétiens. Elle obéirait, selon lui, à « deux tendances : une tendance impérialiste à raviver l'ère soviétique et ses influences régionales – cette tendance a pour support l'État russe ; et une tendance, véhiculée par l'Église russe, à se démarquer de l'Église occidentale ». Ces deux tendances sous-tendent « un parti pris en faveur du régime syrien et de l'alliance des minorités, justifiée par l'usage d'un slogan flou et équivoque, celui de la lutte contre le terrorisme », a relevé M. Souhaid, laissant entendre néanmoins que « les motifs réels de la Russie » ne sont pas encore déclarés et pourraient contribuer à une solution régionale.

En attendant, la rencontre de Saydet el-Jabal a pris soin encore une fois de déconstruire la théorie de l'alliance des minorités. L'intervention écrite de l'ancien ministre Tarek Mitri, distribuée aux participants, a été dans ce sens. « L'approche dualiste (qui met face à face la majorité et les minorités), si elle est retenue comme premier élément d'analyse de la situation, ou investie en faveur de politiques à court terme, ne fait que précipiter la survenance de ce que nous craignons. Et les craintes des minorités ne sont pas en contradiction avec celles de la majorité », a ainsi affirmé l'ancien ministre (lire par ailleurs). La synchronie entre les appréhensions des minorités et celles de la majorité a sous-tendu les interventions : la peur qui surgit chez une minorité trahit un malaise existant au niveau de la majorité. C'est le second qu'il faudrait régler en premier.

Le maintien du régime de Bachar el-Assad, par exemple, bourreau de la majorité des Syriens, ne peut que desservir les « minorités », même si celles-ci croient repérer dans cette dictature leur planche de salut.
Autrement dit, l'alliance des minorités est antinomique des démocraties arabes.

Assad au service d'Israël ?

Une preuve supplémentaire en serait la stratégie israélienne dans la région. Présent dans l'assistance, le chercheur Nabil Khalifé a ainsi fait état de « l'obsession sioniste actuelle de contrer l'extension sunnite démographique aux frontières d'Israël ». C'est ce qui pourrait expliquer, selon lui, « l'épuration actuelle des sunnites en Syrie ». Le maintien du régime ne peut que profiter à Israël, quand bien même celui-ci prétendrait être le relais, au Moyen-Orient, du modèle démocratique occidental, comme l'a relevé M. Souhaid.

(Lire aussi : Saydet el-Jabal en passe de devenir une plateforme régionale plurielle)



C'est cette même « schizophrénie » qui se dégagerait de la politique iranienne dans la région. L'entrée en vigueur de l'accord sur le nucléaire, qui accorde à l'Iran une qualité « d'État » aux yeux de la communauté internationale, ne serait toutefois pas près d'atténuer ses projets d'exportation de la révolution islamique dans la région. Or la wilayet al-faqih serait, comme le califat de l'État islamique, l'un des courants islamistes fondamentalistes en émergence dans la région, souligne l'ancien député.

Comment circonscrire dès lors des projets menés par des forces régionales, bénéficiant d'une couverture internationale, et desservant les aspirations des modérés ?
Le pari sur un coup de force des pays du Golfe, qui interviendraient sur le terrain pour combattre aussi bien l'État islamique que le régime syrien, est peu probable. D'ailleurs, l'ancien ministre jordanien des Affaires étrangères, Marwan Moacher, a expliqué dans une lettre adressée au séminaire de Saydet el-Jabal le processus par lequel les pays arabes (et pas seulement l'Arabie) n'ont pas eu le réflexe d'épargner à la région une montée des extrêmes, qui désormais les dépasse. « Les pays arabes ont ignoré trois alertes : le rapport de l'Onu sur le développement humain dans le monde arabe en 2002 ; les débuts des soulèvements pacifiques en Tunisie, en Égypte, en Syrie et ailleurs ; et enfin le signal déterminant et la violence des forces barbares du fondamentalisme », a relevé M. Moacher, dans son allocution, dont a donné lecture le diplomate Michel Abou Abdallah.

Les moyens de rompre le cercle vicieux de la violence se situent donc dans une dynamique extra-étatique et transfrontalière, patiemment constituée par des modérés, toutes appartenances et vocations confondues. C'est un appel à la création d'un réseau de réformistes qu'a lancé ainsi l'ancien député Samir Frangié (lire par ailleurs). Ne cherchant pas à atténuer la gravité du conflit, ni ses dérapages communautaires, il a reconnu la difficulté d'emprunter la voie de la modération, contre la facilité d'une contagion des extrêmes (l'État islamique a généré en Europe la montée de l'extrême droite).

La révolte de Michel Kilo

Le choix ardu de la non-violence a néanmoins déjà été fait, irrévocablement, par de multiples composantes du tissu arabe. Les rebelles pacifiques syriens continuent d'en payer le prix de leur sang. C'est ce cri de révolte pour la démocratie et la dignité humaine que l'opposant Michel Kilo a transmis à Saydet el-Jabal, également à travers une lettre, lue par notre confrère d'an-Nahar, Élie el-Hage. Insistant sur le rôle des chrétiens, « dont le mutisme a contribué à l'émergence des terroristes », l'opposant syrien a estimé que le problème de cette communauté est de « se dérober à des questions cruciales, liées à leur présence dans le monde arabe ». Une question à laquelle il apporte une réponse catégorique : « Les chrétiens n'ont jamais été minoritaires dans leur pays. Ils ne peuvent donc rester neutres face au conflit en cours entre notre gouvernement corrompu et oppresseur, et nos peuples qui réclament la liberté, la justice et l'égalité », a-t-il déclaré. Cette position est relayée au Liban par des prises de position historiques de l'Église dès 1920. L'accent mis sur le rôle du patriarcat dans la naissance du Grand Liban n'a d'ailleurs pas été sans susciter des remarques dans l'assistance sur le retrait actuel de Bkerké et son mutisme sur les choix stratégiques à faire, ou sur les initiatives réformistes qui émanent des cercles sunnites modérés, comme la déclaration des Makassed ou celle de Marrakech.

Hier, à Saydet el-Jabal, un groupe de chrétiens, dans le cadre d'une assistance islamo-chrétienne liée par le souci commun de faire entendre la voix de la modération et du vivre-ensemble, a cherché à déterminer une autre voie, une autre attitude à suivre pour bâtir l'avenir, fondée non plus sur les enjeux de pouvoir ou les réflexes et les instincts, comme le souligne Farès Souhaid, mais sur une vision claire de soi et du rapport à l'autre, réfléchie, apaisée. Pour cela, l'appel à une « internationale de la modération » lancé par Samir Frangié devrait servir de phare à la mise en place, dans les jours à venir, d'une série d'initiatives concrètes visant à commencer à proposer une alternative pacifique et à faire contrepoids au déluge de violence et de folie identitaire qui ravage le Liban et son environnement.


Pour mémoire

Retour aux sources, l'édito de Michel TOUMA

Rouillard : L’avenir des chrétiens du Liban est au Liban, non en Europe

Le 14 Février ou la perte de sens

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

FAKHOURI

Comment peut-on croire que le mutisme des chrétiens a poussé l'extrémisme des islamistes, du Hezbollah en particulier ?
Débattre de ce problème en public, c'est bien
combattre le fanatisme, oui, mais avec quoi ?
par des mots ?
Grosse erreur : ni le Hezbollah, ni Daesch ou autres fous de la région n'entreront dans ce cadre dit "modéré" n'accorderont une attention à ces bonnes paroles de pacifistes
Et Israel pendant ce temps ?
israel continuera à faire se battre les arabes entre en eux. Les israéliens n'ont que faire des sunnites , chiites ou autres confessions ou ethnies
Seul l'état israélien compte
Les autres oeuvent crever
Il est dommage que les arabes n'ont pas encore compris ça

Gebran Eid

UNE CLASSE DE 6ÈME DES VIEILLES IDÉES VIDES D'ÉNERGIES.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

REVENT... LES REVEURS... REVEILLES TROP TARD... ILS PARLENT DE PAQUEBOT DU SALUT QUAND AUCUN PAQUEBOT N,EST PLUS EN VUE A L,HORIZON...

TYAN Georges

Je suis certain que chacune des personnes à l'origine de cette rencontre est de bonne foi, agissantpour ce qu'il pense être le mieu pour ses concitoyens.

Toutefois après deux bonnes demis douzianes d'années, si on n'a pas réussi un projet on passe la main et on se retire.

Ces messieurs ne vont pas le faire, mais s'ils veulent avancer un tout petit peu dans leur projet, qu'ils aprennent à parler le langage du peuple pour que leur message passe.

Pierre Hadjigeorgiou

Il y a un temps pour la modération et un temps pour durcir sa position. Le courant du 14 Mars, dans toutes ses composantes, a été modéré et a accepté toutes les exactions du Hezbollah et de ses alliés, au delà du possible et du tolerable, au nom de l'unité et de la cohésion interne, afin d’éviter les dérapages sur le terrain. A présent, les agissements de ce parti ne peuvent plus passer sans être relevés ni contrés. Nous aurions aimés, cependant, que cela ce soit fait non pas pour avoir insulté l'Arabie Saoudite, mais parce que cet allié du Liban a renvoyé 90 ressortissants Libanais a cause des agissements du Hezbollah, ou pour l'assassinat du jeune homme a Achrafieh, etc... etc... etc... Il y a énormément de bonnes raisons pour s'indigner contre le parti de Dieu bien plus Libanaise et valable que de faire l'avocat d'un pays qui est assez grand pour se défendre tout seul. La crédibilité de l'indignation soulevée aurez été bien plus importante et soutenue.

Halim Abou Chacra

La Rencontre de Saydet el-Jabal n'aura aucun succès dans son appel à "une Internationale de la modération" sans une association à elle, de l'autre côté, d'un groupe corresponsant de modération mixte sunnito-chiite. C'est la réalité de ce pays compliqué.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Michel Kilo : "Le choix ardu de la non-violence a déjà été fait, irrévocablement, par les rebelles pacifiques syriens du début en 011 et qui continuent d'en payer le prix de leur sang.
Le mutisme des chrétiens de Syrie et du Liban a contribué à l'émergence du terrorisme, car le problème de ces chrétiens est de se dérober à des questions cruciales, liées à leur présence dans le monde arabe. Ils ne peuvent donc rester neutres face au conflit entre ce bääSSdiotiste régime aSSadique, et nos peuples qui réclament la liberté, la justice et l'égalité.
Cette position avait été relayée au Liban par les prises de position historiques de l'Église Maronite dès 1920. Mais, malheureusement, le retrait actuel de ce Râââëéh de Bkérkéh et son mutisme sur les choix stratégiques à faire, ou sur les initiatives réformistes qui émanent des cercles sunnites modérés sont C a t a s t r o p h i q u e s" !
Ça, c'est bien envoyé !
Bravo Michel Kilo !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Samir Frangié : Les moyens de rompre le cercle vicieux de la violence se situent dans une dynamique transfrontalière, patiemment constituée par des modérés, toutes appartenances et vocations confondues ! (Même un melting-pot de riches et de pauvres ?).
C'est un appel à la création d'un réseau de réformistes qu'a lancé ainsi Samir Frangié. Mais, il a quand même reconnu la difficulté d'emprunter la voie de la modération, contre la facilité d'une contagion des extrêmes." ! Heureusement qu'il le reconnait....
Au fond, ces "Modérés", ils représentent combien de divisions.... non-armées bien entendu, mahééék ?
Ou, la Niaiserie dans toute sa "splendeur" !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Preuve supplémentaire que l'aSSadique est au service d'Israël, est l'obsession sioniste de contrer l'extension sunnite démographique aux frontières d'Israël. C'est ce qui explique l'épuration actuelle des sunnites en Syrie. Le maintien donc de ce régime ne peut que profiter à Israël, quand bien même celui-ci prétendrait le contraire...." !
Clair, net et précis.
Merci.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"L'intervention de Tarek Mitri, est allée elle aussi dans le sens de la déconstruction de cette théorie de l'alliance des minorités. Car cette approche qui met face à face la majorité et les minorités, si jamais elle est retenue, ne fait que précipiter la survenance de la Catastrophe !
En effet, les craintes des minorités ne sont pas en contradiction avec celles de la majorité ; la peur qui surgit chez une minorité trahit un malaise existant au niveau de la majorité. C'est le second qu'il faudrait régler en premier.
Le maintien du régime noûSSaïrî aSSadique, e.g. ; bourreau de la majorité Sunnites des Syriens ; ne peut que desservir les « minorités », même si celles-ci croient repérer dans cette dictature leur planche de salut !
Autrement dit, l'alliance des minorités est antinomique de toute démocratie." !
Excellent !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Le Chevalier Blanc de Jbééél a estimé que le Liban se trouve confronté à une gamme d'événements historiques, comme au début du siècle dernier, d'où l'importance d'élaborer une vision stratégique, aussi bien en tant que chrétiens que Libanais, pour savoir ce que nous voulons.
La question de l'intervention de la Russie placée sous le signe de la protection des chrétiens n'est qu'un parti pris en faveur du régime syrien et de l'alliance des minorités, justifiée par l'usage d'un slogan simpliste : La lutte contre le terrorisme."
Excellent.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pas de guerre israélienne contre le Liban, mais les options régionales restent ouvertes, selon Nasrallah

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.