Dernières Infos

Yémen: le Premier ministre de retour au pays

AFP
15/11/2015

Le Premier ministre yéménite Khaled Bahah, qui vit en exil en Arabie saoudite, s'est rendu dimanche sur l'île yéménite de Socotra d'où il a annoncé le retour de son gouvernement au pays pour "exercer ses fonctions".

L'agence de presse officielle Saba a annoncé l'arrivée de M. Bahah à Socotra pour une visite d'inspection de l'île, située à 350 km des côtes du Yémen, après le passage début novembre des cyclones Chapala et Megh qui ont fait 26 morts à Socotra même et dans le sud-est du pays. "Cette visite s'inscrit dans le cadre du retour du gouvernement, avec tous ses membres, pour l'exercice de leurs fonctions à l'intérieur du territoire yéménite", a affirmé l'agence.

L'île de Socotra a été épargnée par les combats qui font rage dans le reste du Yémen entre rebelles chiites Houthis et forces progouvernementales. L'agence Saba n'a cependant pas précisé où les ministres comptaient se réinstaller après leur départ précipité début octobre d'Aden, deuxième ville du Yémen, théâtre d'un attentat meurtrier contre le siège provisoire du gouvernement dans un hôtel.

L'insécurité croissante avait alors obligé M. Bahah mais aussi le président Abd Rabbo Mansour Hadi à retourner à Riyad. Ils venaient de rentrer en septembre à Aden après un exil de six mois en Arabie saoudite.
Selon l'ONU, la guerre au Yémen a fait quelque 5.000 morts, dont plus de la moitié des civils, depuis mars, date de l'intervention d'une coalition arabe sous commandement saoudien en soutien au gouvernement de M. Bahah, reconnu par la communauté internationale.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Devoirs de l’homme

Décryptage de Scarlett HADDAD

Aoun déterminé à renvoyer la balle gouvernementale dans le camp du Parlement

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué