Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde

Soupçons de propagande jihadiste : le Conseil islamique suisse soutient son dirigeant

Le Conseil islamique suisse a affiché hier son soutien envers un de ses dirigeants, Naim Cherni, contre lequel le procureur général suisse a ouvert une enquête pénale pour propagande en faveur de groupes jihadistes. Dans un communiqué, le Conseil islamique suisse « se distancie de ces allégations » et affirme « soutenir solidement Naim Cherni ».
Le 19 décembre, le procureur général suisse a annoncé avoir ouvert une procédure pénale contre un membre du comité directeur du Conseil central islamique suisse (CCIS), ainsi que contre X, pour propagande en faveur de groupes jihadistes, y compris el-Qaëda.
Il est reproché à M. Cherni, ressortissant allemand, « d'avoir représenté de façon propagandiste dans une vidéo son voyage dans des zones de conflit en Syrie, sans se distancier explicitement des activités d'el-Qaëda dans ce pays ».
M. Cherni a notamment « interviewé un leader de l'organisation Jaïch el-Fateh, à laquelle appartient également la branche syrienne d'el-Qaëda, le Front al-Nosra ».
Le CCIS estime de son côté que les productions audiovisuelles de M. Cherni « n'ont en aucune manière à voir avec el-Qaëda » et qu'elles voulaient apporter une « perspective intra-islamique » à la lecture du conflit syrien.
Lors d'une conférence de presse à Berne, l'Allemand a affirmé qu'il ne s'estimait coupable de rien et a expliqué que ce n'était pas la première fois qu'il a voyagé en Syrie afin de documenter la situation sur place.


Le Conseil islamique suisse a affiché hier son soutien envers un de ses dirigeants, Naim Cherni, contre lequel le procureur général suisse a ouvert une enquête pénale pour propagande en faveur de groupes jihadistes. Dans un communiqué, le Conseil islamique suisse « se distancie de ces allégations » et affirme « soutenir solidement Naim Cherni ».Le 19 décembre, le procureur...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut