X

Moyen Orient et Monde

Les Forces démocratiques syriennes se veulent une force d’opposition incontournable

Éclairage
OLJ
19/12/2015

Une alliance inédite d'opposants kurdes et arabes, à la pointe du combat en Syrie contre le groupe État islamique (EI), veut jouer un rôle de premier plan dans les négociations censées s'ouvrir au début de l'année avec le régime.
L'importance de cette alliance regroupée au sein du Conseil démocratique syrien (CDS) réside, selon les experts, dans son bras armé, les Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenues par les États-Unis et composées principalement des YPG, une milice kurde qui contrôle d'importants territoires dans le pays en guerre.
Réunies hier à New York, dans le cadre du processus dit de Vienne qui a accouché le 14 novembre d'une feuille de route pour la résolution du conflit, les grandes puissances doivent discuter de la place du CDS dans la délégation de l'opposition appelée à négocier avec le régime à compter en principe du 1er janvier. Selon diverses sources proches du dossier, l'envoyé spécial de l'Onu pour la Syrie, Staffan de Mistura, mène des pourparlers pour inclure le CDS dans la délégation. « Il semble que les Américains ont promis aux Russes de s'accorder avec de Mistura pour inclure Saleh Moslem et Haytham Manna à la délégation de l'opposition », déclare Samir Nachar, un dirigeant de la Coalition nationale syrienne (CNS), principale formation de l'opposition en exil. M. Moslem est le président du parti de l'Union démocratique kurde et membre du CDS, et M. Manna est coprésident du CDS.

« Relais en Occident »
Le CDS a vu le jour le 10 décembre, lors d'une conférence organisée à al-Malikiyah, dans le nord-est de la Syrie, par des opposants syriens qui n'avaient pas été invités à une réunion d'opposants qui se tenait parallèlement en Arabie saoudite. La conférence de Riyad a réuni pour la première fois depuis le déclenchement du conflit en mars 2011 une centaine de représentants de l'opposition politique et armée qui a donné son accord pour négocier avec le régime.
M. Manna a refusé d'aller à Riyad à cause notamment de l'exclusion de certains groupes kurdes et considère que les groupes comme le CNS ou le Comité de coordination nationale pour les forces du changement démocratique (opposition de l'intérieur) ont beaucoup perdu de leur représentativité. « Le CDS ne va pas remplacer (ces groupes), il est le noyau d'un nouveau front démocratique laïc qui œuvre pour un État de droit et considère tous les citoyens égaux en droits et en devoirs », affirme M. Manna. « C'est une voix nouvelle, désormais incontournable », soutient-il. Le CDS est composé de nombreux partis, notamment issus des minorités kurde et chrétiennes – syriaques et assyriens. « Pour les Kurdes qui sont derrière cette formation politique, c'est un moyen d'avoir un relais en Occident », souligne le géographe spécialiste de la Syrie, Fabrice Balanche.

« Ne jamais baisser les bras »
Le CDS est « le représentant politique, administratif et diplomatique des FDS », explique son porte-parole, Lawand Roujava. « On ne peut pas ignorer » ce nouvel acteur en raison de sa force de frappe représentée par les FDS, renchérit Thomas Pierret, spécialiste de la Syrie à l'Université d'Édimbourg. Regroupant des combattants kurdes, chrétiens et arabes, les FDS, menées par les Unités de protection du peuple kurde (YPG), ont été créées il y a deux mois pour combattre l'EI dans le Nord-Est. Les Kurdes sont accusés par d'autres opposants de ne pas combattre les forces du régime et de s'attaquer à certains groupes rebelles. Il leur est aussi reproché de vouloir se tailler un territoire autonome dans le Nord et Nord-Est à l'instar de leurs frères en Irak.
Le rôle de M. Manna, un opposant de longue date et partisan déterminé de la laïcité, est, selon M Pierret, « d'offrir au CDS une couverture d'opposition arabe et modérée même si sa position est essentiellement honorifique ». Âgé de 64 ans, cet homme de gauche issu d'un milieu sunnite porte, symboliquement, le nom de sa première femme morte à cause d'un différend religieux. « Nous faisions nos études de médecine ensemble, étions de gauche et laïques. Cinq jours après notre mariage, ma femme (chrétienne) fut tuée par sa propre famille car nous n'appartenions pas à la même religion, raconte-t-il. Je me bats pour ces valeurs depuis que j'ai 13 ans et je ne baisserai jamais les bras. »
Rouba EL-HUSSEINI/AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ACE-AN-NAS

Ce Mr Manna aura beau nous émouvoir et je suis sérieux, mais il pèse pas bien lourd face au sérieux de cette nouvelle situation qui verra tout ce petit monde du conglomérat du complot se résigner à la triste réalité que le héros des résistants sera encore là pour un bon bout de temps.

Le temps qu'il faudra pour pas laisser la Syrie sombrer dans le camp des salafowahabites venus de bensoudie " démocratique et qui abritent des opposants" quand chez elle on ignore même jusqu'à ce que ce mot veut dire.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE COQ... AUX C... COLLÉES... NE PEUT PAS CHANTER SEUL !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Saleté de sociétés arriérées !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : lorsque sonne l’heure...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué