Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Proche-Orient

À Jérusalem, Ban Ki-moon dénonce un « conflit qui dure depuis trop longtemps »

Le secrétaire général des Nations unies appelle les deux camps à la retenue ; trois Palestiniens tués à Gaza et à Hébron.

Le secrétaire général de l’Onu Ban Ki-moon (à gauche) et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Jérusalem hier. Menahem Kahana/AFP

Le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon a dénoncé hier, lors de sa visite surprise en Israël et dans les territoires palestiniens, un « conflit qui dure depuis trop longtemps » entre Palestiniens et Israéliens. S'exprimant juste après son arrivée, le responsable onusien a estimé que les heurts meurtriers qui se déroulent depuis plus de deux semaines, principalement à Jérusalem et en Cisjordanie occupée, empêchent de parvenir à une solution à deux États voulue par les Palestiniens et à une sécurité renforcée réclamée par Israël. « Nous devons, pour l'avenir de nos enfants, nous éloigner de cet abîme dangereux, préserver la solution à deux États et ramener les peuples sur la voie conduisant à la paix », a-t-il ajouté. « Israéliens et Palestiniens sont au bord d'une nouvelle catastrophe », a aussi prévenu M. Ban dans une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qu'il a rencontré en soirée. L'usage excessif de la force « peut susciter des frustrations et inquiétudes qui augmenteraient les violences ». « Le seul moyen de mettre fin à ce conflit est au travers de négociations qui produiront des résultats concrets », a-t-il ajouté.
Ban Ki-moon a également exprimé ses craintes face aux « déclarations des groupes palestiniens comme le Hamas et le Jihad islamique qui saluent ces attaques haineuses », en référence aux multiples attaques des derniers jours contre les juifs et les Israéliens. « Dans cette période difficile, il faut dire : trop, c'est trop », avait déclaré M. Ban avant sa visite impromptue, dans un message adressé à la jeunesse palestinienne et à la population israélienne. M. Netanyahu a de son côté affirmé que c'était « le droit d'Israël de défendre ses citoyens ». « Nous n'utilisons pas de force excessive », s'est-il défendu.

Nouvelle intifada ?
La visite de M. Ban relève d'un effort diplomatique récent face aux violences qui secouent Jérusalem, Israël et les territoires palestiniens, et font craindre une nouvelle intifada.
Le secrétaire d'État américain John Kerry devrait lui aussi avoir des entretiens avec M. Netanyahu, soit au Proche-Orient, soit en Allemagne où le chef du gouvernement israélien sera en visite aujourd'hui et demain. Pour le chef de la diplomatie américaine qui doit aussi rencontrer Mahmoud Abbas et le roi de Jordanie cette semaine, le gouvernement israélien doit clarifier sa position concernant la situation sur l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam situé à Jérusalem-Est.
Quant au ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, il a, lors d'une rencontre avec son homologue jordanien Nasser Joudeh, appelé hier Israéliens et Palestiniens à la retenue. « J'appelle tous les responsables à ne pas mettre de l'huile sur le feu et à agir avec modération pour aider à calmer la situation ; tout autre attitude ne ferait qu'enflammer le conflit, avec des conséquences incalculables ». La nouvelle flambée de violences qui secoue depuis début octobre les territoires palestiniens et Israël a montré « combien il est important maintenant d'essayer de tenter un nouveau départ dans le processus de paix au Moyen-Orient, afin de surmonter le manque de communication entre Israéliens et Palestiniens », a-t-il ajouté.
Pour sa part, M. Joudeh a accusé Israël d'être derrière la dernière escalade des tensions avec les Palestiniens, résultat, selon lui, des « violations israéliennes » sur l'esplanade des Mosquées dans la vieille ville de Jérusalem. « Nous ne permettrons pas à quiconque de changer le statu quo » qui autorise les juifs à se rendre sur l'esplanade à certaines heures, mais leur interdit d'y prier, a affirmé M. Joudeh, martelant que le royaume étudiait « toutes les options diplomatiques et juridiques » pour protéger les Lieux saints. « Israël n'a pas modifié et ne modifiera pas le statu quo. (Affirmer le contraire) est un énorme mensonge », a déclaré, pour sa part, Benjamin Netanyahu dans un discours lors d'une réunion internationale de dirigeants juifs à Jérusalem, hier.

Réunion spéciale à l'Onu
Selon le président palestinien Mahmoud Abbas, les Palestiniens expriment leur colère face à la suspension des négociations de paix interrompues en avril 2014, un échec qui réduit leurs espoirs de parvenir à obtenir un État. « Notre jeunesse est sous pression, et désespérée par l'échec du gouvernement israélien et par l'absence d'avenir politique qui offrirait l'espoir d'une paix juste et équitable permettant à notre peuple d'être indépendant à côté d'Israël », a-t-il déclaré. Le 28 octobre, M. Abbas assistera à une « réunion spéciale » du Conseil des droits de l'homme des Nations unies à Genève sur la situation dans la région, a annoncé hier un porte-parole de l'Onu.
En attendant, un Palestinien de 27 ans, Ahmad al-Serhi, a été tué par balles hier durant des affrontements avec des soldats israéliens à l'intérieur de la bande Gaza, qui ont fait cinq blessés. À Hébron, en Cisjordanie, deux Palestiniens ont été abattus par des soldats israéliens après avoir attaqué des soldats avec une arme blanche et en blessant l'un d'eux, selon un communiqué de l'armée israélienne et des témoins.
Les heurts, les agressions mutuelles entre Palestiniens et colons israéliens, et une vague d'attentats antiisraéliens ont fait plus de 45 morts palestiniens (dont plus de 20 auteurs d'attaques) ainsi qu'un mort arabe israélien, d'une part, et huit morts israéliens de l'autre depuis le 1er octobre. Un Érythréen, pris par erreur pour un auteur d'attentat, a aussi été tué.

(Sources : agences)


Le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon a dénoncé hier, lors de sa visite surprise en Israël et dans les territoires palestiniens, un « conflit qui dure depuis trop longtemps » entre Palestiniens et Israéliens. S'exprimant juste après son arrivée, le responsable onusien a estimé que les heurts meurtriers qui se déroulent depuis plus de deux semaines, principalement à...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut