X

Moyen Orient et Monde

Henry Laurens : « Je suis aujourd’hui d’un pessimisme total sur le conflit israélo-palestinien et la région »

Entretien

À l'occasion de la 22e édition du Salon du livre francophone de Beyrouth, « L'Orient-Le Jour » s'est entretenu avec Henry Laurens, professeur au Collège de France, historien français et auteur de nombreux ouvrages, notamment « La Question de Palestine » dont le tome 5 est paru en septembre dernier aux éditions Fayard.

28/10/2015

Pouvez-vous nous présenter le dernier tome de « La Question de Palestine » ?
Il marque la fin d'une série commencée il y a près de 20 ans et couvre la période qui s'étend du début de l'invasion israélienne au Liban en 1982 à l'échec des négociations israélo-palestiniennes à Taba en janvier 2001. J'ai tenté de reconstituer toutes les myriades d'événements qui se sont déroulés sur plusieurs théâtres puisqu'une partie de mon livre est consacrée aux affaires libanaises et l'autre à la Palestine et les négociations depuis la conférence de Madrid, les accords d'Oslo et la création de l'Autorité palestinienne jusqu'en 2000, avec le sommet de Camp David, la deuxième intifada et la rencontre de Taba.

 

Vous avez affirmé que l'« occupation pacifique » n'existe pas et le soulèvement actuel prouve une fois de plus que l'occupation a un coût élevé. Quelles sont les implications de cette situation pour Israël ?
Le problème d'Israël est un problème de définition du temps. La question est de savoir si sur le temps long, en maintenant sa coercition sur la population palestinienne, Israël peut renforcer son emprise sur les territoires occupés, c'est-à-dire profiter d'une absence de solution pour continuer à renforcer sa base, l'absence de solution étant considéré par les Israéliens comme la solution la plus sûre. Des voix dans la presse affirment aujourd'hui que les Palestiniens sont hostiles aux Israéliens parce qu'ils sont juifs, j'insiste sur le fait qu'ils sont hostiles aux Israéliens parce que ce sont des occupants.
Dans ce contexte, on m'a accusé de ne « mentionner aucun auteur juif » dans ma bibliographie. Tout d'abord c'est faux, mais de toute évidence faire ce genre de réflexion nous amène aux heures les plus sombres de l'histoire de l'Europe où l'on essayait de déterminer qui était juif et qui ne l'était pas, c'est-à-dire les lois de Nuremberg en Allemagne ou le statut des juifs sous le régime de Vichy.

 

Depuis le début du soulèvement, la répression féroce menée contre les Palestiniens a suscité l'indignation de l'Autorité palestinienne (AP). Pourtant, aux yeux de nombreux analystes, les forces de sécurité de l'AP sont intégrées au dispositif d'occupation et agissent comme sous-traitant de l'État occupant. Ce soulèvement pourrait-il remettre en cause la coopération sécuritaire de l'AP avec Israël ?
Il faut bien comprendre le dilemme dans lequel se trouve l'Autorité palestinienne. D'un côté, c'est la seule réalisation concrète que le Fateh et l'OLP ont réussi à construire. De l'autre, ce sont des milliers d'emplois pour les fonctionnaires et les services de sécurité, des milliers de familles qui vivent des salaires de l'AP qui elle-même dépend essentiellement des subsides extérieurs américains et européens. Si l'AP se lance dans une confrontation avec Israël, on lui coupera les vivres. Ce n'est pas un choix facile ! L'affrontement avec Israël entraînerait des représailles contre l'Autorité. L'effondrement de l'administration risque d'affecter l'ensemble de la structure économique. La stratégie israélienne depuis 1967 a été définie par la carotte et le bâton, et le coup de bâton peut être terrible pour les intérêts de milliers de Palestiniens.

 

( Lire aussi : Majed Bamya à « L'OLJ » : « L'Autorité palestinienne n'est pas là pour assurer la sécurité de l'occupant » )

 

Vous avez choisi d'intituler le tome 5 « La paix impossible ». En présence de l'idéologie suprématiste sioniste, de la politique de confiscation des terres, de la colonisation tous azimuts, peut-on encore parler de « négociations de paix » ?
Le mot paix n'a aucune signification dans la mesure où chaque acteur veut la paix selon ses intérêts, ses revendications, en fonction de son projet politique. Il a bien existé une possibilité de paix au cours de la période étudiée dans mon livre, c'est-à-dire la constitution d'un État palestinien sur les limites dessinées par le 4 juin 1967, mais les progrès de la colonisation juive, le projet sioniste lui-même et l'extrême difficulté pour traiter des questions comme le statut de Jérusalem l'ont rendu caduque.
Si l'on reprend les textes à partir d'Oslo, tout ce qui était prévu en théorie ne pouvait être posé au moment de la négociation finale. Les documents convenaient que l'on discuterait de la totalité des territoires occupés, mais évidemment cela a été une fiction. Oslo 2 avait divisé la Cisjordanie en zone A, B, et C, mais tant que l'on ne définissait pas le statut final, le jeu restait ouvert. Pour les Palestiniens, les territoires occupés renvoyaient non seulement à la Cisjordanie mais à Jérusalem et quelques morceaux de territoires annexés en 67, donc quand l'on avance les pourcentages, on ne sait jamais s'il s'agit du pourcentage de la Cisjordanie défini par les Israéliens ou celui des territoires occupés défini par les Palestiniens. À la fin de la négociation, on avait tout de même approché d'un certain nombre de points concrets mais on ne disposait pas de cartographie à ce moment et on a surtout jugé que tant qu'il n'y avait pas d'accord final ces propositions n'existaient pas.

 

La solution à deux États apparaît de moins en moins réaliste. Quelle est selon vous la pertinence d'une solution à la sud-africaine ?
Les Israéliens n'accepteront jamais la solution d'un État unifié. Le problème est qu'aucune partie n'a jamais pu faire confiance à l'autre. Le maximum que les Palestiniens avaient pu élaborer comme proposition à la fin des années 30 et au début des années 40 était une solution à la libanaise, avec une répartition sur un modèle confessionnel, or il ne semble pas que ce soit un modèle très attractif. La solution à deux États reste fondamentale sur le plan symbolique parce que les deux parties ont besoin de symboles nationaux. Or, sur le terrain, toutes les questions sont imbriquées. Le droit de retour serait pour les Palestiniens la solution la plus juste mais l'on voit mal comment l'imposer. L'affaire du camp de Yarmouk avec Mahmoud Abbas, qui s'est dit prêt à reprendre les réfugiés palestiniens en Cisjordanie, et le refus d'Israël montre qu'il y a un besoin d'une patrie palestinienne. La diplomatie est l'art du possible et nous avons une opposition entre le rationnel et le raisonnable, les acteurs politiques suivront leur rationalité et pas ce qui est raisonnable. Je suis aujourd'hui d'un pessimisme total non seulement sur le conflit israélo-palestinien mais pour l'ensemble de la région.

 

 

Lire aussi

Jérusalem, bombe à retardement religieuse

Quand des journalistes essuient des tirs de l'armée israélienne en plein direct

Les Israéliens se ruent sur les armes à feu

Deux vidéos d'un ado palestinien en sang relancent la guerre des images

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

M.V.

Est- ce que le 1er Tome (sur 20 Tomes( ...débute à l'époque de la conquête islamique...? ou à l'époque préislamique...? car nous, enfants de Phénicie et du pays de Canaan , nous sommes toujours très intéresser et attentif ... à étudier l'histoire réécrite.... Selon les obédiences politiques des uns et des autres...c'est en quelques sortes ... une défense atavique de notre patrimoine.....

ACE-AN-NAS

S'ajoutant aux interventions de Gideon et de Gresh sur la question palestinienne , celle du Prof Laurens vient encore une fois de plus recentrer le vrai probleme que notre region connait depuis 48 .

En effet depuis cette maudite date ( nakba) les conflits a repetition , violents se sont deplaces d'Egypte en Syrie , d'Irak au Pakistan en passant par l'Afghanistan la Lybie , le Liban et en ce moment la Syrie .
Il est plus qu'idiot de dire comme le fait bhl et co que les arabes ne s'interessent plus a la Palestine , ce minable parle des arabes du golfe qui ont vendu leurs frères sunnites , et encore il ne s'agit que des dirigeants esclaves des juifs du pays usurpateur . A la Grace de Dieu nous n'avons pas eu les memes "soutiens" au sud Liban libere .

Devant tout soulevement arabe d'est en ouest , contre des dictatures ou contre la faim , le Coeur qui bat dans notre poitrine tel une boussole nous indique la Palestine a liberer en priorite , des mains de l'injuste occupation dictatoriale , apartheidique et criminelle des natibaba et ses 40 voleurs .

Pour conclure , seule la resistance armee de cailloux de couteaux de batons ou meme de sable pourra amener ces usurpateurs a renoncer a leurs crimes . Demander aux vaillants combattants du Hezb qui ont echappe a cette misère en resistant 20 ans de facon heroique .
Suite a cet article , quant a moi , au contraire je pense que l'optimisme prevaut , tant que ce peuple se bat .

Ali Farhat

Merci au prof Laurens que je trouve d'une perspicacité et d'une efficacité hord paires. Son analyse accadémique est fort intéressante et il faudra donc la prendre en grande considération pour y batir une bonne stratégie . Ceci dit, le parcours studieux du prof qui finit par un pessimisme total, nombreux (...) y étaient arrivés il y a déjà 20 ans et y ont construit leurs stratégie, alors, pour survivre et aujourd'hui pour aider à éridiquer "la source du problème régional"... d'où les coséquences que nous voyons en Syrie et dans la région. Avec tout le respect pour ses facteurs et la nécessaire volonté que ces derniers expriment, ce n'est pas avec des lance-pierres et quelques couteaux qu'ils arriveront à leurs fins, contre un monstre criminel, bien armé et entrainé, occupant de leur terres et bafuant leurs droits humains les plus élémentaires. Entre-temps chers palestiniens, il faudra continuer à faire 10 enfants par famille... dans 10 ans ça paiera et abbas n'y sera heureusement plus!

Halim Abou Chacra

C'est bien l'Occident -en tête les Etats-Unis- qui a créé l'Etat fascite et usurpateur d'Israel. L'Occident a le devoir et la responsabilité D'IMPOSER -IM_PO_SER- à Israel, par tous les moyens, la reconnaisance du droit des Palestiniens à leur Etat indépendant sur la base des frontières de 1967, y compris à Jérusalem. Il n'y a et n'y aura jamais une autre solution. Sans cette solution, il n'y aura jamais de paix au Proche-Orient et de cette absence de paix naîtront encore des islamismes plus inimaginables que celui de Daesh. Et les Palestiniens n'auront alors d'autres choix que de faire des "Intifadas" autant qu'il faudra contre l'Apartheid criminel des Netanyahu & Co, jusqu'à obtenir leur droit.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les menaces israéliennes contre le Liban et le test de Gaza

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué