X

Liban

Lettre ouverte de Geagea à Merkel : La machine (in)humaine à tuer, en Syrie, ne saurait être réhabilitable

liban
OLJ
29/09/2015

Le leader des Forces libanaises, Samir Geagea, a adressé à la chancelière allemande Angela Merkel une lettre ouverte dans laquelle il réagit à la récente déclaration de Mme Merkel qui a souligné il y a quelques jours qu'il était nécessaire de dialoguer avec Bachar el-Assad en vue d'un règlement politique en Syrie. « Au nom de plus de 250 000 tués, des millions de déplacés, des centaines de milliers de disparus et de détenus, au nom des milliers de suppliciés dans les geôles de ce régime (de Bachar el-Assad), au nom des enfants gazés de la Ghouta orientale, des familles massacrées à Banias et ailleurs (...) au nom de la morale... cette machine (in)humaine à tuer, qu'il me répugne de nommer, n'est ni négociable ni réhabilitable », a notamment souligné M. Geagea. Nous reproduisons ci-dessous le texte intégral de la lettre ouverte du leader des FL à la chancelière.

Madame la chancelière Angela Merkel,
je voudrais d'abord vous faire part de mon admiration, mêlée d'estime, pour votre attitude si hospitalière face à la vague migratoire de citoyens syriens forcés à l'exode, qui ont trouvé dans l'Allemagne démocratique et humaniste – que vous reflétez si bien – leur terre d'élection rêvée après le long cauchemar vécu durant leur ténébreux parcours, depuis leur déracinement du sol natal, devenu infernal.
La politique d'assistance de votre gouvernement à une population en danger a donné le ton et l'exemple à l'échelle européenne et a démontré, une fois de plus, la vocation humanitaire de l'Allemagne qui s'est placée en tête des pays hospitaliers pour offrir l'asile à des centaines de milliers d'exilés dont la seule faute aura été d'être nés sous la mauvaise étoile d'un régime dictatorial et assassin.
Parlant de ce régime, permettez-moi cependant de ne pas adhérer à l'idée d'impliquer son chef dans des négociations, sauf si elles devaient conduire à son éviction du pouvoir et, au mieux, sa comparution devant les tribunaux pénaux internationaux.
Au nom de plus de 250 000 tués, des millions de déplacés, des centaines de milliers de disparus et de détenus, au nom des milliers de suppliciés dans les geôles de ce régime, au nom des enfants gazés de la Ghouta orientale, des familles massacrées à Banias et ailleurs, au nom des innombrables victimes de barils de TNT, de missiles Scud, au nom d'un patrimoine syrien en ruine, des villes et villages en cendres, au nom d'une Syrie exsangue et meurtrie, au nom de ce qu'il reste d'humanité en ce monde, au nom de l'éthique, au nom de la morale... cette machine (in)humaine à tuer, qu'il me répugne de nommer, n'est ni négociable ni réhabilitable.
Ce raz-de-marée migratoire, qui a fait tant de noyés, que l'Europe a de la peine à contenir, n'est-il pas l'effet direct de cette cause maléfique ? N'aurait-il pas été plus judicieux d'éliminer la cause plutôt que de traiter ses effets ?
Les droits de l'homme ne peuvent être préservés sans le devoir de justiciabilité, et le peuple syrien martyr ne pourra reposer en paix tant que son bourreau se repose dans l'impunité, entre un massacre et l'autre.
Il serait, par conséquent, immoral de remettre en selle le responsable premier de la tragédie syrienne, dont les crimes rivalisent avec les plus grands criminels de guerre de l'histoire.
Pour cela, j'appelle la communauté internationale, à travers vous, à évaluer l'ampleur des crimes commis par ce dictateur et à asseoir sa justice afin que le vingt et unième siècle ne soit pas marqué par une injustice grave, susceptible d'encourager d'autres criminels à sévir dans l'impunité ; afin que le vingt et unième siècle ne marque pas un recul par rapport au siècle précédent dans le respect du « droit international des droits de l'homme ».


Avec mes meilleurs sentiments,
Samir GEAGEA

 

Lire aussi
Hollande à L'OLJ : Le Liban doit être associé à la solution en Syrie

Syrie: un pas en avant, deux pas en arrière, l'article d'Anthony Samrani

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dounia Mansour Abdelnour

Samir Geagea a eu le courage et l'humilité de demander pardon pour les crimes qu'il a commis et s'est repenti après dix ans d'emprisonnement. Il semble que le pardon soit étranger à la notion de chrétienté pour certains Libanais. Quand est-ce que le boucher de Damas se repentira et demandera pardon à son peuple? Quand sera-t-il jugé pour ses crimes contre son peuple, comdamné et emprisonné à l'instar de Samir Geagea qui fut le seul parmi les chefs de guerre libanais à être jugé et à répondre de ses crimes?

Hitti arlette

Qui parle de massacres et d assassinats ??? Geagea a vite oublié un passé lugubre toujours ancré dans notre memoire .

Bery tus

je savais qu'il avait la trempe d'un president de la republique !! Merci ya Hakim .. merci pour les centaines de milliers de morts, merci pour les centaines de milliers de prisonnier, merci pour les millions de refugiers, je l'avais dit et je le repete assad fils fait exactement en syrie ce que son pere a fait au liban mais en plus meurtrier !!

nous les libanais fidèles au liban, nous les libanais de la PREMIERE VRAI RESISTENCE, nous les libanais qui avons souffert sous le joug syrien au liban N'OUBLIERONS JAMAIS .. nous n'oublierons jamais quand l'armee de la SAIIKA (syrien mais habiller en combattant palestiniens (tiens cela ne vous rapelle rien avec ce qui ce passe en syrie auj)) avec l'armee arabe (arme d'ailleurs par la syrie)descendais de la montagne pour raser qlq village libanais ..

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Bravo Samîr ! Merci Hakîm.

Gebran Eid

C'EST TRÈS BIEN DIT MAIS, MAIS QU'IL A OUBLIÉ DE DIRE QUE LA PREMIÈRE VICTIME PAR LA FAMILLE EL ASSAD, C'EST LE LIBAN. LE RÉGIME SYRIEN A ASSASSINÉ UN NOMBRE RECORD DES INNOCENTS LIBANAIS. LE ÉGIME A SACCAGÉ ENTIÈREMENT LE PAYS. LA LIVRE LIBANAISE VALAIT DEUX LIVRE ET DEMI SYRIENNE AVANT L'ENTRÉE DES SYRIENS AU LIBAN. VOUS CONNAISSEZ SA VALEUR ZÉRO AUJOURD'HUI. LES LIBANAIS ONT QUITTÉ LE PAYS EN MASSE À CAUSE DU PÈRE HAFEZ EL ASSAD ET SON FILS BACHAR A MONTRÉ QU'IL EST PIRE ENCORE. PENDANT LA TRAGÉDIE DES LIBANAIS, LES SYRIENS ÉTAIENT DES SPECTATEURS EN CE TEMPS LÀ. ILS N'ONT PAS IMAGINÉ QU'UN JOUR QUE LA MACHINE À TUER SE RETOURNERA UN JOUR SUR EUX.

Pierre Hadjigeorgiou

Merkel ou pas, négociation ou pas, Bachar sera soit jugé soit exécuté! Ce n'est pas un souhait, loin de la, mais une certitude!

M.V.

C'est simplement surréaliste ....! no comment.

HABIBI FRANCAIS

mon pauvre ami geagea qu allez vous donc enseigner aux allemands?s ils recoivent les siriens c est parcequ ils ont besoin de main d oeuvre qualifiee.j applaudis neammoins votre iniciative car on ne se lassera jamais de rappeler les crimes sans precedent dans l histoire de l humanite commis par le bouc her de Damas contre son propre peuple.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

REQUISITOIRE JUSTE ! MAIS LA POLITIQUE REPOSE SUR LA LOGIQUE DES INTERETS ET NON SUR LES SENTIMENTS...

Yves Prevost

Sur le fond, il a raison à 100%. Mais la realpolitik et la morale peuvent-elles s'entendre?

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Les Iraniens sont-ils allés trop loin ?

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants