Dernières Infos

Le Parlement israélien prolonge l'exemption militaire des ultra-orthodoxes

AFP
24/11/2015

Le Parlement israélien a adopté un texte de loi prolongeant d'au moins six ans l'exemption automatique de service militaire des ultra-orthodoxes juifs étudiants d'écoles talmudiques, indique mardi le site du Parlement.

Le texte, voté dans la nuit par 49 voix contre 36 (sur 120 députés), modifie une loi qu'avait passée la précédente majorité parlementaire en 2014 et qui mettait fin à l'exemption automatique en 2017.
Avec cet amendement, l'exemption automatique est prorogée d'au moins six ans, avec la possibilité d'une extension pour trois années supplémentaires.

La modification de la loi est une victoire pour les partis ultra-orthodoxes qui sont des membres indispensables de la coalition gouvernementale du Premier ministre Benjamin Netanyahu.
Les ultra-orthodoxes représentent environ 10% des 8 millions d'Israéliens.

La loi mettant fin à l'exemption automatique avait été votée en 2014 à l'instigation de Yaïr Lapid, le chef du parti centriste Yesh Atid qui était alors un partenaire capital de la majorité parlementaire de M. Netanyahu. Yesh Atid a, depuis les législatives de mars 2015 et la formation d'un nouveau gouvernement Netanyahu, encore plus à droite, été rejeté dans l'opposition.

L'exemption des ultra-orthodoxes est très controversée en Israël. Elle remonte à la création de l'Etat hébreu en 1948 quand les étudiants des Yechivot (séminaires talmudiques) n'étaient que quelques centaines. Ils sont aujourd'hui des dizaines de milliers concernés. Ils sont dispensés tant qu'ils étudient à plein temps, sans travailler, entre 18 et 26 ans.

Les laïcs dénoncent cette exception comme une injustice dans un pays où l'armée joue un rôle important et où le service militaire dure presque trois ans pour les garçons (32 mois) et deux ans pour les filles. Les défenseurs de l'exemption font valoir que le service militaire les empêche de se consacrer à l'étude des textes religieux.

En mars 2014, avant le vote de la loi, plus de 300.000 ultra-orthodoxes avaient manifesté contre la réforme, dénonçant une "persécution religieuse".
Le député Tzahi Hanegbi (Likoud, le parti de M. Netanyahu), qui a présenté le texte, l'a défendu en invoquant la forte opposition des ultra-orthodoxes à la loi de 2014, qui avait l'effet inverse de celui recherché: augmenter le chiffre des conscrits.

Yaïr Lapid a saisi la Cour suprême. La modification de la loi de 2014 "ne fera que renforcer les divisions au sein de la société israélienne", a-t-il affirmé dans un communiqué, le chef du parti travailliste Isaac Herzog, également dans l'opposition, déclarant qu'elle faisait "reculer le processus d'intégration de la société ultra-orthodoxe".

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué