X

Culture

Cinq fois SOL

Festival

La Semaine de l'orgue au Liban se déroule du 31 janvier au 7 février, en présence de l'organiste et compositeur Naji Hakim.

OLJ
20/01/2016

Organisée par l'école de musique à l'Université Notre-Dame de Louaïzé en partenariat avec le Terra Sancta Organ Festival, l'Institut culturel italien, l'Institut français, la Fondation Marc-Henry Mainguy et le Conservatoire national supérieur de musique, la première Semaine de l'orgue au Liban (SOL)* se déroule du 31 janvier au 7 février, sous le patronage du ministre de la Culture, Rony Araiji.
Le programme de cette manifestation a été rendu public hier lors d'une conférence de presse à l'Institut français en présence de Riccardo Ceriano, superintendant de Terra Sancta Organ Festival ; du père Khalil Rahmé, directeur de l'école de musique de la NDL ; et de Walid Moussallem, directeur du Conservatoire national libanais.
« Le festival est mis en valeur par la généreuse participation de l'organiste compositeur libanais Naji Hakim qui a été organiste à la basilique du Sacré-Cœur à Paris pour huit ans, avant de succéder à Olivier Messiaen à la Trinité de Paris », a noté le père Rahmé, cofondateur du festival.
Lors d'une intervention téléphonique, Hakim a exprimé sa joie de participer à cet événement qui est, selon lui, « le témoignage de la présence chrétienne au Liban ». « Car qui dit orgue, dit église », a rappelé l'Italien Ceriano en mettant l'accent sur le soutien voulu à travers cette manifestation aux chrétiens d'Orient.
Nagi Hakim devait également noter qu'il présentera un programme exceptionnel et inédit, présenté comme « un bouquet au Liban ». « L'essentiel des œuvres sont d'inspiration chrétienne », a-t-il dit.
Cinq concerts sont ainsi prévus pour cette première édition :
dimanche 31 janvier : Simone Webber, à l'église du couvent Notre-Dame de Louaïzé, Zouk Mosbeh, à 20h ;
mardi 2 février : Daniel Matron, au couvent Saint-Élie, sanctuaire de l'Enfant Jésus de Prague, Maaïsra, 20h ;
jeudi 5 février : Jean-Paul Lécot, basilique Notre-Dame de la Médaille miraculeuse, Achrafieh, 20h ;
samedi 6 février : Naji Hakim, église du Collège du Sacré-Cœur (Frères) Gemmayzé, 20h ;
dimanche 7 février : Naji Hakim avec des musiciens de l'Orchestre philharmonique libanais (Oleg Balanuta, hautbois ; Octavian Ghoerghiu, clarinette ; Mihaita Raileanu, cor, et Mario Rahi, violon), église évangélique nationale, Beyrouth, Riad el-Solh, 20h.
À signaler pour conclure que les orgues utilisés durant ce festival ont été restaurés par le fabricant d'orgue italien Saverio Anselmi Tamburini.
*Plus de renseignements : www.solfestival.org

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué