Liban

Réfugiés syriens au Liban : Aoun met en garde contre « un grand complot »

OLJ
16/09/2015

Le chef du bloc du Changement et de la Réforme, Michel Aoun, a dénoncé mardi une tentative de vider la Syrie de sa population, mettant en garde contre ce qu'il estime être un complot contre le Liban.
« Y a-t-il une tentative de vider la Syrie de sa population ? Le gouvernement libanais doit répondre de cela », a martelé le général Aoun à l'issue de la réunion hebdomadaire de son bloc à Rabieh. Et d'ajouter : « Pourquoi les naissances syriennes ne sont-elles pas enregistrées auprès de l'ambassade syrienne ? Nous sentons l'odeur d'un grand complot. Cette densité de population, le Liban ne peut plus la supporter. »
« Beaucoup de jeunes Libanais émigrent », a fait remarquer le chef sortant du Courant patriotique libre (CPL). « Nous mettons en garde tout le monde, et d'abord le chef de l'Église maronite (le patriarche Béchara Raï), sur le danger qui nous menace, notamment au niveau politique, a-t-il dit. Nous avons besoin d'un président qui défende le pays et les droits des Libanais, et qui combatte la corruption. On nous traite de racistes, mais nous ne laisserons pas le complot passer. Nous ne laisserons pas faire ceux qui veulent naturaliser les réfugiés palestiniens ou syriens. » Le Liban est sans président depuis le 25 mai 2014. La dernière séance électorale au Parlement ayant à nouveau échoué faute de quorum, un prochain scrutin a été fixé au 30 septembre.
Par ailleurs, Aoun a abordé la question des déchets : « C'est honteux pour le gouvernement d'affirmer que nous lions le dossier des déchets à celui des nominations sécuritaires.
Ceux qui le disent sont bons à être jetés dans des bennes à ordures. Comment pouvons-nous traiter avec des responsables qui ne font que mentir et qui sont dépourvus de moralité ? »
s'est-il interrogé. Certains responsables du camp opposé l'accusent de bloquer la mise en place du plan du ministre de l'Agriculture Akram Chehayeb pour gérer la crise des déchets, tant que le dossier des nominations sécuritaires n'a pas été réglé. M. Aoun réclame la désignation d'un nouveau commandant en chef de l'armée et s'oppose à la prorogation du mandat du général Kahwagi. Pour cela, il a proposé la candidature du chef des unités des commandos, le général Chamel Roukoz.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Il dénonce des "complots" partout, le Comploteur en chef !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

En sus d'être "Parano".... !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ILS NOUS SONT ENVOYÉS GÉNÉRALISSIME PARAVENTISSIME PAR VOTRE SÉÏDE ET ALLIÉS ! VOUS EN ÊTES TOUT AUSSI RESPONSABLE QU'EUX...

George Khoury

c'est toi michel aoun le plus grand complot, l'histoire te jugera

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Késchék ou m’jadrâh, hommoss ou kaftâh", et comme dessert, évidemment, "katâyifbäaschtâh" ! Imaginer le menu de cet hypothétique dernier dîner entre tous ces Libanais(h) encore réunis avant la Cantonisation sous le drapeau flétrie cédraie : doit-il se résumer à un ultime exercice de libanisme gastronomique ? Convoquer sur la table les "grands classiques" de cette toute simple cuisine, outre que cela est peu festif, c’est faire davantage œuvre de nostalgie que de prospective ! Car, après tout, yâ äâdrâh, il faut bien penser au lendemain n’est-ce pas. Et prendre toute la mesure de la cruelle réalité, yâ hassértéhh : quand les Sunnites auront lâché les maronitiques coinniques, ces derniers seront définitivement appauvris ! Tous les experts financiers Per(s)cés le disent : ils vont y laisser leur "culotte" déjà trouée. Alors, du "késchék", ils auront encore bien l’occasion d’en bâfrer, mahééék. Si tant est qu’ils aient, ces maronitiques orangistes, encore de quoi se payer de la "m’jadrâh", quand les Sunnites auront définitivement fermé les robinets pécuniairs. Et l’on vous parle même pas du "äadass ni même du bézér laätîne" : quand ces coinniques ébaubis, attaqués de toutes parts, auront été contraints de quêter et d’aumôner à tout va, rien ne dit que ces pâmés auraient encore suffisamment de flouze ni même de piastres dans leurs besaces en peau de chèvre…. libanaiiise pour acheter ne serait-ce qu’un kilo de "bérghole, de hommoss" ou même de äadass-lentilles ; yâ wâïylîîîh !

Halim Abou Chacra

Le problème c'est que celui qui, par ses bombardements et toutes sortes de crimes contre l'humanité, vide la Syrie de sa population, dont il a refoulé 1.5 million au Liban, c'est l'ami du général, le petit Hitler de Damas.

Bery tus

« Y a-t-il une tentative de vider la Syrie de sa population ? Le gouvernement libanais doit répondre de cela »,

tab heydeh kif ?!?! dite moi comment vous l'avez pondu?

oui il y a une tentative de vider la syrie mais demande pas au gouvernement libanais, un peu de quand meme !!!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Une semaine décisive pour le gouvernement

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants