Rechercher
Rechercher

Beyrouth insight

Danielle Abi Saab, complètement yogaholique

Sur Instagram, depuis deux ans, elle s'affiche partout où elle en a envie, sous toutes les coutures et dans toutes les postures que son corps caméléon aime prendre. Architecte d'intérieur et des (âmes) intérieur(e)s, professeure de yoga, Danielle Abi Saab est une accro. Au bien-être partagé, tout simplement.

« Pausecafé ».

On ne sait pas trop où mettre la tête quand on rencontre Danielle Abi Saab, professeure de yoga et fondatrice du centre Union Square Yoga. Sinon dans ses nuages. Où discrètement déposer le regard. Dans ses yeux verts qui vous fixent ? Sur ses tatouages qui illustrent son parcours, ses arrêts et (re)commencements ? Sur son corps sculpté, qu'elle étire au plus loin et au plus profond d'elle-même ? Le mieux serait de la suivre dans le récit de ses voyages spirituels. Un monde sans doute meilleur.
Elle reconnaît ne pas avoir toujours été aussi calme. Souvent colérique, anxieuse, stressée, comme une architecte peut l'être en vivant et en travaillant à New York, elle découvre le yoga par hasard, pour soigner son grand corps alors malade. Mais comme, on le sait bien, rien n'arrive par hasard, elle en ressort rétablie et surtout « convaincue » du chemin à suivre. « J'ignorais qu'il y avait un professeur en moi. » Cours de yoga, de philosophie, de sanskrit, d'anatomie ; formations et diplôme d'instructrice dans le CV et la peau, elle fera ses premiers pas initiateurs avec des collègues de bureau new-yorkais, – Danielle Abi Saab est alors encore architecte à plein temps – avant de se rendre à l'évidence. « J'ai compris que j'avais une vocation et enfin l'opportunité de contribuer à un changement chez les autres et donc le monde. »
De passage à Beyrouth pour quelques mois d'été, elle remplace un professeur absent et sent qu'elle peut enfin faire une différence. Nous sommes en janvier 2005, la décision de rentrer définitivement au Liban se prend alors. « Tout va super bien », pense-t-elle. Un mois plus tard, rien ne va plus. L'assassinat de Rafic Hariri secoue les certitudes et ravive toutes les blessures de guerre jamais vraiment fermées d'un peuple en déni. « J'ai senti que le pays avait besoin d'un changement. Qu'il nous fallait gérer nos colères, nos frustrations et leurs conséquences sur notre santé physique et morale. » Activiste à sa manière pacifiste, « ancrée, solide mais aussi rêveuse et aérienne », elle garde un pied dans l'architecture et l'autre dans le yoga. « Je suis architecte dans l'âme, avoue-t-elle. L'architecture se charge de l'espace extérieur et le yoga de l'espace intérieur. »

 

Partager
Dans son studio qui inspire la paix et qu'elle a baptisé Union Square Yoga, Danielle Abi Saab mène fermement et en douceur ses troupes vers la sérénité, à travers des cours où se mêlent postures, réflexions et acrobaties de l'âme et du corps. C'est pour ses élèves et sous le nom de yoga_holic qu'elle a commencé à poster sur Instagram des photos « plutôt généralistes ». Se prenant petit à petit au jeu et face à la réaction positive de ses nombreux followers, elle soigne ses photos en y ajoutant aussi quelques vidéos. Se mettant en scène en studio ou dans des lieux inattendus, boulangerie, métro, sex shop, bibliothèque, elle accompagne ses images urbaines, souvent très belles, de « leçons de vie ». En janvier 2015, son compte figure dans la top liste des meilleures yogis sur Instagram et des plus inspirantes, une sélection de Elle.com. Cet exercice lui a également permis de « susciter la curiosité de personnes intéressées », même si certains sont juste des voyeurs, et de « planter des graines ». Des graines qu'elle continue de semer à sa façon, en et hors studio. Électron libre, elle a entamé cet été un travail avec des réfugiés syriens de la Békaa. Seule avec 30 enfants, de 8 à 12 ans, Danielle Abi Saab les a initiés à la douceur du yoga. « La plus belle expérience de yoga de ma vie, inscrite dans de l'amour pur. C'est clairement ce que je veux faire », poursuit-elle. Le 1er octobre dernier, et sous forme d'échange, un nouveau rendez-vous fut pris dans le même camp, avec, cette fois-ci, 70 enfants réunis autour des élèves de Danielle Abi Saab, pour un programme d'ateliers de musique et de cours de yoga. Même bonheur, même exaltation. Samedi 12 mars, une journée est prévue à Station Beirut à laquelle seront conviés les enfants. L'objectif pour elle et tous les participants est de les sortir des camps, les emmener dans la ville et leur offrir des disciplines thérapeutiques. De « donner et de recevoir le privilège du bonheur ». « Nous sommes tous des réfugiés spirituels nous guidant les uns les autres vers la seule destination qui compte, celle de l'amour et de la compassion. Tout commence par une intention », conclut-elle.

 

 

Lire aussi

Dee, yogi ultralibérée


On ne sait pas trop où mettre la tête quand on rencontre Danielle Abi Saab, professeure de yoga et fondatrice du centre Union Square Yoga. Sinon dans ses nuages. Où discrètement déposer le regard. Dans ses yeux verts qui vous fixent ? Sur ses tatouages qui illustrent son parcours, ses arrêts et (re)commencements ?...

commentaires (1)

Merci pour cet article. Pouvez vous me donner le mail de Mme Abi Saab ou me mettre en contact avec elle? Merci Danielle Sara

Danielle Sara

03 h 54, le 19 février 2016

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Merci pour cet article. Pouvez vous me donner le mail de Mme Abi Saab ou me mettre en contact avec elle? Merci Danielle Sara

    Danielle Sara

    03 h 54, le 19 février 2016