X

Culture

« On a tous un petit Colin au fond de soi »

Théâtre

Nicolas Devort se met « Dans la peau de Cyrano »*, au théâtre Monnot, les 23, 24 et 25 janvier, dans une pièce tout public (à partir de 7 ans).

16/01/2016

Colin, adolescent en situation un peu délicate, va rencontrer un prof de théâtre, figure bienveillante et paternelle, ainsi que le personnage de Cyrano, dont l'histoire va lui sembler étrangement familière... Nicolas Devort signe le texte, la musique et l'interprétation de Dans la peau de Cyrano, qui sera donnée au théâtre Monnot du 23 au 25 janvier.

« En effet, je l'ai écrite (avec l'aide bienveillante de certains proches), je joue tous les personnages, je l'ai bien dans la peau ! », affirme celui qui a pris Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand comme thème pour écrire son opus tout public. « Pour moi, comme pour beaucoup, Cyrano de Bergerac est la meilleure pièce de tous les temps, de par sa richesse littéraire (5 actes en alexandrins, excusez du peu...), mais également dramaturgique : on y trouve la comédie, la tragédie, la farce, le romantisme, l'aventure, les capes et les épées, la poésie..., indique-t-il. Tout cela est emmené par un personnage qui fascine : Cyrano. Je trouve qu'à notre époque où l'on a de plus en plus de mal à distinguer les valeurs fortes et authentiques du factice et de la pensée pré-mâchée, ce personnage peut nous aider à y voir plus clair... »

Théâtre initiatique
Justement, Colin, le personnage principal de la pièce, passe de l'enfance à l'âge adulte au milieu de moult tourments. Jusqu'à quel point le théâtre initiatique peut-il aider les jeunes à surmonter leurs angoisses ? « Je ne saurais répondre à cette vaste question. Je dirais par contre que l'art, en général, et pas seulement le théâtre, mais la danse, la photo, le dessin, la musique, toutes ces pratiques qui ne se font pas (ou du moins pas au début) dans un souci de rentabilité, qui ne répondent à aucune logique si ce n'est celle de la poésie, peuvent contribuer à aider tout individu soucieux de mieux se comprendre, de commencer à se connaître, à s'apprivoiser, pour ainsi découvrir les autres, et le monde... »

En ce qui concerne ce que peut apporter une pièce comme Dans la peau de Cyrano, Nicolas Devort propose un mot : l'espoir. « En tout cas, je l'espère. Comme m'a dit une amie après avoir vu la pièce : On a tous un petit Colin au fond de soi. »

Les réactions du public suite aux représentations ? Répondent-elles à ses attentes ?
La réponse fuse : « Je ne suis évidemment pas au fait des réactions de chaque spectateur, puisqu'ils ont été nombreux depuis que le spectacle a été créé en juin 2013 (285 représentations à ce jour), mais dans l'ensemble, elles sont excellentes : les gens rient et sont en même temps très touchés... Certains ont encore les larmes aux yeux en sortant ! Alors, dans cette mesure, oui, les réactions répondent à mes attentes ! »
Parmi les sept personnages que l'acteur interprète, un favori ? « Non, je les aime toutes et tous, car ils ont chacun leurs parts d'ombre et de lumière. Ils sont humains en somme... ! »

Un message au public libanais ? « Je suis ravi de venir la semaine prochaine découvrir Beyrouth et le Liban, et j'espère que le spectacle vous plaira ! »
Et Nicolas Devort de conclure, non sans humour : « Lorsque je crée un spectacle, je me pose toujours la question : qu'est-ce que j'aimerais voir en tant que spectateur ? J'aimerais bien voir Dans la peau de Cyrano ! »

* Au Monnot, les 23, 24 et 25 janvier. À 20h30. À l'initiative de Persona Productions.

Fiche technique

Un spectacle de Stéphanie Marino, Nicolas Devort et Sylvain Berdjane, d'après une idée originale de Nicolas Devort.
Texte, musique et interprétation : Nicolas Devort
Musique et mise en scène : Stéphanie Marino
Création lumières : Jim Gavroy
Création graphique et dessins : Olivier Dentier
Production : Cie Qui Va Piano (Stéphanie Marino et Nicolas Devort)
Pony Production : Sylvain Berdjane.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Échec au roi...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué