Rechercher
Rechercher

Liban - La mort aux trousses

Aux saboteurs de la République... Afin que le dossier des déchets ne tombe pas dans l’oubli

Sur l’autoroute de Dora, un monticule qui est devenu une constante, un repère pour les automobilistes. Photo Hala el-Khazen

197e jour du scandale des déchets
Depuis plusieurs années, ils se livrent à une entreprise délibérée et minutieuse de noyautage et de torpillage de l'appareil de l'État. Depuis plusieurs mois, ils entreprennent, sans sourciller et sous des prétextes fallacieux, de paralyser l'une après l'autre les institutions politiques. Loin de se contenter de cette opération de sape, ils s'en prennent désormais à la santé même des Libanais, leur droit de bénéficier d'un minimum de bien-être, de vivre tout simplement dans un environnement salubre. En utilisant « l'arme » des déchets comme instrument de manœuvre, de pression et de manigances politiques, en faisant sciemment obstruction, par acteurs civils interposés, à toutes les solutions avancées par le gouvernement pour sortir les Libanais de ce cauchemar quotidien des ordures ménagères, ces saboteurs de la République ont dépassé par leur action maléfique tout entendement.
Dans le but d'illustrer l'ampleur de ce crime national commis à l'égard des Libanais, et afin, surtout, que ce dossier ne tombe pas dans l'oubli ou soit banalisé, L'Orient-Le Jour publiera dans chacune de ses éditions une photo des monticules d'ordures qui se développent et s'agrandissent à chaque coin de rue. Puisse ce geste médiatique symbolique secouer certaines consciences. Si tant est qu'elles existent...

Les lecteurs peuvent nous adresser leurs photos à l'adresse suivante : [email protected]


197e jour du scandale des déchetsDepuis plusieurs années, ils se livrent à une entreprise délibérée et minutieuse de noyautage et de torpillage de l'appareil de l'État. Depuis plusieurs mois, ils entreprennent, sans sourciller et sous des prétextes fallacieux, de paralyser l'une après l'autre les institutions politiques. Loin de se contenter de cette opération de sape, ils s'en...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut